Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Mourmansk : Je me souviens
 Publié le 03/04/16  -  14 commentaires  -  891 caractères  -  379 lectures    Autres textes du même auteur


Je me souviens



Je me souviens du jour où nous nous sommes aimés
Lorsque la pluie coulait le long des jours heureux
Le brouillard réchauffait nos souffles capricieux
Et nous nous entendions comme neige au soleil.

Je me souviens du jour où nous nous sommes plu
Il faisait tendre jour au creux de mon oreille
Et les oiseaux partis cueillir l’autre printemps
Venaient combler le vide au creux de ton absence.

Je me souviens du jour où la nuit sonne l’heure
Quand il est bien trop tôt pour pouvoir le comprendre
Que demeure la nuit si l’on n’y prend pas garde
Et que nos joues bleuissent au contour des lilas.

Je me souviens du jour où nous nous sommes aimés
Il faisait tendre nuit et nos pas s’étreignaient
C’était il y a longtemps, c’était une autre vie
Quand plus rien n’est à nous, c’est qu’il est temps d’éclore.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
9/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le leitmotiv de cette phrase "je me souviens" résonne en nous un jour ou l'autre, il énonce et annonce un moment qui a eu son importance, et qui laisse une trace profonde.

C'est ici le côté émouvant qui m'a séduit dans ce poème. Les mots ne cherchent pas à parler haut et fort, ils se font doux et tendre murmure. Ils sont l'ébauche d'un trouble qui se fait va et vient de la mémoire.

Le fond comme la forme sont pour moi sans remarque particulière.

   Pimpette   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'adore!
Une grande pureté d'écriture sur un sujet casse gueule...
Tous les mots sont ceux du langage courant mais une poésie sans labeur, sans chichis romantiques traversent chaque strophe!
J'imprime et je garde.

"Je me souviens du jour où la nuit sonne l’heure
Quand il est bien trop tôt pour pouvoir le comprendre
Que demeure la nuit si l’on n’y prend pas garde
Et que nos joues bleuissent au contour des lilas."

TOut est simple mais rien n'est banal...

   lala   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bonjour Mourmansk,
Vos mots glissent comme l'eau de la rivière un jour de printemps.
Le champ lexical de la complicité amoureuse est finement associé aux reflets du temps (pluie, jours, brouillard, neige, soleil, printemps, nuit).
Passion, sérénité, d'un livre qui s'ouvre à un épilogue, un long chemin vécu de page en page.
Des répétitions me semblent à éviter : creux et nuit.

   Lulu   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mourmansk,

j'ai bien aimé ce poème. Le seul "Je me souviens" devait me séduire... mais je ne suis pas déçue par la suite qui présente la vie en douceur.

J'ai moins accroché à la troisième strophe, cependant, car on n'est plus dans le passé, mais le présent "la nuit SONNE l'heure" ... etc. et cela a un peu freiné ma lecture, y compris quand je vous ai relue. J'aurais tout mis au passé, même pour signifier un présent, car le premier verbe "Je me souviens" appelle le passé.

Par ailleurs, j'ai été étonnée de trouver deux fois "au creux". Vous le dites là : "au creux de mon oreille", puis "au creux de ton absence". Cela aurait pu être évité, je pense, car sur un texte court, cela est trop sensible.

J'aime bien la nostalgie qui se dégage de ce poème avec des images simples et attachantes, comme "la pluie coulait le long des jours heureux". En fait, je trouve que c'est assez banal. Vos images ne sont pas extraordinaires, mais elles touchent car elles sont douces et évoquent des situations ou sentiments en lesquels nous pouvons tous nous retrouver.

Enfin, j'ai beaucoup aimé le dernier mot "il est temps d'éclore" ; une très belle réflexion et une très belle image à la fois.

