Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Nour : Alexandra
 Publié le 14/02/10  -  15 commentaires  -  1341 caractères  -  228 lectures    Autres textes du même auteur

Déclaration d'amour.


Alexandra



Du tréfonds de l’aurore d’un soir apathique
Où les girouettes huèrent le vent impudique
Qui leur fit tourner la tête, de toute sa musique
Je clame, déclame, réclame mon amour pour toi

Par-delà ce désert habillant mes dunes ensablées
D’un voile magique, éparpillant ses grains pilés
Au hasard des oasis aux mirages mutilés
Je crie, décris, réécris ma passion pour toi

Au-delà du vol de l’hirondelle printanière
Que ne fit point l’été, même pour une prière
Pour parachever son œuvre primesautière
Je hurle, beugle, hennit mon attachement à toi

Tel un cheval harnaché ou une vache en rut
Un faucon appâté par du champagne brut
Une gazelle qui tourne en rond-de-jambe, sans but
Je surine, susurre, gazouille ma folie pour toi

Que te faut-il donc pour être pleinement convaincue
Que je ne saurai mettre un pied devant l’autre sans ton appui
Que mes pauvres vers éjaculés à l’ombre de mes nuits
Ne sauraient point traduire la passion qui m’arrime à toi !

Pitié, cruelle Alexandra, pour mes soixante-deux printemps
Ou devrais-je dire automnes, le grand Gabin en dirait autant
Ton absence me poursuit, hante mes nuits, me ronge en dedans
Car tu es mon Dieu, mon Allah, tu es mon tout, tu es toi !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   pieralun   
27/1/2010
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Quelle déclaration !! Alexandra ne peut rester insensible car il ya du coeur dans ce texte.
Pour le lecteur anonyme, cela est différent. Certaine expressions sont à bannir dans un poème, car, ni la sonorité, ni l'image véhiculée ne sont jolies en poésie:
- "Je clame, déclame, réclame" , "Je hurle,bugle,hennit ",
"Tel un cheval harnaché ou une vache en rut
Un faucon appâté par du champagne brut", "Que mes pauvres vers éjaculés " ,
Même si l'on veut faire passer un message avec force, en poésie, il faut choisir les mots, certaines esquisses font mieux que les cris.
L'intention est louable, l'expression poétique est à revoir.

   Anonyme   
27/1/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Voilà une déclaration d'amour qui risque de na pas aboutir pour peu qu'Alexandra ne supporte pas l'à-peu-près ! Il y a autant de fougue que de maladresses dans ce texte... Quant aux "vers éjaculés," un exemple parmi tant d'autres, sans oublier "la vache en rut", pas sûr non plus que ça plaise à la belle ! En tout cas, moi ça me consterne... Désolé !

   Anonyme   
28/1/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
D'un point de vue technique c'est assez agréable à lire.
Il y a de belles images, une recherche sur les mots, les sons, bref, le sentiment d'un travail bien mené.

Mais l'usage systématique de la gradation en fin de vers est désagréable, la force poétique ne vaut peut être que pour celle à qui ce texte est destiné.
Bref, je le trouve un peu trop personnel pour ma part.

   wancyrs   
31/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Amour, ah amour lorsque tu nous tiens ! que ne feraient les hommes pour toi ? même à 62 automnes, où l'on est sensé en avoir assez vu, tu nous brise quand même.

Je retiens la rime qui ma foi est bien menée ici dans chaque strophe, et particulièrement la rime du dernier vers de chaque strophe qui revient, comme pour montrer que tout tourne autour d'un seul être, le "toi".

espérons que la belle alexandra se laissera charmer par ces expressions assez bien tournées, si bien que l'auteur s'emmêle dans sa concordance de temps. Je prend à témoin la 1ere strophe dont je n'ai pas compris le passage abrupte du passé simple au présent... peut être la passion ?

à la deuxième strophe, le verbe ..."décris" est-ce le verbe décrire ? si oui ça n'a pas beaucoup de sens ici ; mais si c'est le verbe décrier, je pense qu'il se conjugue "décrie", ce qui pourrait avoir un sens dans ce contexte.

Pour le reste, bonne chance à l'auteur avec cette charmante demoiselle.

PS : l'auteur gagnerait peut être à changer le titre du poème, car lorsqu'un poème est intitulé par un nom, on s'attend à ce qu'il soit question de cette personne, comment elle est, ce qu'elle fait, etc... nous ne savons de cet Alexandra que sa cruauté, introduit ici juste par le seul mot "cruelle Alexandra"

salut et à une prochaine

   Leo   
1/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime ce slam. Je ne l'aimerais pas en tant que poésie, mais je l'apprécie en tant que slam, scandé, rythmé, saccadé. Le langage est brut, le registre est populaire, limite cité, les images parfois surprenantes et populaires, mais la forme choisie est annoncée, l'auteur choisit de respecter les codes du genre, et on le lui reprochera d'autant moins qu'il y réussit plutôt bien.

