Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Marquisard : Polar
 Publié le 16/07/12  -  12 commentaires  -  405 caractères  -  200 lectures    Autres textes du même auteur

Micro-fragment.


Polar



Errance rétrospective
En partance pour l'entre vu
Sur fond de fresque incontournable


Comme un polar tressé dans l'obscurité d'une mécanique rêveuse la lumière l'impudeur et la théorie des sexes communicant sur la ligne des ombres des nombres et des spectres délavés

Elle
Neige de sanglots bruns zébrée de hanches
Lui
Parallélébipède suspect


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
14/6/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Les quatre dernières lignes, pour moi, sont parfaites. Imagées, bien équilibrées, superbes.

Les trois premières pas mal, mais moins puissantes selon moi ; la présence d'"incontournable" me paraît fâcheuse, une concession à la mode.

La longue ligne me plaît bien au début, mais je renâcle à partir de la "théorie des sexes" : j'ai l'impression que les mots basculent dans une espèce d'esthétique chic et choc à l'allitération facile (ombres, nombres). Et "communicant" me déplaît pour la même raison qu'"incontournable", j'ai un peu l'impression de lire un rapport marketing...

Au final, une impression de disparate, de diverses ambiances juxtaposées sans guère de réflexion, et cela me paraît d'autant plus visible dans un texte très court.

   Anonyme   
18/6/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne puis pas dire avoir été bouleversé par ce texte laconique dont la dimension poétique m'échappe comme le but et le sens d'ailleurs. J'y vois peut-être la recette qu'il convient d'appliquer pour construire un polar commercial : Flash back, décor, construction méticuleuse de l'intrigue qui amène à un épilogue que l'auteur connait d'avance et évidemment sexe, sexe, sexe...
La longue phrase centrale me rend évident le charme nécessaire de la ponctuation.
Une trouvaille cependant avec ce parallélébipède avec lequel on pourrait alimenter l'oniropédia.
Désolé.

   Pascal31   
20/6/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Quelques tournures bien senties suffisent-elles à créer une émotion ?
Peut-être que oui, parfois, mais ici, cela n'a pas été le cas pour moi.
Pourtant, j'apprécie certaines formules ("en partance pour l'entre vu", "parallélébipède suspect"). C'est sur la globalité que le poème me semble un peu juste : pas assez percutant ? pas assez clair ?
Un peu tout ça, sans doute. Je ne suis qu'à moitié convaincu.

   LeopoldPartisan   
21/6/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
un peu court pour ce faire une idée.
Les mots sont un peu "bateau" pour susciter les neurones de mon imaginaire :

Errance rétrospective
En partance pour l'entre vu
Sur fond de fresque incontournable

C'est aussi trop théorique pour éveiller une émotion, un climat, un décor...

La suite est par contre trop hermétique pour sentir et ressentir le vécu comme le véhicule qui pourrait nous faire voyager dans l'univers imaginaire d'un "POLAR".

A la fin, le dialogue est trop cantarice chauve pour ma pomme bukovskienne...
Désolé

   leni   
16/7/2012
Ce texte me parait confus Je ne le comprends pas je me suis accroché à quelques sonorités La phraseau milieu du texte n'évoque rien pour moi:aucun ressenti Bien vôtre Leni

   brabant   
16/7/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Marquisard,


Il m'a semblé, après plusieurs lectures, que ce texte voulait privilégier les jeux entre ombres et lumières, ainsi qu'on le faisait sur les affiches de polars cinématographiques de l'après-guerre.

Avec une très belle image :
"Elle
Neige de sanglots bruns zébrée de hanches"
... un peu dans les codes de cette époque.


Sinon (malgré le titre) j'étais parti dans une dimension religieuse, le polar ne se satisfaisant pas de la "lumière", à cause sans doute de la fresque... puis érotique en raison de l'impudeur et de la théorie des sexes.


Ce micro-fragment m'a paru élégant, mais, sans le titre (rappelé d'une certaine façon au milieu du texte), serait resté obscur pour moi, d'une polysémie onirique, la dernière image :
"Lui
Parallélébipède suspect"
venant créer une discordance, mais s'accordant effectivement au registre du polar...


