Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : En mémoire aux duvets – 1
 Publié le 15/06/18  -  9 commentaires  -  599 caractères  -  156 lectures    Autres textes du même auteur

Touches de sensualité : "Lisières".


En mémoire aux duvets – 1



Il y avait un emballement
un scintillement
duveteux
sous nos doigts
seuls humains errants
dans ces eaux désertes

posez vos mains
posez vos lèvres
sur mes lisières

Il y avait une douceur
une volupté
survoltée
dans nos bras
solitaires poètes
au cœur d'un chaos

posez vos mains
posez vos livres
sur mes dérives

Il y avait une sauvagerie
un vibrato
bien maîtrisé
sous mes bas
seuls lieux rassurants

posez vos mains
posez vos lèvres
sur nos lisières


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
15/6/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
J'ai fait un peu la moue en vous lisant car je ne suis pas vraiment emballé, la répétition de :

" posez vos mains
posez vos lèvres
sur mes lisières "

Rend très monotone la lecture. Dans son ensemble c'est un texte qui manque singulièrement de force, de conviction, l'idée est stagnante. Elle renvoie sans cesse à la même image, qui pour moi, n'a pas un grand intérêt.

   PIZZICATO   
15/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ces " duvets " et " lisières " imagent une sensualité sensible dans la relation des souvenirs.
J'ai bien aimé cette idée transmise :
" solitaires poètes
au cœur d'un chaos
posez vos mains
posez vos livres
sur mes dérives "


" sous mes bas seuls lieux rassurants " (...)

   Lulu   
15/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,

Eh bien, en ce qui me concerne, j'ai bien aimé ce poème que j'ai trouvé très musical !

Il y a un jeu entre les personnages
"posez vos mains
posez vos livres
sur mes dérives"
Puis, un jeu entre la narration et le lectorat…

J'ai trouvé cela vraiment intéressant, ce côté ludique dans la "douceur" et la "volupté".

J'ai particulièrement aimé la troisième strophe, et le rythme d'ensemble avec ces vers très courts qui participent de l'ambiance active qui se dégage du texte.

On retrouve un thème qui vous est cher : "ces eaux désertes"... ou les "eaux", tout court.

Vous qui aviez peur, chère MissNode, de ne pas toujours pouvoir exprimer verbalement dans un poème, ici, je trouve que l'on entend une vraie voix… La syntaxe est respectée, et cela me semble être un atout (en tout cas, en ce qui me concerne), car lorsqu'elle est malmenée, on court le risque de se perdre un peu…

Enfin, j'aime assez la sobriété de ce poème.

Tous mes encouragements, et au plaisir de vous relire.

   Donaldo75   
16/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,

J'ai beaucoup aimé ce poème très évocateur; il est subtil, léger tout en restant réellement poétique, construit comme une chanson courte pour les grands.

"posez vos mains
posez vos livres
sur mes dérives"

Bravo !

Donaldo

   Eki   
18/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Voluptueuse respiration de vos mots et battements de poésie comme des échos qui semble revenir dans ce refrain.

J'ai aimé ce ruban de douceur.

Eki

   Robot   
24/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ce numéro 1 laisse supposer d'autres envois. Celui-ci me plaît par l'originalité de sa composition avec une petite réserve sur l'anaphore "il y avait". A mon goût, si elle était supprimé en conservant seulement un emballement - une douceur - une sauvagerie, ces strophes auraient une entrée plus forte. D'autant que l'anaphore "posez" me paraît suffisante comme leitmotiv.
Mais ça ne m'a pas empêché d'apprécier ce poème.

   MissNode   
24/6/2018

   Eclaircie   
6/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour MissNode,

Le deuxième épisode vient de paraître, je laisse ici une trace de mon passage, car je voulais chercher une éventuelle continuité dans les poèmes 1 et 2.
Ce poème est tout en sensuelle douceur, rien de "torride", mais délicatement "solide" et "fragile" à la fois.
Je regrette un peu ce "il y avait" repris 3 fois, comme si l'auteur voulait insister -un peu trop ostensiblement- sur un passé - révolu ?
Heureusement le "leitmotiv" à l'impératif vient adoucir l'impression.

Et pour revenir à ce leitmotiv, ce serait sans doute intéressant, plus à mes yeux, de trouver une variante pour sa troisième apparition.

Globalement, j'ai bien aimé.
Merci du partage,
Éclaircie

   jfmoods   
14/7/2018
Ce poème - première partie d'un cycle - explore une perception sensorielle : le toucher (titre : "En mémoire aux duvets", métonymies : "doigts", "mains" × 3, "lèvres" × 2, "bras").

Cette évocation se présente sous la forme d'une parole en écho (adjectifs possessifs : "nos", "vos").

La locutrice relate une expérience tactile à la fois individuelle et collective au fil du temps (présentatif : "Il y avait" × 3).

C'est d'abord l'épisode de la naissance, de la découverte d'un monde inconnu ("un emballement / un scintillement duveteux", "seuls humains errants / dans ces eaux désertes").

C'est ensuite l'enfance et l'adolescence (jeu antithétique mettant en exergue la variété des émotions : "une douceur / une volupté survoltée", image du débordement : "solitaires poètes / au cœur d'un chaos").

C'est enfin l'âge mûr (jeu antithétique établissant des limites : "une sauvagerie / un vibrato bien maîtrisé", image de la sécurité sensorielle : "sous mes bas / seuls lieux rassurants").

À cette relation à l'intime répond, en écho, l'appel pressant du toucher à explorer (impératif : "posez" × 6). La locutrice est invitée à découvrir, au fil des expériences ("vos livres", "mes dérives"), la palette des potentialités d'un sens, puis de tous les sens réunis (gradation : "sur mes lisières", "sur nos lisières").

Merci pour ce partage !


Oniris Copyright © 2007-2018