   Anonyme   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
De loin je préfère 'La peau s'est endormie' (rien que le titre!), l'un de vos autre poèmes que je viens de lire, où deux écritures, l'une 'irréfléchie' et l'autre semblant dictée par la raison, se mêlent et s'enchevêtrent pour donner un ton particulier, mystérieux et prenant. 'Je me souviens', que je ne boude pas pour autant, me laisse un peu sur ma faim. Je ne trouve pas d'accroches véritablement. La lecture est agréable, quelques vers se mettent en avant (comme le dernier, par exemple) mais cela ne suffit pas à renouveler le thème.
A vous lire à nouveau.

   Anonyme   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
"Je me souviens du jour où nous nous sommes aimés
Il faisait tendre nuit et nos pas s’étreignaient
C’était il y a longtemps, c’était une autre vie
Quand plus rien n’est à nous, c’est qu’il est temps d’éclore."
Ce quatrain est intense, une vie entière se résume dans ces vers, tendre nuit, les pas qui s'étreignent, ensemble sur le même chemin, entremêlés, c'était avant dans une autre partie de la vie qui s'est échappée de nous, et ce n'est plus nous, et il est temps d'éclore; c'est si réel, si magnifique de penser qu'à la fin, il est temps d'éclore, la mort ainsi devient une renaissance.

Les images sont brillantes,emplis de contrastes savoureux, pluie et jours heureux, brouillard qui réchauffe, neige au soleil... Et ces oiseaux partis cueillir l'autre printemps. Des mots simples qui ne viennent pas torturer les méninges, assemblés simplement, naturellement, et qui laissent juste échapper l'émotion, l'amour amplifié par le départ, la mort, l'absence... je ne sais ?
Belle évocation.
Bravo pour ces souvenirs que je peux aussi retrouver en moi grâce à la beauté de votre texte doux et fort. Un grand merci.

   Anonyme   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il y a de belles images dans ce texte, ainsi que l'anaphore qui vient corroborer ce souvenir omniprésent.
"Et les oiseaux partis cueillir l’autre printemps
Venaient combler le vide au creux de ton absence. "
" Le brouillard réchauffait nos souffles capricieux "
" Et nous nous entendions comme neige au soleil." original.

J'ai moins aimé " Et que nos joues bleuissent au contour des lilas."

   Pouet   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime assez.

Je trouve un peu "cliché" les deux premiers vers. Faut avouer que "je me souviens" n'invite pas à l'originalité.

Mais après ça me parle plus.

"Le brouillard réchauffait nos souffles capricieux
Et nous nous entendions comme neige au soleil."

Associer des contraires c'est assez classique mais ça fonctionne bien ici.

Le deuxième quatrain pareil j'aime et j'aime pas, les oiseaux qui cueillent le printemps... Hmmm, un peu cliché romantique, pas trop fan. En revanche: "Il faisait tendre jour au creux de mon oreille", ça me cause plus. Le premier vers de ce quatrain, rien à en dire de particulier, pas poétique, explicatif simplement, il en faut aussi. Quant à "combler le vide au creux de ton absence" c'est toujours sympa mais pas très original non plus.

Je pense que le troisième quatrain est mon préféré, je ne vais pas en faire le détail donc.

Le dernier quatrain me semble retomber dans les travers du cliché, à part "nos pas s'étreignaient", jolie image et le dernier vers très bien aussi.

Après je n'ai rien contre les "clichés", tout dépend du thème en fait. Mais là l'amour bon, il m'en faut un peu plus pour me faire rêver. Après on peut certainement trouver des clichés dans mes textes aussi... Mais j'assume mes contradictions :)

Voilà pour ma part un sentiment mitigé qui oscille pour ce concerne l'évaluation entre le "un peu plus" et le "bien moins". Je choisis la deuxième option.

Au plaisir.

