Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
daphlanote : Enfance
 Publié le 03/04/16  -  10 commentaires  -  1429 caractères  -  221 lectures    Autres textes du même auteur

Narrative.


Enfance



Commuer, lier des plaintes au demeurant factice, devenant l'amant l'ému l'émo, émotion tactile et manutention désaxée. Au soleil s'enfantera désir démon démentant devantlesautres, avaler l'aval, la parole bienfaisante et l'enfer-décors décrit s'ouvrira.

Soulager, soûler d'intention l'avenir maintenu au bout des bras, au bout des doigts l'enfant crocheté sur serrure du printemps. Assumer seule. Versants gravis escarpés d'embûches. Embauchoir formant, mal embouché l'homme était là. Lassé d'appartenance et terrassé d'apparence, il laissa. Aller.
Mais nul venant n'ira au-delà des aurores naissantes. Tenter à vaincre le futur pour mieux démentir la chute. État : englué.

Étreignant les araignées voraces des piqûres vaines et abat-carrée, ils purent cheminer deux plus que trois marches, assemblés consentis. La marée venteuse ne les arrêta pas. Chimère cheminant seulement, traçant du contour la plume et la vague s'enroulant infiniment, luttant pour perdre pied sous les eaux.

Enfin les témoins grandissaient et le pont fut brisé, l'existence encore envisagée d'alors. Rasée l'existence, criblée cutter défendant, cousu, rond, collée encollée navigant jusqu'au couchant, exilée jusqu'au bord du monde.




_________________________________________________

Ce texte a été publié avec des expressions protégées par PTS.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   StayinOliv   
12/3/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Votre poème n'est pas facile à lire et je n'ai pas pris de plaisir avec ces phrases et ces mots sans cesse hachés. Des plus heureusement que vous précisez le sujet dans le titre car il m'a fallu le chercher dans le texte.

   Ananas   
12/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour,

J'aime beaucoup !
Les sonorités cognent bien, il y a du rythme, beaucoup de rythme !
Le traitement du sujet est bien exploité, avec une douce violence à peine retenue, et une ambiguïté juste ce qu'il faut de malsain.

Les mots ici aussi durs et doux, l'auteur en joue et en use avec maestria, le résultat est entre le clair et l'obscur, je l'imagine parlé fort jusqu'à être murmuré.

J'aime particulièrement :

lier des plaintes au demeurant factice
émotion tactile et manutention désaxée
l'enfer-décors décrit
souler d'intention l'avenir maintenu au bout des bras
Versants gravis escarpés d'embuches
les araignées voraces des piqûres vaines et abat-carrée
traçant du contour la plume et la vague s'enroulant infiniment, luttant pour perdre pied sous les eaux
exilée jusqu'au bord du monde


J'apprécie aussi les assemblages de mots, l'état : englué.

Une belle prose, qui navigue entre deux eaux.
Le ressenti me laissera une trace qui ne sera pas éphémère.

Merci.

   Anonyme   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je dois avouer que j'ai trouvé un peu gênante cette gymnastique sémantique par endroit, de même que certaines images un peu tarabiscotées comme "au bout des doigts l'enfant crocheté sur serrure du printemps " "des piqûres vaines et abat-carrée" (?).
Pour ces raison ce texte ne m'a pas vraiment séduit.

   Lulu   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Daphlanote,

ce texte ne m'a pas touchée, le trouvant trop hermétique pour l'éprouver. On sent bien que vous relatez des choses - et le titre, très beau, est à lui seul un poème -, mais cela n'émerge pas dans ma lecture. Je reste comme étrangère au texte, en dépit de mes relectures.

J'ai été gênée dès la première phrase, pour ne pas dire les deux premières. Il semble que j'aie besoin qu'on respecte la syntaxe ; cette dernière permettant d'entrer plus facilement dans l'intimité d'un message. Du reste, cela me semble aussi essentiel pour la langue. Je ne dis pas que vous la mettez à mal. Vous inventez et c'est là votre droit. D'ailleurs, vous avez raison. En poésie, on invente, on crée... J'ai d'ailleurs aimé le jeu de mots "l'amant l'ému l'émo"..., ou "l'enfer-décors", mais cela ne m'a pas permise d'entrer dans votre texte dans sa totalité. Je me suis retrouvée vraiment étrangère, comme je vous l'ai dit, et peut-être aussi perdue, du fait de ne rien en extraire vraiment.

Peut-être nous donnez-vous des éléments complémentaires en marge de ce poème ? En tout cas, je l'espère.

A une prochaine fois.

   Anonyme   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour daphlanote,

Le jeu des assonances devient vite assommant.
Si je peux comprendre qu'il soit un exercice jubilatoire, je crois aussi qu'il étouffe ici le texte, l'empêche de respirer.
J'aime beaucoup cette image:
'l'enfant crocheté sur la serrure du printemps'

   Pouet   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"au bout des doigts l'enfant crocheté sur serrure du printemps", très beau ça.

J'aime ça aussi: "Mais nul venant n'ira au-delà des aurores naissantes. Tenter à vaincre le futur pour mieux démentir la chute."

L'écriture est intéressante, certaines allitérations peuvent lasser et sembler un brin forcées parfois comme "l'amant l'ému l'émo" ça fait un peu l'émeu ému... D'ailleurs c'est quoi l'émo? (ah ok j'ai cherché: un sous-genre du punk hardcore normal que j'connaisse pas, pas vraiment mon style :)

J'aime pas trop: "mal embouché l'homme était là", mal embouché, bof bof. Trop terre à terre même si y a deux sens.

Moi pour le sens j'ai compris un couple qui se forme et qui fait des enfants sûrement rien à voir mais ce que j'y ai vu... Étonnant non? :) Plus qu'une "enfance" comme dit le titre.

Un bon moment dans l'ensemble.

   Anonyme   
4/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte intéressant par son usage du langage: j'ai pensé à un sorte de travail type Oulipo, avec une structure prédéfinie que n'a pas le lecteur. Je me trompe peut être complètement.

Il y a des trouvailles très jolies: ""Mais nul venant n'ira au-delà des aurores naissantes." avec son lot de promesses inabouties.

d'autres plus faibles: " l'amant l'ému l'émo, émotion " j'ai eu l'impression d'entendre un slogan publicitaire...

Au final je n'ai pas compris grand chose (une histoire d'amour en échec ...mais peut être pas), mais ça n'a pas d'importance à mes yeux: c'était un moment de lecture agréable.

   lala   
4/4/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour daphlanote,

Je suis restée sur le quai de la gare.
J'ai trouvé votre texte alambiqué, hermétique, prétentieux.
Alors que vous cherchez absolument à innover, le résultat est un enchevêtrement de répétitions syllabiques et de portions de phrases sans originalité (la parole bienfaisante, au bout des bras, au bout des doigts, des aurores naissantes...).
J'entrevois le destin d'une mère célibataire, mais la clarté n'étant surtout pas recherchée, le fond ne doit pas être important.

   daphlanote   
22/4/2016
Bonjour à tous,

Un sujet a été ouvert à cette adresse :

http://www.oniris.be/forum/au-sujet-d-enfance-daphlanote-t21922s0.html#forumpost288798

Merci.

   bolderire   
13/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
votre poème m'a n peu "englué", néanmoins j’apprécie son herméticité...un peu comme l'enfance en somme...
Bonne continuation.


Oniris Copyright © 2007-2020