Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Melenea : Remue méninge [concours]
 Publié le 19/10/08  -  10 commentaires  -  1679 caractères  -  73 lectures    Autres textes du même auteur

C'est que que parfois on travaille du chef aussi :)


Remue méninge [concours]



Ce texte est une participation au concours nº 7 : Au travail ! (informations sur ce concours).




Au top du réveil
Se dégrippe la machine
Dans un stimuli amplifié
De la lumière déverrouillée
Dépliant ses tentacules
En bribes éparses
Jaillissant du brouillard
D’un matin grisaille

Échevelés les mots
S’organisent
Au train
Des réflexions ajourées
Embrochant les questions
À la curée d’une pertinence
Désenchantée

Branle-bas de combat
Aux charnières enluminées
Sur l’envers d’un cristal
En lueur esseulée

Cheminots d’un mental
Les idées
Charbonnent le jour
D’empreintes frugales
Au parcours
D’une pause sur image

En gare de triage
S’affrontent les souvenirs
En monolithes de veille
À re-miser
Au fil de la mémoire
D’Ariane la belle

Et se cadence le mètre
Des pensées chronos
Qu’infuse la psyché
Dans les rouages graissés
D’un chaos organisé

L’espace coordonne
Les maux de remplissage
Sur l’écho d’un apprentissage
En moulures formatées
Des situations de crise

Dans les starting-blocks
Se pose la compréhension
Des heures à venir
Du labeur conscient
De la matière grise corvéable
Dans l’effort de construction
Au fouet des perpétuelles agitations
Succombant parfois
À l’esclavage d’un stress
Sur le mode de dépression…




©Mél


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   belaid63   
19/10/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
j'ai aimé ton poème, les voies du cerveau sont pourtant souvent impénétrable. La c'est admirable

   spock27   
19/10/2008
j'apprécie... le changement de style

j'apprécie moins... la longueur du texte. de belles images qui auraient pu être mieux appréciées, dans un texte plus court et plus dense

une communion d'esprits qui ne s'est pas faite. pour une prochaine fois :)

alain°

   FisherKing   
20/10/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Superbe, comme une dissection dont on est pris à témoin où l'on voit la machine du cerveau opérer son travail. De belles images qui me renvoient aux temps mordernes de Chaplin. Mais surtout une très originale vision du sujet imposé !

   ANCELLY   
20/10/2008
Je l'ai lu...
Je suis un peu dérouté
J'y reviendrai
Ancelly

   Bidis   
20/10/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Aller à la création artistique comme on va au charbon…
Ce texte original aux images percutantes est un de mes favoris.

   David   
22/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Melenea,

J'ai eu du mal à suivre les changements d'images trés nombreux, il y a la machine, le train, la mine, l'antiquité, le sport ! C'est fait comme un texte envoutant sauf que l'angoisse, le stress qui arriveront à la fin l'emportent déjà tout le long du poème sur le farfelu, donc naivement ce n'est pas bon à lire, mais c'est un drôle d'effet.

   Anonyme   
23/10/2008
Est-ce un compliment? Est-ce réducteur?
L'auteur choisira.
On dirait du rap.
On a envie de dire ce texte sur une musique saccadée
On entend le bruit des machines.
Est-on dans un vaste bureau d'études, dans une usine, dans une gare.
En tout cas, on y travaille.

   Anonyme   
30/10/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé, c'est très rythmé, c'est juste les mots qui touchent.
Bref, bravo !

   marogne   
2/11/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Je crois que je préfère Mélénea dans ses productions « amoureuses ».

Je n’ai pas vraiment accroché à ce texte, à part la première et la dernière strophe.

Quelques belles images, mais qui ne servent pas assez le sens qui dans ce poème me semblait être un élément recherché. Un sens qui zigzague un peu, pas vraiment clair, où va-t-on, quel est le message.

Un peu déçu donc, mais j’en ai tellement d’autres à lire, que l’auteur m’excusera pour celui-ci. Du moins je l’espère.

   Marie-Ange   
23/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
En effet le "Remue méninge", est là, intense, dense qu'il m'en a donné le tournis.

Je me suis senti écrasé sous le poids des mots, d'où un ressenti mitigé. Il y a de très bonnes choses, mais en dose homéopathique, cela m'aurait mieux convenu.

Il faut dire que nos méninges sont toujours très prolifiques, enfin pour certains ou certaines. C'est un besoin, une nécessité d'exprimer de long en large, ce qui nous habite en notre fort intérieur. C'est bien sûr une richesse à condition comme en toute chose, de ne pas en faire de trop.

Cependant la première strophe m'a bien plus, elle donne le ton :

" Au top du réveil
Se dégrippe la machine
Dans un stimuli amplifié
De la lumière déverrouillée
Dépliant ses tentacules
En bribes éparses
Jaillissant du brouillard
D’un matin grisaille "

La suite de votre écrit, n'a pas tout à fait, cette même fluidité, mais c'est dans son ensemble un écrit plutôt intéressant.


Oniris Copyright © 2007-2017