Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Meleagre : Écrire
 Publié le 11/06/11  -  14 commentaires  -  1751 caractères  -  204 lectures    Autres textes du même auteur

Pourquoi écrire ?


Écrire



Écrire
Encore
Pour fuir
La mort !

Pour que l'âme
Se délivre
De ses drames ;
Oui, pour vivre !

Écrire, écrire
Pour que mon être
Puisse grandir,
Puisse renaître !

Oui, je veux écrire
Encore et toujours
Pour pouvoir ouvrir
Enfin mon cœur lourd.

Je veux prendre la plume
Pour alléger mon cœur
Lourd, dur comme une plume,
Accablé de douleurs.

Je veux poser en offrande
Mes mots sur la page blanche
Qu'elle exauce ma demande
Et me donne une joie franche !

Écrire pour que mon cœur crie,
Pour que tout mon être intérieur
Profond, caché, dans mes écrits
Se montre enfin, triste ou rieur !

Je veux écrire pour exister,
Dépasser les bornes du paraître,
M'exprimer enfin en vérité,
Pour vivre, pour rêver, oui, pour être !

Je veux confier les tréfonds de mon cœur,
Ce qui y vit, grandit, vieillit, meurt, naît,
Mes tristesses, mes joies et mes bonheurs
Que personne, même moi, ne connaît.

D'un élan naturel, je veux, dois écrire,
Comme le poisson nage et un oiseau vole,
Comme un homme aime, court, pense, vit, respire,
Comme l'eau est en mer et la terre au sol !

Je veux écrire tout ce que je ne peux dire,
Ce que nul ne pourrait de vive voix entendre,
Les mots qui ne pourraient de ma bouche sortir,
Tout ce que, sans cela, je ne pourrais comprendre.

Je veux écrire, je veux écrire, encore écrire,
Sans relâche, sans repos, sans répit et sans trêve,
Tout écrire : le présent, le passé, l'avenir,
Mes émotions, mes pensées, mes joies, ma vie, mes rêves.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
23/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Je considère ce poème comme des gammes : un exercice formel bien choisi pour le sujet, puisque l'écriture apparaît en un flot qui se renforce, termine en déferlement saturé (bonne idée que d'aller jusqu'aux treize syllabes).
Honnêtement, j'ai trouvé l'ensemble un peu long dans la mesure où le mouvement n'est apporté que par la forme : sur le fond, la même idée est ressassée, ce qui nuit à l'intérêt. Il serait intéressant, je pense, d'apporter une progression aussi aux idées, un élargissement.
Je ne peux que vous encourager à continuer, dépasser cette jubilation d'écrire pour écrire pour créer des textes plus denses en idées et images.

   Marite   
29/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↑
J'aime la forme de ce texte qui commence par des vers très courts qui vont s'allongeant au fur et à mesure que la plume se libère. Mais on y trouve certaines lourdeurs et beaucoup de répétitions.

" Puisse grandir,
Puisse renaître !"
Pourquoi pas "Puisse grandir et renaître" ???

" Pour pouvoir ouvrir
Enfin mon cœur lourd."
Les deux syllabes "pour " et "pou..." de pouvoir si proches alourdissent l'expression.

Pour les répétitions, je conseillerais à l'auteur de s'armer de surligneurs de différentes couleurs pour les marquer. Il sera lui même surpris de leur fréquence.
Donc, il faudrait, je crois, retravailler l'ensemble mais conserver la forme globale ; petits vers du début et longs vers à la fin. Enfin c'est ma vision. Le thème n'est pas nouveau ni original je pense mais ici, la forme trouvée par l'auteur devrait en faire un texte intéressant à lire. Tous mes encouragements.

   Raoul   
30/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Jarnicoton !
Le thème n'étant pas original, il est bien difficile de faire entendre sa petite voix avec un tel sujet, d'autant plus que l'écriture n'est ici envisagée que sous l'angle de l'épanchement, de l'expectoration des noirceur et tourments de l'âme et du cœur (vaste tarte à la crème "romantique"), ce qui réduit encore l'angle d'attaque…
On ne nous épargne aucun poncif, aucune répétition (12 "écrire", même si je conçois que c'est le nœud du poème, c'est tout de même un peu bourratif)…
Les pléonasmes sont légions, les images sont pour le moins banales, le vocabulaire manque singulièrement de recherche.
Désolé, mais quand je lis : "D'un élan naturel, je veux, dois écrire,/Comme le poisson nage et un oiseau vole," je suis pris d'un rire nerveux, on en viendrait à regretter que les poissons ne volent pas et que les oiseaux ne sachent pas nager.
De même, "cœur lourd" ou "prendre la plume" sont tellement galvaudés que…
Filandreux et indigeste. Navré, mais je n'accroche pas du tout.

