Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Queribus : Ballade de l'arbre millénaire
 Publié le 16/06/18  -  8 commentaires  -  1551 caractères  -  113 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'une grande ballade où un très vieil arbre raconte ses souvenirs (quelques-uns) sous la forme d'une grande ballade.


Ballade de l'arbre millénaire



J’ai bien connu la peuplade barbare
Et la maison de ces rois très anciens,
Les bâtisseurs dont la gloire s’empare,
Eux qui œuvraient tels de vrais magiciens
Les charpentiers, artistes plasticiens.
J’étais debout bien avant les châteaux
Déjà présent à l’âge des métaux,
Prisant les jours de ce temps débonnaire
Alors je dis, loin de vos écriteaux :
Oyez la voix de l’arbre millénaire.

J’ai vu grandir la révolte cathare,
La belle église aux éclats paroissiens
Et la ferveur quand une foi démarre
Lorsque mon tronc portait les Phéniciens,
Les empereurs et les rois capétiens.
J’ai pu servir à faire des bateaux
Peut-être aussi, qui sait, des hôpitaux ;
Fait du teck dur ou d’un bois ordinaire,
Je suis le roi des êtres végétaux,
Oyez la voix de l’arbre millénaire.

J’ai pu donner parfois l’essence rare
Aux grands savants, tous les preux physiciens,
Faisant cadeau d’un tronc dur que prépare
Le menuisier, loin des théoriciens,
L’homme au rabot des romans balzaciens.
J’ai supporté les feuillages rustauds,
Souvent aussi, les branchages courtauds,
Même parfois, dans un décor lunaire,
La branche étrange au fond des boqueteaux,
Oyez la voix de l’arbre millénaire.

Princes brillant dedans vos blancs manteaux,
Vous si souvent fiers de vos capitaux,
Je suis l’ami, le vaillant partenaire,
Écoutez-moi, loin des romans-photos,
Oyez la voix de l’arbre millénaire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
31/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'aime beaucoup l'histoire de cet arbre , mais gourmand j'en aurais voulu plus de détails ,qu'importe , on susurre l'esquisse d'une évocation de quelque chose , on frôle l'histoire , on caresse la métaphore , le feuillage bruissent un léger message , le texte me va tel-que.

:j'aime se rappelle en fin de chaque strophe.

"Alors je dis, loin de vos écriteaux
Oyez la voix de l’arbre millénaire."

"Je suis le roi des êtres végétaux,
Oyez la voix de l’arbre millénaire."

La branche étrange au fond des boqueteaux,
Oyez la voix de l’arbre millénaire.

Ecoutez-moi, loin des romans-photos,
Oyez la voix de l’arbre millénaire.

   papipoete   
2/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
néo-classique
je lis aussitôt votre poème, dès lors que vous faites parler " qui n'est pas humain " !
Animaux, flore et même porte-manteau ! et là, c'est un arbre millénaire qui s'épanche, et raconte tout ce que nous apprenons des livres, puisqu'il était là, pour chaque pan de notre ère !
Parmi ses témoignages, il reste de son temps des ouvrages encore debout, donjon de château-fort ; outils rouillés et armes remisées en leur fourreau ; mais aussi des objets faits de son bois !
" oyez la voix de l'arbre millénaire ", ce refrain sied à ravir à ce récit, dont les images foisonnent !
" j'ai supporté les feuillages rustauds/souvent aussi les branchages courtauds " ces 2 vers me semblent de trop, car c'est la fonction primaire de l'arbre ,
Mais c'est une paille dans l'appareil de ce grand témoin, et je me suis régalé, tout au long de vos décasyllabes sans faute !
papipoète

   leni   
16/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut Queribus
Oyez oyez est une façon de s'exprimer de francis Leclec
l'écriture est très soignée comme dab

J’étais debout bien avant les châteaux
Déjà présent à l’âge des métaux,
Prisant les jours de ce temps débonnaire
Alors je dis, loin de vos écriteaux :
Oyez la voix de l’arbre millénaire.

et puis J'ai pu servir à des tas de choses

j'aime beaucoup ce vers qui prépare la finals

Princes brillant dedans vos blancs manteaux
J'ai une pesée pour le plus vieil arbre du monde à TEULE au MEXIQUE
Merci d'avoir traité ce sujet très original Amitiés LENI

   PIZZICATO   
16/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" J’étais debout bien avant les châteaux "
Belle idée que cet arbre millénaire qui voit défiler le temps et les humains s'activer aux choses de l'existence ; et tout ce que son tronc peut leur apporter.

" J’ai pu servir à faire des bateaux
Peut-être aussi, qui sait, des hôpitaux ;"

" J’ai pu donner parfois l’essence rare
Aux grands savants, tous les preux physiciens "...

" Écoutez-moi, loin des romans-photos "

J'ai bien aimé cet hommage rendu .

   Anonyme   
16/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Une "Ballade de l'arbre millénaire", lucrative, pittoresque et passionnante.

Par cette parole "Oyez la voix de l'arbre millénaire", ainsi répétée, nous voilà interpelés pour écouter attentivement l'Histoire de siècle en siècle avec des anecdotes.

C'est un arbre au don de conteur indéniable, il captive et il nous propose des images variées et instructives.

   Donaldo75   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ballade de l’arbre

Bonjour Queribus,

Dès les premiers vers, j’ai aimé ce poème épique.
« J’ai bien connu la peuplade barbare
Et la maison de ces rois très anciens, »

Ton arbre millénaire nous raconte l’Histoire dans toute sa splendeur, avec le recul propre au sage qui en a vu passer des fous, des sanguinaires, des révoltés et des illuminés.
Comme on dit dans les émissions scientifiques, mon expérience de lecture a été positive.
😉

Merci,

Donaldo

   Vincendix   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Très bel hommage à l'arbre, un végétal que j'aime et que je respecte, il a comblé ma vie professionnelle et je l'admire tous les jours, qu'il soit érable, hêtre, sapin, bouleau et autres.
Une excellente idée de le faire parler, qu'il soit teck ou balsa, chêne ou peuplier, il en a vu et entendu, parfois souffert par la folie de l'homme.
Bravo et merci
Vincent

   Cristale   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une très belle prosopopée sous forme de ballade que j'aurais aimé retrouver en catégorie classique. Mais telle qu'elle nous est présentée cette poésie ne peut que charmer l'adoratrice fervente de nos amis branchus souvent plus que centenaires. Revenant d'une ...balade...dans le parc arboré d'un vieux château où j'ai rencontré des cèdres majestueux, des chênes d'âges plus que respectables, j'ai d'autant plus entendu votre narrateur feuillu me murmurer à l'oreille de si jolis vers :

"L’homme au rabot des romans balzaciens.
J’ai supporté les feuillages rustauds,
Souvent aussi, les branchages courtauds,
Même parfois, dans un décor lunaire,
La branche étrange au fond des boqueteaux,
Oyez la voix de l’arbre millénaire."

Plaisir de lecture, connaissant l'énorme travail de fond concernant la "grande ballade", je m'incline et vous dis bravo Queribus.

Cristale


Oniris Copyright © 2007-2018