   Gemini   
4/4/2016
J’ai apprécié ma lecture dans ces quatre quatrains de quatre phrases, où la ponctuation, parfois et notamment en fin de vers, manque (je le signale par ce qu’il y a deux virgules dans le dernier quatrain, pour casser le rythme et finir en douce sans doute).
J’ai supposé que ces quatre quatrains représentaient les quatre saisons de l’amour du narrateur (bien que dans le déroulé, il m’a semblé bizarre que le couple se soit plu après s’être aimé ; coup de foudre du printemps sans doute).
Je trouve que le charme de ce texte se trouve dans la simplicité de son vocabulaire. Quelques vers m’ont renvoyé à des poètes du passé sans pour autant que l’ensemble sonne classique. Le ton n’est pas larmoyant ; on sent dans les mots, et dans la pointe de philosophie finale, que le deuil est fait, la page est tournée, et qu’aux dépens de la mélancolie, seul reste le souvenir, justement en titre (texte épitaphe ?).
Je ne sais pas si le choix de métrique est censé donner la monotonie voulue pour le texte, mais je l’ai ressenti ainsi : le rythme de l’alexandrin lié à l’anaphore et certaines reprises (nous nous sommes aimés, il faisait tendre), est en effet languissant, ce qui convient, parfaitement à mon sens, à la tonalité due au propos.
Dernier point, « nuit » apparaît trois fois. Les deux premières semblent voulues, mais la suivante est suffisamment proche pour que ça (m’) interpelle.

   Cristale   
4/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Je ne sais pas définir ce qui m'attire précisément dans ce poème ; le rythme, certainement, la nostalgie, les jours et les nuits en leitmotiv des souvenirs.
Des mots qui se répètent, (un détail qui m'a attirée positivement à la lecture) comme se répètent les images du vécu derrière nos paupières inlassablement.

Les vers coulent doucement
"C’était il y a longtemps, c’était une autre vie"

et c'est très beau.

Plutôt adepte du classique, j'avoue que votre poème contemporain, sans rime, m'a étonnamment charmée.

Bravo et merci Mourmansk.
Cristale

   Francis   
4/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une mélancolie que les mots transmettent au lecteur. De belles images et de la fluidité. L'absence de rimes ne nuit pas à la musicalité. J'aime ces oiseaux partis cueillir l'autre printemps.

   Hananke   
4/4/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour

Pas simple de faire du neuf avec du vieux.

Ces quatrains qui commencent toujours avec le même verbe,
la voix des souvenirs, me paraissent d'une grande banalité.

La répétition du mot jour à l'envi (6 fois dans le texte)
résonne comme une antienne trop souvent entendue.

Peut-être à sauver le vers 4 :
Et nous nous entendions comme neige au soleil.

Cette métaphore de la neige fondant au soleil est un des trop rares passages de ce texte échappant au déjà-dit.

Au final, un poème qui n'apporte rien de neuf
au thème éminemment rebattu.

   Methos   
4/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je me suis laissé tendrement embarquer par votre poème au cours de la première lecture, sans trop chercher à comprendre, à déceler, à décortiquer le sens profond de vos rimes.
Puis il a fallu que j'y revienne, ne pouvant supporter l'idée que quelque chose m'échappe, c’est là notre malédiction d'écrivain !
Mais pour cette fois, heureusement, cela n'a pas brisé le charme.

Vous avez su saisir l'impalpable complicité de deux êtres, vous tenant à l'abri du regret amer ou de l'éloge niaiseux, juste comme il faut.

Il me suffit de parcourir quelques lignes comme celles-ci pour embaumer mon âme de joie,
La grande force des contes et de la poésie est de nous attendrir, de bannir les mauvais sentiments d'un revers de la main.
Continuez ainsi !

   Anonyme   
7/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte très doux à lire, et plein de pudeur.
L'anaphore "je me souviens " est plutôt bien trouvée, même si son côté lancinant a fini par m'agacer un peu.

Il y a de très belles images: "s'entendre comme neige au soleil", " le contour des lilas" et la référence couleur associée.

Par contre, je trouve la fin, i.e la chute, un peu trop banale, sans la beauté du reste. C'est dommage, pour moi.

Bref, un sympathique moment de lecture, merci.


Oniris Copyright © 2007-2022