Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
MissNeko :  Rencontre sur le même thème
 Publié le 17/03/09  -  8 commentaires  -  2219 caractères  -  87 lectures    Autres textes du même auteur

Quand deux vampires discutent de leur condition.


Rencontre sur le même thème



Sur les bords d’une rive, un vagabond vint à mourir.
Son corps encore chaud attira deux vampires.
Bientôt, l’un et l’autre revendiquaient le corps,
Se disputaient sa chair en parfait désaccord.
« J’étais là avant vous ; deux heures que j’attends la fin
Qui tarda tant à venir qu’elle aiguisa ma faim. »
Le second personnage ajouta à ces mots :
« Certes, mais regardez-moi, par pitié !
Une semaine que je n’ai rien pu avaler :
C’est la crise et les dîners se font rares.
Cette occasion tombe à point et je veux ce clochard. »
Il s’ensuivit un duel des plus comiques,
Tant les deux hommes étaient faméliques.
Leur légendaire force ayant subi la disette,
Ce combat ressembla à celui de marionnettes.
Quelques instants plus tard, éreintés d’avoir tant lutté,
Ils tombèrent tour à tour aux pieds du mendiant, exténués.
Le premier reprit son souffle et balbutia péniblement :
« Quelle triste sort que le nôtre, vraiment !
Une morne existence d’anachorètes amers,
À se terrer seuls dans nos sombres repaires.
Et en être à cette heure réduits à négocier un cadavre,
Quelle drôle d’époque, cela me navre. »
L’autre répliqua : « Cher ami, vous avez fort raison.
Ne pensez-vous pas qu’il faille changer notre condition ?
Se suffire depuis toujours de simples carcasses,
Voilà qui pour notre race, est une sérieuse menace.
En érigeant la discrétion en principe, vile infamie !
Nos ventres sont vides et terriblement amaigris.
Il est temps de réagir : revendiquons nos droits.
Unissons-nous pour assaillir de vivantes proies.
Il faut en terminer avec cette pénible solitude.
Rassemblons-nous ! À bas la servitude ! »
Les compères échangèrent leurs idées toute la nuit
Et oublièrent leur repas qui avait refroidi.
Au petit matin, on trouva leurs corps desséchés :
L’aube les avait surpris en plein discours effréné.

Moralité :

Les plus admirables pensées
Ne remplissent point un estomac affamé.
Nos deux confrères l’apprirent à leurs dépens :
À trop parler on en oublie le principal, assurément.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Selenim   
17/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Superbe fable, tant sur le fond que sur la forme.

Le style est limpide, l'humour omniprésent et la moral bien sentie.

Une belle réussite, j'en redemande.

   Anonyme   
17/3/2009
C'est un peu comme les frites Mac Cain si je comprends bien... ceux qui en parlent le plus en mangent le moins :-)

Amusant. De la verve et du rythme, un vocabulaire assez riche, un thème de fable bien revisité et renouvelé... voilà pour les plus.

Mais j'ai quand même achoppé sur quelques passages, notamment la répétition de "corps" au deuxième et troisième vers, ou bien des assonances assez malheureuses comme "Voilà qui pour notre race, est une sérieuse menace."

De plus, je déplore le manque de musicalité. Trop de diversité dans le rythme en rend la lecture moins agréable qu'elle ne pourrait être, un peu comme saccadée. Cela déforce le style choisi, je trouve.

   Anonyme   
18/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un traitement original de la condition de vampire! Certes l'idée de fond n'est pas neuve, mais j'ai aimé ce traitement par la fable.

Le style est simple, limpide et drôle.

Une légère baisse de pression au milieu, puis ça repart.

Un très agréable moment de lecture.

   lotus   
18/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sujet sombre traité avec humour et légereté.Très réussi.

   Flupke   
19/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Génial. Quel régal à lire !
Une chouette manière de commencer la journée.
Merci.

   Anonyme   
19/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé assez poilante cette fable mordante.
Peut-être que parfois le rythme ne suit pas...
Mais bon une agréable lecture tout de même.

   Lylah   
20/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un sourire dès le matin... sans les canines :)
J'ai bien aimé cette fable à l'humour corrosif et à la morale bien sentie ! Sympa.

   Sash45   
10/5/2009
Agréable à lire. et sur le fond, ça donne à refléchir car J'ai beaucoup à apprendre avant de pouvoir ciseler un texte...A commencer par la patience.


Oniris Copyright © 2007-2019