Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Meaban : L'Allier jeune
 Publié le 25/03/12  -  8 commentaires  -  699 caractères  -  285 lectures    Autres textes du même auteur

De Vieille-Brioude à Chapeauroux
en sorte d'amertumes…


L'Allier jeune



Comme l’épi sur la branche, de petites limagnes
S’accrochent vers les sources

Plus loin le nouveau monde
Les horloges en panne

Veillant sur les falaises qui sombrent dans les haldes
La course d’un Allier, les poussières d’un été
Une sorte de prélude aux gammes tempérées

Pineraies estivales aux bribes de résines
Dépilages béants lardant de vieux ubacs
Abandonnés des Hommes à l’ombre des regrets

À ces étés sans pluies
Savoureuses sous la tuile

Images qui m’étreignent
Aux détours d’une vie

Dorment là, sous le tertre
les semailles d’un amour

Elles veillent ces autrefois.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
5/9/2012
Edit : commentaire supprimé le 05/09/12.

   Luz   
25/3/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime beaucoup ce poème, mais je ne sais trop expliquer pourquoi.
Je ressent une magnifique poésie, c'est tout. J'aurai aimé pouvoir écrire avec une telle force, qui paraît tellement simple, sur ma source à moi qui est en pays voisin (Limousin).
Je cherchais à relever les meilleurs passages de ce poème, mais les mots sont si forts du début à la fin...
Bravo.
Luz

   brabant   
26/3/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Meaban,


C'est une carte postale, avec ses différents plans, bien découpés, où les paysages ont la nostalgie de l'humain.

Dont dont vous êtes le veilleur nostalgique et attendri qui nous fait croire que les paysages ont une âme.

Un tour de force... votre paysage étreint !

Très jolie carte postale qui renvoie à un passé qui ne veut pas mourir.

Il y a ainsi des paysages qui chantent envers et contre tout. Pauvre nature, l'homme lui est un parâtre !

   Fattorius   
26/3/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce poème, sa musicalité (pas évident en vers libres), son vocabulaire d'une richesse rare. Merci pour l'instant poétique.

   irisdenuit   
26/3/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Certes une très belle poésie.

Elle berce mon imaginaire, m'offre un répit et me ramène
près de mes propres souvenirs.

J'aime particulièrement :

À ces étés sans pluies
Savoureuses sous la tuile

Images qui m’étreignent
Aux détours d’une vie

Dorment là, sous le tertre
les semailles d’un amour

Elles veillent ces autrefois.

Merci pour cette escapade.

Amicalement,


Iris

   funambule   
28/3/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Joli et finement mené (j'ai envie de dire humblement). J'aime l'idée des images même si le vocabulaire (adapté) s'écarte un peu de l'évidence que j'aimerais ressentir. Je passe peut-être (un peu) "à côté"... je ne suis pas poète et mon ressenti est ce qu'il est, vaut ce qu'il vaut. Mon évaluation sera à prendre avec des pincettes.

   melancolique   
29/3/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Meaban,

J'ai beaucoup aimé votre poème, il s'en dégage une réelle force, et comporte des images magnifiques. Le rythme aussi et parfait, et permet de se laisser emporter par le flot des mots.

Merci beaucoup pour ce moment de pur poésie. Au plaisir de vous relire.

   Blacksad   
27/5/2012
Commentaire modéré

   Blacksad   
27/5/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Je vais donc développer mon premier commentaire qui semble t'il était trop bref.

Sur la forme, je ne dirai rien. Elle est pour moi tout à fait secondaire dans un texte à partir du moment où elle est suffisamment fluide, ce qui est le cas ici. J'apprécie cependant certains "échos syllabiques" et ce dernier vers solitaire qui vient renforcer la mélancolie et la nostalgie de l'ensemble.

Sur le fond, c'est un poème magnifique. C'est de la poésie, sans aucun doute possible.
En cela je veux dire qu'au travers quelques lignes savamment disposées, grâce à quelques mots soigneusement choisis, c'est un paysage qui naît, c'est un sentiment qu'on ressent, c'est une histoire qu'on vit .

Je ne connais pas l'Allier, ni le passé du narrateur. Mais je peux presque les toucher après avoir lu ce texte. Ce qui est pour moi le meilleur gage de qualité.


Oniris Copyright © 2007-2020