Honnêtement, je ne suis pas amateur du genre, auquel j'avoue ne pas connaître grand -chose. Mon commentaire est donc, je l'avoue sans ambages, uniquement fondé sur un ressenti, pour une fois, et j'assume totalement cette dérogation aux règles du site. Mais j'aime, et je m'en voudrais de ne pas le dire. Je sens dans ce texte une pulsation, une vibration rythmique très forte, et je pense que c'est une des choses que doit exprimer ce genre.

   Lariviere   
10/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une jolie poésie ou un joli slam si l'auteur tient à cette catégorisation...

Parti à la lecture avec un a priori négatif pour les textes poétiques slamés, j'ai été finalement séduit par ce texte.

La musicalité est très présente. La construction de celle-ci est réussie grace à l'effet du derniers vers de chaque strophe, fabriqué comme un petit refrain rendu hocquetant par les césures outrancières...

J'aime aussi la fantaisie des images et leurs facétieux jeux de lumières sur la réalité, pour mieux la représenter, finalement.

Ainsi l'exemple de la quatrième strophe :

"Tel un cheval harnaché ou une vache en rut
Un faucon appâté par du champagne brut
Une gazelle qui tourne en rond-de-jambe, sans but
Je surine, susurre, gazouille ma folie pour toi"

J'aime aussi la profondeur à la fois pudique et provocatrice qui se dégage de certains passages et qui selon moi, colle bien au thème et à l'axe choisi par l'auteur et que l'on retrouve dans cette strophe presque "Aragonesque":

"Que te faut-il donc pour être pleinement convaincue
Que je ne saurai mettre un pied devant l’autre sans ton appui
Que mes pauvres vers éjaculés à l’ombre de mes nuits
Ne sauraient point traduire la passion qui m’arrime à toi !"

Je rejouterais comme petit bémol, que si je trouve les deux premieres strophes améliorables mais "passables" (dernier vers "refrain" parfait mais images introductrices des premiers vers peut être perfectibles à mes yeux), je suis déçu par le dernier vers, sans savoir vraiment si cette déception est du à quelque chose qui fait partie inérrante du style de l'auteur ou si au contraire, cette partie là du poème est aussi améliorable en se débarassant de quelques singularités maladroites... L'allusion contrastée dans l'inspiration à "Gabin" et à "Allah", était elle indispensable ?... N'y avait il pas mieux à faire ?... A l'auteur, désormais d'en juger...

En conclusion, un texte que j'ai aimé découvrir.

Bonne continuation !

   Anonyme   
14/2/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Une déclaration d'amour qui m'a bien fait rire, tu as voulu faire de l'humour? Car franchement c'est loin d'être romantique: " je hurle, beugle, hennit, mon attachement à toi"

"Tel un cheval harnaché ou une vache en rut"...mouais, bof, pas du tout poétique, voire grossier.

" je surine, susurre, gazouille ma folie pour toi" trop marrant.

En revanche j'aime beaucoup ces vers: " Que mes pauvres vers éjaculés à l'ombre de mes nuits
Ne sauraient point traduire la passion qui m'arrime à toi!" c'est très fort.

" Car tu es mon Dieu, mon Allah, tu es mon tout, tu es toi!" c'est un peu too much, mais c'est ta déclaration d'amour.

Je n'ai rien à dire sur la forme, belle fluidité, il y a tout de même de belles images, un texte loin d'être hermétique. En ce qui concerne le fond, j'ai aimé les 2 premières strophes, mais le reste, frise le ridicule, après c'est juste une question de goût. Une déclaration qui ne m'a pas laissé de marbre, bien au contraire, et ce n'est pas un compliment.

   colibam   
14/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ce qui m'a le plus dérangé à la lecture de votre texte, c'est le déséquilibre entre la passion qui vous submerge et certaines expressions que vous utilisez pour l'exprimer :
« Je hurle, beugle, hennit mon attachement à toi »
« Tel un cheval harnaché ou une vache en rut »
« Que mes pauvres vers éjaculés à l’ombre de mes nuits »
Pour moi, ce vocabulaire n'est pas vraiment en adéquation avec l'intention poétique, à moins qu'il ne serve à souligner la fureur, le délire dans lequel vous fait basculer votre passion brûlante mais dans ce cas, tout votre poème devrait utiliser ce registre de langage.

