Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Nox : Vers morbides
 Publié le 12/12/17  -  5 commentaires  -  840 caractères  -  145 lectures    Autres textes du même auteur

« Une couleur madame, une couleur monsieur,
Une aux seins, une aux cheveux,
La bouche des passions
Et si vous voyez rouge
La plus belle est à vos genoux. »

P. Éluard


Vers morbides



La maison est hantée, et le spectre vivant
Pleure dans le salon sur sa flaque de sang :
Une douleur exquise, un long goût d'amertume,
Une remontée âcre aux sanglots de l'écume ;

Des macabres baisers de l'hier délicieux
Sont dispersés partout. Des chrysanthèmes vieux
Avalent l'air ranci autour des frêles bouches ;
L'œil est inquiet, toussant ; le visage farouche

Se regarde lui-même en les fleurs du néant.
Le spectre a des regrets qu'il rumine, insolents ;
Il crachote le pleur de cette dame en noir
Qu'il a volé. Amour ! Ô vie sans cet espoir !

Mais le corps dépouillé de la femme est impur
Et sans vie. De lourds fils tressent sa chevelure
Noyée d'un pourpre abscons : le spectre a consommé,
Comme un pain chaud, sa chair et son cœur raffinés.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
1/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Un côté noir et gothique que j'affectionne particulièrement avec des images gothiques et"baudelairiennes"; de plus, l'écriture "néo-classique est soignée, la prosodie respectée; vous faites alterner noms, adjectifs et participes, ce qui permet d'éviter l'"effet mirliton" qu'on retrouve souvent dans beaucoup de poèmes.
Vous l'aurez compris, j'ai passé un très agréable moment à vous lire et j’attends le prochain écrit de ce tonneau-là.

Bien à vous.

   PIZZICATO   
12/12/2017
 a aimé ce texte 
Pas
J'avoue que je n'ai pas bien saisi le fond de votre poème.
Ce " spectre " de la femme, qui " pleure dans le salon sur sa flaque de sang " n'a pas suscité, pour ma part, un intérêt sensible.

D'autre part, je trouve que l'adjectif "morbide" n'est pas utilisé ici à bon escient ; à savoir le sens que vous donnez à ces " vers".

A vous lire une prochaine fois.

   Arthaume   
12/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Pour ma part j’ai plutôt apprécié votre texte, bien que très sombre.
Ce que je trouve dommage ce sont les deux derniers vers et en particulier leurs rimes. Sur tout le long du poème les rimes n’étaient peut-être pas les meilleurs, mais étaient correct. Par contre la dernière rime : consommé avec raffinés je trouve personnellement que vous auriez pu trouver mieux surtout pour la dernière. Et je ne comprends pas trop non plus l’utilisation de l’adjectif « morbide » dans le texte. À moins que le spectre soit mort de maladie. Après cela n’endommage que très peu le texte, qui est assez particulier tout de même et qui je pense ne conviendra pas forcément à tout le monde.
J’ai quand même apprécié ma lecture sans avoir était transporté non plus.

   papipoete   
12/12/2017
 a aimé ce texte 
Pas
bonsoir Nox
Vous maniez le verbe de belle façon, et vos dodécasyllabes rutilent dans ce texte ... que je n'aime pas !
J'aime tous les styles, et l'on peut chanter, jouer la comédie et écrire sur tout ; mais ce sujet que je ne lirais pas à mon coucher, me fait peur ! Je n'affectionne pas que l'eau de rose, bien au contraire, mais vampires et spectres me poursuivent lorsque je les approche ! ( je n'ai aucune peur cependant du cimetière, même de nuit, n'y ayant jamais fait de mauvaise rencontre ! )
je ne blâme pas ceux qui se repaitreront de " vos cadavres exquis " et leur laisse sous votre plume tout loisir de vous flatter !

   Marie-Ange   
12/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Déjà le titre "Vers morbides", donnent le ton.

Et la lecture du poème confirme, cet état de fait.
J'ai des difficultés avec ce genre d'écrit, la vie étant par instant
suffisamment sombre, j'aime à retrouver de la légèreté au cours de mon parcours poétique.

J'ai pris pourtant le temps de vous lire et de vous relire,
vraiment ce poème n'est pas engageant, ni rassurant,
son fond noir, morbide, ces phrases dont le sens m'échappe
mais me frappe "Mais le cors dépouillé de la femme est impur",
Se regarde lui-même en les fleurs du néant"ne me convainc nullement.

Le phrasé de votre écrit est bien mené, cohérent.
Je reconnais à la forme est de qualité, mais c'est le fond
qui me pose problème.


Oniris Copyright © 2007-2018