Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
nelson : Complaintes
 Publié le 13/03/20  -  8 commentaires  -  776 caractères  -  111 lectures    Autres textes du même auteur

Tristesse dépressive.


Complaintes



Pavé de pierres où les pas trébuchent,
Sentier d'une vie comblée de vide
Un rire qui s'en va, une larme qui ruisselle
Quand glisse l'espoir dans les bras de la peur

Le doute est de feu dans des yeux
Obscurcis,
Éclaire d'une lumière où s'éteint le crédo,
Un sombre soleil guide des pensées funestes
Noyées dans un torrent de remords

Des psaumes de complaintes fondent en silence
Dans un cœur qui bat au rythme de déboires
Souvenirs rajeunis au fil du temps
D'un passé qui survit à l'instant présent

Un monde cache un autre sous des airs convenus
Ruines des lendemains peu à peu défaits
D'immenses forêts qui s'étendent à l'infini
Mirages du désert d'un vécu qui se meurt...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gabrielle   
4/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Une tristesse dépressive comme un appel au secours...

Le texte renvoie sur un ressenti profond relevant de l'intime.

L'état dont il est question ici rentre dans le cadre d'un travail d'excellence permettant de décrire les émotions les plus complexes et à les classer au sein d'un ensemble.

Merci à l'auteur(e).

Belle continuation.

   Provencao   
13/3/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" Le doute est de feu dans des yeux
Obscurcis,
Éclaire d'une lumière où s'éteint le crédo,
Un sombre soleil guide des pensées funestes
Noyées dans un torrent de remords "



J'aime bien ce repli du doute presque transparent qui est pour soi-même et qui ne n livre qu'un sombre soleil.

Le confidentiel devient le lieu absolument atypique où le courtois s'offre comme attitude et la contenance comme contenu du spirituel.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
13/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonsoir nelson
il fait bien sombre dans les vers de l'auteur, et chaque pas vers plus loin semble l'éloigner de la sérénité...
un chemin de croix universel, que tout être peut avoir à parcourir, ailleurs qu'en Terre Sainte ; et qu'aucun mirage réconfortant ne peut faire miroiter...
NB c'est bien écrit, et le vocabulaire est riche d'images...si tristes !

   shlama   
14/3/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ces instants les plus convenus pour sortir l'émotion la plus profonde de son être. Explosion de tristesse derrière une pudeur dévoilé d'un talent aux habits de lumière. Merci et au plaisir de vous lire.
Slama

   Vincente   
14/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis étonné d'être touché par ces vers déchirants qui ne s'incarnent pas dans un narrateur particulier. Cette tristesse, qui tente de comprendre ce qui plombe son esprit, est le narrateur omnipotent, envahissant, comme l'état d'esprit qu'elle réfléchit. À chacun d'entendre et de mettre dans sa propre perspective ces sentiments dépressifs.

Je crois que ce qui donne au poème cette capacité à toucher tient dans une sorte de véracité des images et en même temps à une relative originalité dans l'expression (à part ces "pensées funestes / noyées dans un torrent de remords" !!!). Je dis relative car le sujet a tant de fois été convoqué en poésie, qu'il est difficile, par l'écriture, de le sortir des sentiers battus. Je trouve qu'ici, l'étonnement que j'ai ressenti vient de la juste expressivité d'un propos banal a priori. Ainsi paradoxalement l'ensemble sonne juste (d'autant que la forme modeste, un brin austère, sans anicroche, épouse son sujet) ; et l'on se réjouirait "presque" de lire la tristesse de cette manière singulière…

   Davide   
14/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour nelson,

Un peu fouillis, ce texte ; il semble que les images s'y enchaînent, brutes, crues, comme défilent les pensées (ou idées noires) dans le cerveau du narrateur accablé.

J'ai ressenti une force palpable soudre de ce larmoiement, quelques belles trouvailles avouant une touchante sincérité, tels cette vie "comblée de vide", ce "passé qui survit à l'instant présent" ou ce "monde [qui en] cache un autre sous des airs convenus". Il suinte de ces vers irréguliers, déchirés, une douleur qui parle vrai !

La maigre ponctuation était-elle vraiment nécessaire ? Je n'en aurais pas mis.

Un texte dont j'ai apprécié la "nudité" ! Merci du partage !

   Donaldo75   
15/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour nelson,

Ce n’est pas simple de poétiser autour de ce thème, entre la tristesse et la dépression. Il y a une variété d’images dans ces vers, des mondes différents comme semble l’évoquer le dernier quatrain. J’aime l’image des immenses forêts et l’analogie avec les mirages du désert ; je les trouve très parlantes, symptomatiques de cette poésie et aussi du thème.

Bravo !

   Jocelyn   
15/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quand le présent s’érige en vagues opaques et implacables où prime comme un relent de solitude et d'ennui, quand l'avenir ne peut s'entrevoir même à travers les interstices de l'optimisme et quand c'est le passé qui revient en trombe se fracasser sur notre visage déprimé tel une cruelle estrapade... parfois il ne nous reste que la plume comme seule exutoire... une façon de sublimer, non, de canaliser un mal qui nous est intime et profond, ou tout simplement un mal qui vient à nous comme un viol... La principale question que je me pose c'est celle de l'après... après l'extériorisation du monstre qui nous assaille, que nous reste-t-il donc dans les entrailles ? Est-ce un vide-vide ou un trop plein de légèreté ? C'est-à-dire, après une salve de "Complaintes'', peut-on s'attendre à quelques aubades d'"Exaltations"?

L'auteur n'est pas obligé de répondre mais je ne cache pas que mes yeux sont à présent rivés sur la prochaines publication... Au plaisir !


Oniris Copyright © 2007-2020