C'est à ce moment que j'ai remarqué la catégorie dans laquelle vous l'aviez déposé : slam.
Mdr, du coup, je me dois de nuancer les remarques que je viens d'exprimer.

La disjonction que j'ai ressenti, de même que les derniers vers de chaque strophe (dans une poésie « classique », leur structure me gênerait), s'inscrivent parfaitement dans l'univers du slam. Le vers « Que mes pauvres vers éjaculés à l’ombre de mes nuits » en lui-même est superbe et puissant.

Bravo enfin pour le travail sonorités et la musicalité.

   Marite   
14/2/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Nour, puis-je en tant que femme, donner mon sentiment à la lecture de ce slam?
A l'écoute de ce genre de déclaration, j'ai envie de fuir sans me retourner car j'y perçois une force brutale et un peu (beaucoup?) égoïste. Bon, ça c'est pour le fond.
Pour la forme, il est certain que le rythme et les rimes devraient bien passer pour un slam.
J'ai relu, mais non vraiment il y a des mots qui me heurtent:
"Je hurle, beugle, hennit..."
"... une vache en rut, ... appâté par du champagne brut"
... etc
Désolée, ça ne passe pas? Mais ce n'est que ma perception,
Peut-être d'autres femmes peuvent être sensibles à ce langage...?

   Anonyme   
18/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le début est attractif et le reste suit bien, une jolie qualité d'écriture.
En revanche j'ai buté sur les "vers éjaculés", pas vraiment original.
Sinon un fort bon texte de slam.

   Anonyme   
19/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien
La déclaration d'amour est jolie, touchante, émouvante. En cela l'auteur réussi son poème. Je suis moins sensible à la forme dont on sent trop les rouages. Mais ce n'est pas importante, c'est un ensemble fort plaisant.

   jaimme   
19/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Non, non, Alexandra, il t'aime vraiment! Malgré les animaux en rut et tutti quanti à bannir, sauf à faire dans le comique du début à la fin (mais les vers éjaculés" sont bien passés, comme quoi...)!
Et pourtant j'aimais bien ces fins de strophe (enfin jusqu'à la troisième...). La fin de la dernière strophe me surprend aussi: trop de masculin pour une déclaration à une femme. Bizarre.
Dommage en définitive ces choix car j'ai vraiment senti une belle plume et, ce qui est encore mieux, un vrai amour.
Difficile exercice, en faveur duquel je retiendrai cette fougue, cette déraison.
Merci Nour.

   David   
23/2/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Nour,

Sur mon Petit Larousse Illustré de 1991, le "rut" est "La période d'activité sexuelle des mammifères mâles", dans le poème, il semble bien que ce soit une confusion de l'accoler dans "vache en rut". Dans ce vers également :

"Je surine, susurre, gazouille ma folie pour toi"

Je crois qu'il y a aussi une confusion entre "suriner" qui veut dire "Donner un coup de couteau" et "seriner", très proche à l'oreille, qui évoque le serin, l'oiseau, et la véhémence, ce qui colle mieux au sens du vers.

Ces confusions sont peut-être voulu, pour le côté absurde de la première et l'assonance de la seconde, mais dans le contexte, je ne suis pas convaincu, bien qu'un certain humour ne soit pas absent il me semble, ou plutôt un refus de la logique et du "bon ordre" qui convient bien au thème.

   colomba   
26/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Un "jeune-vieux" poète qui ne manque pas de talent. Il prend pas mal de liberté avec les règles de la poésie, ainsi qu'avec la langue française, ce qui ne manque pas de piquant, surtout avec son humour caustique, frisant parfois l'insolence; mais ses vers sont plus que plaisants, empreints d'amour, d'amitié et d'humanisme. Quant à l'humour et l'auto-dérision, chapeau!"

Colomba

   Anonyme   
28/9/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Cette déclaration est trop abrupte, elle martèle des mots,
qui feraient presque peur.

J'aurais aimé plus de tendresse, de douceur, j'ai ressenti
comme une envie de persuader à tout prix.

Pourquoi "cruelle Alexandra", je pense qu'avec cela,
elle ne risque pas d'avoir de meilleur sentiment à votre égard.

Ce phrasé est dans l'excessif, comme cette phrase :

"Que mes pauvres vers éjaculés à l'ombre de mes nuits",

comme c'est laid, et pathétique.

Je ne m'attarderai pas davantage, ce poème me déplaît, le fond
étant trop dans l'excès.

Texte très rébarbatif et presque agaçant. C'est une déclaration
qui ne mérite aucune suite. Vos arguments de séduction m'ont
laissé pantois.


Oniris Copyright © 2007-2020