Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
nico84 : Quel gâchis !
 Publié le 25/11/07  -  3 commentaires  -  977 caractères  -  29 lectures    Autres textes du même auteur

S'il continue ce désastre, l'Homme ne restera pas dans les mémoires comme le seul être doué d'intelligence, mais comme un animal éphémére qui a tout détruit autour de lui, en finissant par lui-même.


Quel gâchis !






Illustration de Adeline




Tout va trop vite, l’Homme est pressé,
D’avancer, d’évoluer, de produire,
De mettre en œuvre des projets insensés,
Comme une course effrénée, il n’arrête de construire.

Les idées donnent déjà naissance à des taules de fer et d’argent
Qui s’élèvent, ici et là présomptueusement,
L’homme perd les rênes de sa vie,
Dans sa soif d’ériger, de détruire et de consommer, il oublie

La pauvre conscience qui se traîne,
Voyons les conséquences désastreuses que cela entraîne.

Vont-ils un jour finir par s’arrêter ?
Se retourner et se rendre compte
De ce qu’ils se sont oubliés.
Torturés alors par la honte
Puissent-ils un jour l’attendre et se voir comme dans un miroir,
« L’homme fait le gâchis de rater son histoire »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Couette   
25/11/2007
Oh! combien de ton avis, nico84!!

   myshadows   
30/11/2007
je suis d'accord avec toi. l'homme s'est perdu, et il a perdu le monde. nous sommes juste que des pauvres pantins qui détruisent tout ce qu'on touche et fabrique.

   Anonyme   
3/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J’aime beaucoup ce poème qui n’est que trop d’actualité.

J’ai cependant, un peu de difficultés avec quelques vers:
Devrait-on lire, « Comme une course effrénée, il n’arrête PAS de construire. »

Et dans la dernière strophe, devrait-on lire:
« qu’ils se sont oubliés » ou « de ce qu’ils ont oublié »
« Puissent-ils un jour l’ATTENDRE » ou « Puissent-ils un jour l’ENTENDRE »

Pour l’ensemble, je suis d’accord avec toi, il faut espérer que l’homme entende raison !!!


Oniris Copyright © 2007-2019