Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
MartinHer : L’homme-réverbère
 Publié le 05/07/22  -  4 commentaires  -  758 caractères  -  106 lectures    Autres textes du même auteur

Complainte nocturne,
errance urbaine.


L’homme-réverbère



Dans la cité luisant de tous ses orifices
Lorsque les djinns errants ont écoulé leurs fruits
De tablée en tablée, flacon en appendice
N’attendant plus du jour valable synopsis
Je noie ma dignité dans les temples d'hubris
Car le Dieu de l'Amour est suppôt de l'ennui

« Ô lumineuse artère, entends-tu ma prière ?
Qu'un morpho de liner soit un fard dans ma nuit !
Le vert coït promis par le bleu des paupières
Fais que ce triste hier soit le fond de mon puits ! »

Et le ciel et la terre
Lassés de mes nuits vaines
M’accordent trois phalènes
Pour seuls lépidoptères
Tournant, tournant encore
Pourchassant la lumière
D’un homme-réverbère
Et provoquant la mort.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
25/6/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Les vers sont plutôt mélodieux, et la musicalité c'est important en poésie, mais il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas : pourquoi les djinns, leurs fruits, les temples de l'hubris, le vers 6, les trois suivants ... mais comprendre, n'est-ce pas, ce n'est pas important, en poésie.
J'adore le vers 10 en revanche.

   papipoete   
5/7/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour MartinHer
Décidément, trois poèmes paraissant ces derniers temps, évoquèrent un REVERBERE ? faut-il y voir une prédiction de Nostradamus ?
Le miens était bien prosaïque face à cet homme-réverbère, dont la lecture la main sur un dictionnaire est indispensable !
C'est dommage car les assonances de vos vers, purent en faire une plaisante chanson ( pas ritournelle, car je crois comprendre que le lubrique + coït sont fort verts )
Ma note ne signifiera pas grand-chose...

   senglar   
5/7/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MartinHer,


Ouais !... C'est beau mais c'est pas facile.

Il faut croire que c'est pas si beau que ça une ville la nuit ( Je salue l'inimitable acteur et sa talentueuse fille ;) ).

Bon, la ville nocturne luit, celui-là boit abandonnant sa dignité et l'amour semble l'avoir lassé. Les paupières des femmes d'un bleu de morpho ne tiennent pas leurs promesses (et pourtant ils brillent ces papillons-là la nuit dans nos villes lumière !) , le "fard" n'est pas 'phare' en quelque sorte.

Et l'homme-réverbère n'a droit qu'à trois phalènes, on ne s'étonne pas qu'il meure.


Fascinant

   Lulu   
10/7/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour MartinHer,

J'ai bien aimé le titre de ce poème, bien avant de lire le texte. De quoi pouvait-il s'agir ?

J'ai trouvé ce poème bien mélodieux, mais j'ai eu du mal à suivre et si quelques images ont pu se dessiner, je suis restée un peu en dehors n'ayant pas saisi.

J'ai remarqué les rimes après ma première lecture. Ces dernières concourent, visiblement, à rendre ce texte musical.

La troisième strophe me semble être la plus claire, dans tous les sens du terme. Cependant, vous m'avez fait découvrir ce qu'était un lépidoptère. J'avais imaginé un autre insecte moins joli...


Oniris Copyright © 2007-2022