Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MP : À nos vies parallèles
 Publié le 29/08/16  -  8 commentaires  -  1439 caractères  -  184 lectures    Autres textes du même auteur

Thèmes : Afrique/Voyage/Passion
Texte isolé inspiré de et dédié à ma rencontre avec l'Afrique, l'Africain et mon moi africain.
Poème intime, personnel, que j'ai finalement eu envie de partager, donner à lire, faire vivre.


À nos vies parallèles



Arrachée à ma terre à l'appel de la tienne,
J'ai brûlé mes pieds sur ton sol de feu.
J'ai jeté mon âme dans les bras de mes frères,
À genoux, Africaine, j'ai rouvert mes yeux.

Sur tes lèvres de soie, sur ta peau d'ébène,
Sur le sable et le bois de nos corps mélangés,
Sous un soleil de plomb, entremêlés nos doigts,
Noire ta main sur la mienne et l'argile desséchée.

Et le monde a tremblé, d'une fièvre immense,
De l'arbre à la pirogue et des voix se sont tues,
D'autres se sont levées, du Sénégal en France,
Un nouveau matin danse sur nos cœurs répandus.

L'entends-tu ce cri de mon ventre qui hurle,
Où se rejoue l'histoire de nos deux continents,
L'as-tu entrevu ce champ des possibles,
Dans le plus grand secret se réunissent maintenant,

La lune, le Lion Rouge et le Fleuve Sénégal,
Sous le grand baobab ils chuchotent nos noms,
Un chant sacré s'élève, encore trop fragile,
Il ne couvre pas les moteurs de l'avion.

Abattue en plein vol, aveugle et apatride,
Je marchais sur un fil au sommet d'un volcan,
Enlevée au divin et jetée dans le vide,
Entre l'Afrique et moi de nouveau l'océan.

Dans ce royaume blanc régi par d'autres lois,
Une vague me porte née au large de Saly,
Sur les plages d'Mbodiene et de Joal Fadiouth,
Inchallah mes yeux se reposeront sur nous.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
29/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Joli poème sur ce coup au cœur pour une autre terre qui s'offre à nous. Ah l'Afrique mythique, magique, mystérieuse, un rien angoissante, brûlante, "sol de feu, à genoux, lèvres de soie, peau d'ébène, le sable et le bois de nos corps mélangés, argile desséchée, fièvre immense,"
...et puis "La lune, le Lion Rouge et le Fleuve Sénégal,
Sous le grand baobab ils chuchotent nos noms,
Un chant sacré s'élève, encore trop fragile,
Il ne couvre pas les moteurs de l'avion"... j'ai beaucoup aimé ce passage, comme l'Afrique éternelle que j'imagine, mais qui ne peut être muette malgré nos technologies occidentales, qui laisse profondément sur nos fragiles peaux blanches une déchirure, la griffe sauvage de son authenticité.
Merci pour ce voyage, cette sueur dans mon dos à vous lire.

   Lylah   
29/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel beau voyage sur cette terre où le feu de la sensualité brûle avec intensité à travers ces lignes...

Cette seconde strophe est vraiment superbe :

"Sur tes lèvres de soie, sur ta peau d'ébène,
Sur le sable et le bois de nos corps mélangés,
Sous un soleil de plomb, entremêlés nos doigts,
Noire ta main sur la mienne et l'argile desséchée"

Mais ce n'est pas la seule pépite de ce poème... Allez, je cite cette strophe là aussi, pour le plaisir

"Abattue en plein vol, aveugle et apatride,
Je marchais sur un fil au sommet d'un volcan,
Enlevée au divin et jetée dans le vide,
Entre l'Afrique et moi de nouveau l'océan."

A lire et à relire !

   PIZZICATO   
29/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un déracinement consenti à l'être aimé et pour sa terre.
Un fort joli poème aux images fortes qui traduisent cette passion nouvelle.
" J'ai jeté mon âme dans les bras de mes frères,
À genoux, Africaine, j'ai rouvert mes yeux. "

" L'entends-tu ce cri de mon ventre qui hurle,
Où se rejoue l'histoire de nos deux continents,"

   MissNeko   
29/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Magnifique voyage en ces terres d'Afrique. Votre poème est dit en émotions et en images. Votre plume est agréable, belle et inspirée.
J ai passé un excellent moment de lecture. Merci

   Brume   
30/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour MP
Votre ode à l'Afrique est splendide. Vos vers sont dépaysement.
"L'entends-tu ce cri de mon ventre qui hurle"
Ha oui je l'entend. Un cri d'amour pour cette beauté.
Sur la forme rien à dire, bon rythme, une locution claire et vivante, la ponctuation bien placée, les images sont fortes.
Merci pour les sensations visuelles et l'émotion. Vous m'en avez mis pleins la vue.

   Sofi   
30/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Que dire après tout ce qui a déjà été dit ? Beaucoup d'émotions en vous lisant. J'ai voyagé à travers vous sur ce continent qui me fascin et que je connais peu. Magnifique !

   Vincendix   
30/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème libre qui se lit facilement, sans les détours et les impasses que trop souvent je déplore dans ce genre.

Un sujet intéressant, la rencontre de deux êtres à travers celle de deux continents. La mise en parallèle de deux cultures qui peut aboutir à une parfaite entente ou provoquer de multiples conflits.
Et puis en toile de fond le Sénégal, sa Petite Côte et les pêcheurs, ses fleuves majestueux, Sénégal et Casamance…

   FABIO   
7/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
je connais le Sénégal et je dois dire que des détails un plus pointus sur les beautés de ce pays m'aurait fait plaisir.
Toutefois je reconnais que vous avez du talent pour décrire si bien
cet écartèlement entre deux continents.

je trouve également les derniers vers un peu brouillon.


Oniris Copyright © 2007-2020