Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Mr-Barnabooth : Une bouche d'égout sur le bord de la Maine
 Publié le 02/11/09  -  12 commentaires  -  764 caractères  -  290 lectures    Autres textes du même auteur

Tableau impressionniste et poétique d'une bouche d'égout sur le bord de la Maine - Poème écologiste d'une nature morte et artificielle.


Une bouche d'égout sur le bord de la Maine



Un flacon de plastique éduqué au benzène
Se bat pris dans l’écume au hasard d’une bouche,
Au large, sous l’abri fortuné d’une souche,
Des dérivés de plomb broient du polystyrène.

Sous l’orchestre de kro aux clapotis de verre,
C’est dans des boues rosées que le soleil se couche,
Il n’a jamais de nez mais il voit bien la mouche
Grasse faire la loi entre les polymères.

Il va dormir paisible au progrès reposant,
Sur un épais tapis de mousse vert luisant,
Bercé par le roulis des eaux usées d’égout.

Ô tableau que Cézanne aurait peint dans nos lieux -
La nature embaumée, la beauté du dégout -
Dans les vomissements du marron de mes yeux !



Juillet 2009


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   colibam   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très bonne impression à la lecture de ce poème qui commence comme une fable.

Certaines expressions sont vraiment savoureuses :
« Un flacon de plastique éduqué au benzène »
« aux clapotis de verre »
« C’est dans des boues rosées que le soleil se couche, »
« la beauté du dégout »

Une Nature-morte pleine de vie barbouillée par la main assassine des artistes « hum, hein »...

   jaimme   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est koi un orkestre de kro?

Mis à part ça le commentaire de colibam me convient très bien. Tu me le prêtes?

Oui, juste que polystyrène ou polymère, c'est moche, visuellement moche en plus du reste. Ch'est pas, les "y" sans doute, car benzène ça passe. J'apprécie, si on peut dire, le dégueulasse évoqué, surtout à la fin.
Encore que si on veut chipoter (et pourtant dans ces circonstances j'ai pas trop envie, beurk!), les bouches d'égout, les égouts c'est pas bien nouveau (VIIème siecle av JC). Encore qu'en relisant bien ce n'est pas le concept d'égout que tu dénonces, mais bien les saletés auto-biodégradables en 50.000 ans!
Intéressant et bien tourné.

   bulle   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La plume est affirmée, le langage soutenu.. en première écoute c'est ce qui me séduit..
Le regard, oui.. les images aussi.. particulièrement celle-ci
"la beauté du dégout " (dégoût .. il manque le chapeau sur le U ;))

Il faut surtout oser les mots Polymères et Polystyrène, pas vraiment usités en poésie, comme quoi, il se peut beaucoup de choses..

Une note me gênait un peu ici "Sous l’orchestre de kro aux clapotis de verre" (o-o).. mais en réécoute, elle paraît rallonger l'effet.. donc du coup, je la noie dans le reste qui coule bien à mon oreille..

"Sur un épais tapis de mousse vert luisant" ("épais tapis", joli effet ici)..

Le final me plaît aussi beaucoup..

J'aime l'expression claire..

   LeopoldPartisan   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'aime beaucoup le titre, l'idée et le thème. Pour ce qui est du traitement de cette matière en sonnet, le premier quatrain me semble tellement lourd que cela en devient pesant au point qu'on aborde le second avec la démarche empreinte de saturnisme. Heureusement celui-ci est plus fluide, tout en gardant le cap.
Les tiercets (en fait les 2 suites de 3 vers) se déclinent mieux et même nettement.
J'ai un peu l'impression que l'auteur un peu engoncé dans le canevas rigoureux du sonnet a voulu tout y mettre au risque d'être un peu lourd et barbouillé, tout comme ce qui sort des égouts.
C'est quand même pas mal.

   Lhirondelle   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Barnabooth

Ce sonnet, fort bien tourné nous interpelle t'il sur la question "d'égouts et des couleurs" ?
Pauvre Cézanne, même sa palette, une fois abandonnée, avec sa bouillie de peintures mélangées, serait plus belle que tout le triste constat peint ici.
J'ai bien aimé... fallait oser mettre ces mots tels "plastique, benzène, polystyrène, égout, vomissements" dans un sonnet.