   Anonyme   
11/6/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
J'aime bien l'idée de faire progresser le poème en allongeant les phrases. Ca lui donne de l'ampleur et engage le lecteur à poursuivre. Néanmoins la trop grande longueur finit par lasser et coupe cet élan. J'aurais aimé, de plus, assister à une fin moins sage que celle proposée; plutôt quelque chose de violent, paroxystique, clôturant avec force cette envolée.

Quand au thème, ma foi, malgré quelques belles vérités "Je veux écrire pour exister" tout ceci à quand même un goût de déjà-vu.

   Charivari   
11/6/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Le thème a été rabâché mille fois, et ce texte n'apporte absolument rien de nouveau. On a l'impression que les sentiments décrits sont empruntés, convenus, c'est très dommage pour un texte censé décrire l'intime.

La première strophe m'a plutôt plue, elle était directe, succincte, rythmée, mais après ça s'enlise.

Certaines formules me paraissent maladroites : ouvrir mon coeur lourd - puis répétition de "lourd" sur la strophe suivante ; ou "me donne une joie franche" . La plume lourde et dure, ça ne m'a pas convaincu non plus : très forcée, je trouve, comme figure de style. De même pour la redondance : "Sans relâche, sans repos, sans répit et sans trêve".

Le vers final : "Mes émotions, mes pensées, mes joies, ma vie, mes rêves", montre bien que le texte est une apologie de l'egotisme. Le lecteur est totalement absent de cette envie d'écriture. C'est logique, dans ces cicronstances qu'il ne soit pas touché par ces mots.

Il y a cependant une idée qui m'a parue intéressante, mais qui n'est pas assez développée :
Je veux écrire tout ce que je ne peux dire,
Ce que nul ne pourrait de vive voix entendre,
Les mots qui ne pourraient de ma bouche sortir,
Tout ce que, sans cela, je ne pourrais comprendre.

Ecrire l'indicible, écrire pour comprendre et être compris, il y a quelque chose à gratter. Peut-être est-ce parce que c'est ma conception personnelle de l'écriture ?

   Lunar-K   
11/6/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Ecrire pour donner corps à son "être intérieur", le faire exister et le (faire) comprendre. L'idée est belle, d'autant qu'elle prend à revers la conception de l'écriture comme exutoire. Il ne s'agit pas de se débarrasser de l'intériorité, bien au contraire, il faut la faire vivre, la partager en l'autonomisant par rapport au "paraître", ce que semble permettre l'écriture.

Si l'idée est intéressante, c'est avant tout par sa mise en forme. Les vers qui se délient progressivement marquent la libération tout aussi progressive de l'auteur, le déploiement de son "être intérieur" au fil du texte.

Malheureusement, je trouve que l'idée de ce poème, au lieu de se déployer, à tendance à trop piétiner sur la fin. A cet égard, je pense que les trop nombreuses répétitions sont symptomatiques du surplace au niveau du fond.

C'est dommage car cela entre en totale contradiction avec l'idée de devenir progressif qu'illustre la mise en forme particulière de ce poème.

   Anonyme   
11/6/2011
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Sensible a la belle forme abstraite circonscrite par les lettres,... un calligramme abstrait ?
C'est à mes yeux le seul intérêt de cette composition.

A moins que ce soit un second degré de votre part ? Utiliser sciemment les poncifs de la poésie sur un thème archi-traité, pour créer un regard à nouveau sur celui qui écrit.
La graphie du mot jointe celle de la pensée.

