Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Mawika : ...
 Publié le 08/03/19  -  10 commentaires  -  872 caractères  -  159 lectures    Autres textes du même auteur

Bonjour, je ne connais pas la poésie, mais je l'aime dans le quotidien de la vie. Je n'écris pas de poème et ne sais pas le faire. Ces lignes sont sorties ainsi... je ne sais ce qu'elles sont mais elles sont là... Certainement communes, attendues et maladroites... mais vous rencontrant par hasard, je vous les souffle tel un cri étouffé mêlé d'un jardin fleuri.


...



Je ne connais pas la poésie,
Mais c’est peut-être cette Essence même qui nous dépasse,
Cette impalpable, cette immergeante, cette Présence réduite à elle-même,
Ce Toi que je perçois,
Ton être que je palpe de tous mes sens pourtant incapables de te palper, de te sentir, de t'entendre ou de te voir,
Ce Toi qui hurle ta présence alors que tu vas t’éteindre,
Ce mirage qui n’en est pas un, la Vie, dans sa plus pure magie.
Immanente, transcendante, imposante, presque écrasante.
Elle rassemble, dans son lit, les poètes qui ronflent et les assassins qui chantent,
Elle en fait des contrepèteries, et les fait danser tous aussi.
Nous ornons son fil de guirlandes, de fruits, de sérieuses fantaisies,
Pour adoucir son feu, qui nous anime et nous affole
Vers cet Autre, là-bas, qui nous appelle inlassablement.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   STEPHANIE90   
17/2/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
L'appel de l'écriture...

Vaste sujet que vous ciselez avec délicatesse et quelques maladresses. Mais la lecture en est agréable malgré tout.
Pourquoi ces nombreuses majuscules aux adjectifs déterminants ?
Je ne comprend pas :
"Elle en fait des contre pétries"
Une erreurs, peut-être, vouliez écrire contes pétris...
L'écriture, ce Toi peut en effet être tous cela puis s'éteindre lorsqu' enfin on est prêt à l'écouter et la transcrire.
C'est tout le tragique de la situation.
Je vous noterais un peu plus pour vous encourager à poursuivre votre travail d'écriture, j'espère pouvoir augmenter ma notation la prochaine fois, car c'est un travail assidu et fastidieux.
Mais quel plaisir ensuite !!!

Merci pour cette lecture,
StéphaNIe toujours à la recherche de son autre, en EL

   chVlu   
18/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un auteur qui par son incipit m'annonce qu'il fait de la poésie comme Mr Jourdain de la prose. A ce sujet il me semble que ce texte trouverait mieux son espace dans le tiroir des poésie en prose que de celui de la poésie libre. Mais ceci n'ait qu'un détail.
Une poésie qui titille sur son propre propos, sa fonction, son existence et son rôle. Cette mise en abîme à elle seule me suffit pour être en poésie.
Des jeux de mots qui parfois télescopant à contre sens font oxymore. Cependant le "contre pétries" m'ait apparu non abouti, le fil de ma lecture s'est noué à cet endroit. Je n'exclue d'être passé à coté pour autant.
J'ai trouvé malin ces majuscules qui soulignent les mots qui font les corps mots (au sens marin) du propos.

   Davide   
8/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Mawika,

Après avoir longuement buté sur la prononciation du titre ;), j'ai découvert un premier vers assez déroutant.
Mais l'exergue m'avait prévenu.
"Je ne connais pas la poésie" : que cela veut-il dire ?
Je ne sais pas écrire de la poésie ?
Je n'ai jamais écrit ? De la poésie ?
Je ne sais pas écrire en vers ?

On sent ce besoin d'exprimer les choses librement, sans règles, sans contraintes. Comme une écriture automatique.

Un texte qui interroge sur la création poétique...
J'aime tout particulièrement cette citation de Christiane Singer à ce sujet :
"Devant une toile immense dont il ne verrait pas les bords, tout peintre, aussi génial fût-il baisserait les bras. C'est la restriction de la toile, sa limitation même qui exaltent les pinceaux. La liberté vit de la puissance des limites. Elle est ce jeu ardent, cette immense respiration à l'intérieur des limites."

J'aime à penser que la poésie grandit dans la contrainte et s'épanouit dans la liberté.

Mais c'est un ressenti parmi d'autres, et qui n'empêche pas de ressentir le charme du poème présenté, tout comme la sincérité et la force qu'il dégage.
J'ai apprécié certains vers, qui exaltent cette puissance poétique, comme :
"Elle rassemble, dans son lit, les poètes qui ronflent et les assassins qui chantent"

Mais globalement, je ne suis pas vraiment séduit par cet écrit, un peu trop fouillis.
Cela dit, je remercie l'auteur(e) de l'avoir partagé ici.

