Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Mourmansk : Le corps de Paris
 Publié le 26/04/16  -  13 commentaires  -  977 caractères  -  207 lectures    Autres textes du même auteur


Le corps de Paris



Il fait froid sur la Seine


quand s'éveille un lambeau de peau sous l'esplanade
qui se cambre

muet


il fait froid sur la Seine


je m'interdis la vue des corps morts des églises
plantées aux quatre vents


surgit un souffle d'air qui frôle l'épaule
et le cœur
à demi déchiré par l'absence


respiration


attendre que le souffle ait dépassé le pont
et reborder les yeux
du temps où les ponts n'étaient que des jambes d'éléphants qui faisaient la course

(et le chef éléphant planté seul devant moi
cherche encore une jungle où planquer son ivoire)


puis c'est un nouveau souffle
qui se fait plus rapide


à la gloire de ceux qui ne sont plus témoins


lorsque tout se rendort
dans le noir de la Seine


c'est le sein de Paris qui enfante sa nuit


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Teneris   
4/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai trouvé ce poème particulièrement fort, mystérieux et envoûtant comme une promenade dans la solitude d'un crépuscule d'hiver. Le rythme irrégulier donne une certaine impression mêlée de vie et d'inquiétude, à l'image des mots oscillant entre l'onirique et le tragique.

Le premier vers est admirable dans sa simplicité comme dans sa force suggestive, nous plongeant - presque au propre comme au figuré - dans l'ambiance de givre et de mouvance caractérisant la suite. Le vers suivant est également très réussi, alexandrin inattendu, immobile comme la voûte d'un pont surplombant le fleuve. J'ai de même beaucoup aimé « je m'interdis la vue des corps morts des églises » et « à demi déchiré par l'absence », où sons et sens en synergie peignent un tableau d'émotions original et très profond. J'ai aussi apprécié le quatorzième vers pour son image surréaliste, inattendue mais pourtant en parfaite adéquation avec le fil de la narration ainsi que la manière dont « muet » et « respiration », de part leur disposition, mirent ce qu'ils expriment.

J'ai par contre un peu moins aimé « qui frôle l'épaule », à cause de son rythme en cinq temps qui coule de manière moins fluide et de ses sonorités à mon sens un peu disgracieuses. J'ai aussi trouvé l'usage de « planquer » peu inspiré, sa connotation moderne tranchant avec le caractère plus éthéré des autres vers.

   Lulu   
10/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé ce Paris singulier qui se dit au travers d'une forte présence. Et quoi de plus beau dans un poème que de dire cette espèce d'être au monde en lequel nous sommes. Ici, je trouve que c'est particulièrement bien réussi. Il y a la Seine, puis la présence du locuteur ou de la locutrice qui semble être dans une sorte de face à face avec soi et ce qui l'entoure. On se laisse porter par ses sensations "Il fait froid sur la Seine" ou "surgit un souffle d'air qui frôle l'épaule" ; son regard "je m'interdis la vue des corps morts des églises"...

Ce que j'aurais éviter, peut-être, c'est le verbe "planquer" que j'ai trouvé un poil trop familier. Une vague impression...

J'ai bien aimé le souffle et "la respiration" de et dans ce poème...

Bonne continuation à l'auteur.

   ikran   
11/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

c'est je trouve fantastique car il y a une simplicité, une légèreté, une complexité et une lourdeur, une joie, une tristesse, qui se côtoient tout le long.

Félicitations,

Ikran

   StayinOliv   
15/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé la musicalité de ce poème et même si je ne suis pas sûr d'en avoir compris toutes les images ( le chef éléphant ), je me suis vu au bord de la seine et c'est le plus important, par une seule et simple lecture, de pouvoir se transposer au lieu décrit.

   Gemini   
26/4/2016
Je trouve beaucoup de références dans ce texte ; Zola, Kipling, Napoléon; mais le lecteur étant ce qu'il est, il fait dire au texte un tas de choses qu'il n'a sans doute pas voulu dire.
Le côté radical de l'écriture (ni ponctuation ni majuscule) agrémente bien la volonté de froideur du texte (à part cet encart sur l'ivoire du chef éléphant qui me semble déplacé, peut-être même hors propos par rapport à la recherche épurée qui l'entoure. Mais peut-être s'agit-il d'une tactique, un effet de manche pour réveiller le lecteur qui m'est inconnu).
Hors atmosphère, le sujet me semble diffusé dans le champ lexical :
froid, lambeau de peau, muet, corps morts, églises, déchiré, absence, souffle, gloire, plus témoins...
De quoi se douter que la journée n'a pas été rose sur Paris, ou que son observateur hivernal n'était pas dans la plus grande forme de sa vie, mais cela s'arrête ici pour moi. je n'ai pas l'ouverture d'eprit nécessaire à m'imaginer mieux ou disons plus juste.
Ce qui ne veut pas dire que je n'ai pas apprécié. Loin de là.