Mais non, à la relecture je ne vois aucun recul.
Juste les ingrédients insipides d'un soufflé qui a fait pschitt.

   jaimme   
11/6/2011
C'est le danger de la forme. A se contraindre à entrer dans un moule, le reste peut devenir secondaire. Il me semble que cela a été le cas ici. J'admire l'exercice. Cette montée en puissance, malheureusement, ne s'est portée que sur le nombre de syllabes, de mots. J'aurais tant aimé que ce crescendo se porte sur le fond. Mais déjà c'eut été difficile après ce premier vers qui dévoile l'essentiel (enfin, selon les anciens Grecs).
Alors au moins la forme poétique à l'intérieur des vers! Mais même si les idées sont là, l'expression est restée sans sonorité.
Dommage, car l'idée de départ était belle.

   Mourmansk   
13/6/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Meleagre,

Je trouve que ce texte manque cruellement d'originalité: tant du point de vue du fond (qui a été rabâché un nombre incalculable de fois) "Écrire / Encore / Pour fuir /La mort !", "Oui, je veux écrire / Encore et toujours / Pour pouvoir ouvrir /Enfin mon cœur lourd." que du point de vue formel (cf. la pauvreté des rimes "âme" / "drame", "coeur" / "douleurs", "coeur" / bonheurs" etc. ainsi que l'absence cruelle de rythme et la sensation que chaque vers tombe comme un cheveu sur la soupe).

Néanmoins, j'ai bien aimé la dernière strophe.

   Cyrielle   
27/6/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Une bonne idée que le choix de ce thème sachant que l’acte d’écriture varie d’un individu à un autre. Il appelle donc logiquement un traitement original qui transmette sa part de mystère.

L’originalité, je l’ai trouvée dans la forme qui va en s’amplifiant, mimant (peut-être !) un cri d’exclamation (strophes courtes) qui se transforme en paroles confidences (strophes plus longues).

Malheureusement, cette mise en forme intéressante est desservie par des idées qui se limitent à des clichés maladroitement mis en valeur par les rimes trop faciles (encore / mort ; cœur / bonheur ; plume / plume…). Les figures de styles ne permettent pas de donner l’intensité poétique à ce poème car elles sont trop concrètes et convenues (le poisson qui nage, l’eau qui est en mer et la terre au sol : que d’évidences !). Les répétitions (du mot « écrire », de l’expression « je veux écrire »…) desservent toute ambition poétique car elles sont transparentes et donnent une impression de monotonie qui renforce l’absence d’originalité.

J’ai vu dans la profusion de la première personne l’authenticité d’une expression qui gagnerait cependant en profondeur en élaguant une matière trop brute (un poème plus court, moins d’exposition de l’instance poétique…) Peut-être faudrait-il recentrer le propos sur l’acte d’écrire lui-même et intégrer la part de mystère qu’il recèle en travaillant davantage le vocabulaire, les images, les idées dans ce sens. Une piste possible parmi bien d’autres…

   Anonyme   
3/7/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Beaucoup de choses ont déjà été dites, donc il faudra me pardonner les répétitions!

Je déplore la pauvreté des rimes de ce poème, certainement écrit dans l'urgence, avec un besoin évident qui t'a peut-être empêché de prendre le recul nécessaire... Le fond manque de nouveauté, et ce poème assez banal n'est, à mon avis, pas à ton vrai niveau.

Néanmoins, je salue l'originalité de la mise en forme, qui transmet un grand enthousiasme. Le dernier quatrain reflète bien ce sentiment de libération.

   Meleagre   
5/7/2011
Quelques réactions ici : Ecrire Orphée

   Menvussa   
5/7/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

L'exercice est intéressant; Pas très évident. Pour ce qui est du fond, l'ennui c'est qu'avec les trois premières strophes on a tout dit, après, on mouline c'est un peu du remplissage.

   Anonyme   
28/9/2017
La forme est convaincante, en allant ainsi en s'élargissant.
Son ampleur est présente mais le contenu stagne et
manque cruellement de force.
Excusez-moi cette expression, mais vous "radotez" tout au long
de votre propos, et tournez un peu en rond.
Votre désir d'écrire est ressenti, mais il finit pas lasser parce votre
phrasé manque d'envergure.

Mais là, encore, c'est un sujet, loin d'être facile, tellement de fois,
il a été présenté, et cela, sous toutes les "coutures".

"Ecrire" bien vaste sujet, autant d'individus autant de raison de le faire, chaque écrivain à sa propre raison, sa propre urgence.


Oniris Copyright © 2007-2022