Amicalement

L'hirondelle

   Chene   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Mister Barnabooth

Très original ce sonnet et bien glauque !

J'en apprécie les sonorités couinantes et grinçantes du polystyrène et des polymères, tintinabulantes des canettes de kro, tout ça avec un coucher de soleil moussu et aromatisé au benzène ! Ben tant qu'à faire ;)

Et que dire du clin d'oeil à Cézanne d'une Sainte Baume... "embaumée"

Truculent sonnet ! (bon je me pince un peu le nez, c'est peut-être comme ça qu'il faut le déclamer, d'ailleurs ! lol )

Chene

   Anonyme   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup l'originalité du sujet !
Certaines expressions sont jubilatoires : "éduqué au benzène", "l'orchestre de kro aux clapotis de verre" ... D'autres me plaisent moins : "l'abri fortuné d'une souche" (j'ai du mal à "visualiser" une souche à cet endroit, y est-elle vraiment où n'est-elle présente que pour la commodité de la rime ?), "il n'a jamais de nez" ...
Par ailleurs phonétiquement je suis un peu heurtée par "des eaux usées", "kro aux" ... les autres hiatus me gênent moins.
Il n'empêche que je trouve l'exercice intéressant et plutôt réussi, merci pour cette lecture originale !

   Anonyme   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tenter de faire du Beau avec du laid : entreprise périlleuse.
Ce que j'aime surtout, c'est l'emploi du sonnet dans un registre qui ne lui est pas habituel.
Je me suis amusé à cette lecture et ça me suffit.

J'aime pas le dernier vers ; je ne sais pas trop pourquoi !

N.B. : je relève aussi les disgracieux "des eaux usées " (dézozuzé) et "kro aux".

   pieralun   
2/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très original Mr-bth, difficile d'imaginer un poème écrit avec toutes les saloêries que nous vomissons sur cette terre.
Pourtant j'ai bien aimé les 8 premiers vers, finalement, la partie descriptive (la + dégeu) est la meilleure. J'ai moins aimé les 3 derniers vers, mais l'ensemble me plait.
Bonne idée bien réalisée

   nora   
3/11/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Décidément, l'art est supérieur à la nature, Baudelaire a raison ("Ce qui est crée par l'esprit est plus vivant que la matière"), puisque des images si désolantes (trop familières, par malheur)créent un tableau vraiment réussi. J'ai beaucoup aimé, et le jeu de mots ("d'égout"/"dégoût"), et les tournures originales, le regard presque attendri posé sur cette triste chimie qui est en train de redéfinir (de redessiner) la planète. J'ai eu l'impression étrange que ces objets, même si affreux, me regardaient et qu'ils criaient au secours. Double regard riche de sens.
Merci à l'auteur de ce beau poème.

   Lapsus   
7/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Beurk !
Il fallait oser ce poème post-industriel et chimiquement coloré, mais ça fonctionne, la vision est hallucinatoire et on finit par prendre pitié de ce soleil au lit si repoussant.
Cézanne ou pas Cézanne, c'est la peinture d'une nature morte.

   Anonyme   
31/7/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
C'est très réaliste, fort bien observé, et surtout bien retranscrit.

Là, je trouve votre plume subtile et habile. Les descriptions sont d'une précision époustouflante. Il n'y a pas grand chose à ajouter de plus.

Vous avez su dépeindre les images que l'on rencontre, aujourd'hui
bien trop souvent, au bord des cours d'eau. Là où la main de l'homme passe, la nature trépasse.

Dernièrement j'ai vu un reportage sur la pollution de l'Himalaya,
détritus laissés par les grimpeurs, cela laisse bien songeur ...

Vous avez glissé ce petit côté humour qui m'a fait sourire, et pourtant à bien y réfléchir, cela ne devrait pas " Sous l'orchestre de kro aux clapotis de verre", comme c'est bien vu ...
Chapeau à vous, l'humain n'a aucune retenu, il se permet le pire avec l'environnement. Il pense la nature silencieuse, mais il ne faut pas si fier, elle commence déjà à prendre "sa revanche".


Votre poème m'a beaucoup plu, tant par le fond, au phrasé bien élaboré mais simple, que par la forme que vous maitrisez, tant l'ensemble est fluide, sa lecture en est aisée.


Oniris Copyright © 2007-2019