... Trop intellectualisé AMHA.

   melancolique   
16/7/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Marquisard,

Je n'ai pas compris de quoi il s'agit dans ce poème, c'est un texte hermétique dont je n'ai rien saisi, et je trouve que ces mots manquent d'émotion.

La phrase centrale est aussi très longue et sans ponctuation, cela la rend pénible à lire et à comprendre.

Mais cela reste mon avis.

Au plaisir de vous relire.

   Sidoine   
16/7/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

J'ai beaucoup aimé ce micro fragment qui me laisse cependant un peu sur ma faim. Eh oui, je suis gourmand, qu'y puis-je? Il ne fallait pas me tenter avec des expressions aussi étonnantes et vertigineuses que "l'entre vu" ou ce sublime "parallélébipède suspect" qui attise ma curiosité et mon plaisant malaise. Car là, j'avoue avoir grande envie de jouer au détective privé, envie provoquée, entre autres, par le décor de ce texte aux angles obtus, comme un film expressionniste, et son hermétisme aux nuances glauques. L'ensemble me fait penser à un film en noir et blanc, ou seulement à un "flash" d'un tel film, qui nous donnerait un indice sur fond de réminiscence. Une sensation d'enfermement aussi ( avec ces deux strophes en italiques encadrant la phrase principale) ou plutôt de cul de sac.
Quant à la "neige de sanglots bruns zébrée de hanches", c'est vraiment une très belle image.

Au plaisir de vous relire

Sidoine ( apprenti inspecteur!)

   funambule   
21/7/2012
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Il me semble comprendre la démarche de l'auteur... j'espère (sans savoir) qu'elle peut être liée à une vision jeune (façon de dire) mêlant les effets d'annonce à une vision qui confond esthétisme, choc et profondeur. Ce genre de texte peut, j'en conviens, exister sans souci mais à l'inverse de mon ressenti, il doit exprimer sa raison d'être dans une évidence incontournable. Le minimalisme impressionniste est à mon sens différent de cet espèce de gargarisme occultant le vide.

Je ne remets cependant à aucun moment la sincérité de l'auteur en cause dans son acte créatif, cet instant libre entre tous. Je doute simplement du discernement suivant cet acte. Si je suis passé "à côté", j'en suis réellement désolé et ce commentaire est à zapper, purement et simplement.

   Charivari   
2/8/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Salut. j'ai plutôt aimé, notamment le tout premier paragraphe, et aussi la prosodie de cette phrase interminable au milieu, avec ces rimes internes... Hélas, j'ai trouvé ça un peu froid, trop "intellectualisant" par endroit, et trop hermétique à mon goût. Et puis, trop court, quand même, on a à peine le temps de rentrer dedans. Peut-être dans une version slamée, avec une musique de fond, ça nous donnerait une certaine "couleur"...

   So-San   
4/9/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Micro-fragment" veut sûrement dire beaucoup. Serait-ce de ces souvenirs qui reviennent et que l'on pose timidement sur le papier? Une sensation furtive?
"Errance", "En partance", "tressé", "la ligne", que de mots qui ne laissent pas ce texte figé. Comme un vieux chemin sur lequel on marcherait encore et encore...
Au plaisir de lire un prochain texte

   Anonyme   
17/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je suis resté suspendu dans le vide par vos mots, c'est déroutant un tel écrit. Il dit peu et beaucoup. C'est très turlupinant cette façon de nous entrebâiller une porte pour aussitôt nous la claquer au nez.

J'ai l'impression que l'on m'a enlevé l'échelle et que je suis là, ridicule, je me raccroche au pinceau, parce que j'attends quelque chose, mais à quel moment, je n'en sais trop rien ...
C'est l' énigmatique sensation que produit votre écrit.

J'ai beau vous lire et vous relire, rien ne se profile vraiment, et pourtant, il y a là quelque chose qui m'oblige, c'est l'incompréhensible qui titille ... En cela votre écrit, est une belle réussite. Il laisse son empreinte et je suis à la poursuite d'un indice, puis d'un autre ...


Oniris Copyright © 2007-2022