Vous trouverez sans doute ma question idiote, mais donner des pattes d'éléphants aux ponts de la Seine (seule phrase à l'imparfait), était-ce vouloir évoquer les seventies ?

   Pimpette   
26/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"lorsque tout se rendort
dans le noir de la Seine


c'est le sein de Paris qui enfante sa nuit"

Il est beau ce Paris mystérieux, poignant, de l'auteur en balade!
On a fait tant d'images sur le sujet que je suis étonnée et ravie devant ces éléphants singuliers et vrais!

A lire à haute voix bien entendu car cette belle forme sans aucune monotonie réclame qu'on épouse le rythme choisi et necessaire...

   Robot   
26/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime quasiment tout de ce texte. Son cheminement, son écriture simple (pas simpliste), ses images. Seul le passage sur le chef éléphant me semble comme une digression qui m'a fait sortir du déroulement de ce texte. (peut-être un effet des parenthèses ou bien je n'en ai pas compris l'intention) Mais c'est un détail qui n'a pas gâché mon plaisir de lecture.

   Anonyme   
26/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très beau poème je trouve.

J'y vois l'évocation des SDF (les lambeaux de peaux), dans la nuit glaciale. L'oubli de ces gens aussi.
J'y vois une promenade romantique en amoureux, l'évocation des ponts traversés par les amants.

Et peut être que je me trompe totalement!

Mais tant pis, j'ai aimé le rythme et les mots (sauf les parenthèses que je trouve en trop).

Un beau travail, merci.

   Pouet   
26/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

J'aime le côté surréaliste du texte.
Le coup des "jambes d'éléphant" par exemple j'aime beaucoup.
Le début et "l'esplanade qui se cambre" me parle bien aussi.

Un peu moins fan du "cœur déchiré par l'absence" qui fait tout de suite plus convenu dans cet univers d'onirisme.

Peut-être que trois fois "souffle" est-ce trop?

Malgré tout un bon moment d'originalité à vous lire.

   Alcirion   
26/4/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Excellent texte ! J'aime beaucoup la suggestion de noirceur, du début à la fin (même si je n'ai pas saisi l'idée générale). Une atmosphère bien rendue, mystérieuse, des images intéressantes (les ponts pour des jambes d'éléphants, par exemple). Une forme aboutie et nuancée qui impose un ton négatif et légèrement inquétant en évitant le travers d'en faire trop.
(Allez, après avoir relu deux fois, je donne mon tout premier passionément, pour la réussite formelle)

   emilia   
26/4/2016
Comme une scène théâtrale saisie sur le vif, dont le décor est la Seine et les ponts de Paris aux arcades semblables à des pattes d’éléphants, où le narrateur traduit les sensations perçues à travers son corps, à la fois le froid qui fait frissonner sa peau, le souffle de l’air sur son épaule et le frisson glacé évoqué par la mort, les « corps morts » répartis « dans les églises aux quatre vents… », tous ces disparus qui ne peuvent plus être témoins…, la peine due à l’absence qui déchire le cœur à demi en fournissant les détails de la mise en scène qui affinent l’état d’âme : son regard muet, ce qu’il voit et s’interdit de voir, sa respiration, son attente, la mise en perspective d’un alignement de « jambes » pour mieux donner corps à cette vision métaphorique… ; une façon de rendre gloire aux absents en laissant entendre que le fleuve les accueille en son sein comme dans un berceau pour leur nuit éternelle, avec une grande sobriété dans l’émotion qui n’en est que plus intense…

   Anonyme   
26/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Mourmansk,

Je suis un peu partagé sur ce poème... J'aime assez bien les mots et les images sont justes... et belles, malgré la dureté du sujet.

Or, si la première partie se veut compréhensible, la seconde l'est beaucoup moins, voire pas du tout... Du moins en ce qui me concerne.

Je vais donc noter sur le ressenti.

Bien à vous,

Wall-E

   PIZZICATO   
26/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve qu'il règne sur ce poème une atmosphère insolite peut être même la nostalgie d'une absence (?) " surgit un souffle d'air qui frôle l'épaule et le cœur à demi déchiré par l'absence " "du temps où les ponts n'étaient que des jambes d'éléphants qui faisaient la course " Est-ce là une plaisanterie qui se disait à deux ?...

" je m'interdis la vue des corps morts des églises
plantées aux quatre vents " superbe image.


Oniris Copyright © 2007-2019