Davide

   papipoete   
8/3/2019
bonjour Mawika
je ne suis pas maître " es morse ", et ne vois pas le sens du titre ? Quand vous nous l'aurez décrypté, je songerai " mais c'est bien sûr " !
Vous ne connaissez pas la poésie, et semblez croire qu'il en est de même pour tout un chacun ? ( un rimeur ronfleur comme un assassin chanteur ) Hitler était bien artiste-peintre ; Joselito chanteur de charme à 13 ans !
Vous ne connaissez pas la poésie, mais ce que je lis de vous bien qu'abstrait pour mon esprit, séduira les amateurs du genre !

   senglar   
8/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Mawika,


Eh ben dites-donc : Quel déferlement ! Bien sûr qu'il y a un air de poésie là-dedans. Je n'ose pas dire qu'il faudra élaguer tout ça car le torrent verbal qui déferle ici est générateur de l'impression poétique. Il n'est sans doute pas nécessaire d'avoir recours à une débroussailleuse ; un petit sécateur peut-être.
Exemple :
"Immanente, transcendante, imposante, presque écrasante"
Ce vers est trop chargé de gros longs mots (lol) en -ante, et effectivement il est écrasant, mais c'est le lecteur qu'il écrase, il est ralenti à le lire en se demandant quel sens par rapport à quoi, où ça va tout ça, y a-t-il des oppositions ou seulement une progression, il y a là du dedans et du dehors : Ahan !
Bon à mon avis un toilettage s'impose. Ils doivent vous obéir aussi vos mots :)


senglar

   PIZZICATO   
8/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Le plus original dans ce texte réside dans l'élaboration du titre (sourire).
Bien, soyons sérieux !
Pour ma part, cela ressemble plus à de l'écriture automatique que du libre.
J'ai vu se succéder : votre sensation de ne pas pouvoir écrire de la poésie (ce n'est pas si sûr), le "Toi" assez sybillin ; puis la vie " Immanente, transcendante, imposante, presque écrasante " (ouff !) et qui fait "des contrepèteries avec " les poètes qui ronflent et les assassins qui chantent ". Mais encore ?

Il me semble qu'il faudrait reprendre une idée maîtresse et revoir ce texte.

A vous lire une prochaine fois.

   Vincente   
8/3/2019
Je suis a priori rétif face à un poème qui a besoin d'un exergue si explicatif, c'est ici une véritable introduction. Il est plus attractif pour le lecteur de lui laisser un champ pour s'approprier les mots du poète.

C'est un texte interrogatif sur une problématique brouillonne. La poésie y cherche une définition, une dévolution, une orientation,... l'auteur nous promène dans des atermoiements tantôt métaphysiques, tantôt techniques, tantôt humoristiques, dont la poésie est un peu en vacance. Autant je comprends le besoin, l'envie de comprendre l'expérience poétique, autant je suis étonné que l'on tente d'agglomérer en quelques vers très libres l'ensemble de ses domaines d'expression. Voilà pour le fond.

Pour la forme, l'auteur a avoué qu'il comptait sur la sincérité de son écriture intuitive... mais il faudra plus de tenue pour emporter et convaincre, ce n'a pas été le cas pour moi. Je le regrette j'aime bien les auteurs qui osent.

   Gouttes-de-Vie   
9/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
L'inspiration est bonne, l'aveu semble sincère. Un peu de précipitation dans l'écriture des vers, semble-il et leur sens n'est pas toujours pénétrable. Mais c'est tout de même une composition intéressante.
«Je n'écris pas de poème»
... et pourquoi pas ?
«et ne sais pas le faire Ces lignes sont sorties ainsi... je ne sais ce qu'elles sont mais elles sont là ...»
Si ce poème est proposé, c'est que l'inspiration est là. Bloquée par je ne sais quelle peur et qui trottine impatiemment dans la tête. Alors en avant !
Pourrais-je oser le proverbe «C'est en forgeant que l'on devient forgeron»

   Donaldo75   
10/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Mawika,

A la lecture de ce poème, du moins la première, je me suis dit que l’incipit était intéressant, et le reste aussi. Ce n’est pas anodin car souvent l’incipit promet ce que le poème ne réalise pas, le donne pas, n’offre pas au lecteur. Ici, les images sont réelles et ne s’encombrent pas de circonvolutions artificielles, d’effets de manche à deux balles. Certes, comme ce n’est pas du classique, la liberté est toute autre, elle ne souffre pas de contraintes imposées par une prosodie exigeante dont les ayatollah jugent la vérité dernière comme un absolu scientifique.

« Elle rassemble, dans son lit, les poètes qui ronflent et les assassins qui chantent,
Elle en fait des contrepèteries, et les fait danser tous aussi. »

Ces deux vers sont un peu l’impression que me donne la poésie libre ou la poésie en prose. C’est pourquoi j’aime ce genre difficile, aérien parfois, tourmenté aussi, allant de la chanson à la narration, du contrepoint à la parodie.

« Nous ornons son fil de guirlandes, de fruits, de sérieuses fantaisies,
Pour adoucir son feu, qui nous anime et nous affole
Vers cet Autre, là-bas, qui nous appelle inlassablement. »

Et cet appel doit être audible par le lecteur, sinon il n’y a pas réellement de poésie, juste des mots posés ça et là, dans une volonté d’esthétique, de bavardage ou de confession.

Bravo !

   PierreM   
27/3/2019
Modéré : Commentaire trop peu argumenté.


Oniris Copyright © 2007-2019