Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
oiselle : Eau de vie
 Publié le 13/07/20  -  9 commentaires  -  747 caractères  -  135 lectures    Autres textes du même auteur

Comme une incantation, une ode à l'onde pure...


Eau de vie



Sous l’étoffe diaprée d’un crépuscule d’août
Elle marche en conscience vers la source muette
Ses sœurs vont sur ses pas, en cadence et silence
L’air est chaud des senteurs de garrigue froissée

En cercle, les mains jointes, oscillation sonore
Elles entonnent un chant d’une voix bruissonnante
Ondines faites femmes, naïades en volutes
Épousent l’herbe courte et ruissellent en chœur

L’eau vive a retrouvé la pierre, et la caresse
Elle lui ouvre son lit dans un doux chant d’amour
Son filet fait promesse à la terre assoiffée

En offrande à la nuit le charme se disperse
Les fées s’en sont allées chanter sous d’autres cieux
Semant dans leur sillage le refrain de vie


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
23/6/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Un poème présenté en "libre", mais qui serait plutôt contemporain, à mes yeux.
Certes il n'y a pas de rime, mais la structure en alexandrins est présente, travaillée, comme la mise en forme en deux quatrains et deux tercets.L'ensemble est agréable, à la lecture.
Quelques détails seraient à revoir, à mon sens :
La césure qui ne se trouve pas à l'hémistiche enlève de la fluidité à l'ensemble :
"Semant dans leur sillage le refrain de vie", Surtout quand c'est au dernier vers.
Ensuite les élisions des finales à l'hémistiche ou pas, justement, sont un peu gênante pour que le lecteur trouve le bon rythme :
"Elle marche en conscience vers la source muette"
"Ondines faites femmes, naïades en volutes"
et le vers cité ci-dessus

J'aime beaucoup le premier quatrain et bien, le premier tercet.
Le thème de l'eau m'est cher, je suis donc sensible à ce poème.

Merci du partage,
Éclaircie

   Myo   
30/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un écrit porteur de cette eau vive.
Il s'en dégage une force étonnante dans une atmosphère magique.

De très jolies formulations, déjà le 1er vers est très beau.
Le dernier tercet aussi.
Les mots s'écoulent avec grâce et volupté.

La forme, style sonnet, me semble plus appropriée à une poésie contemporaine que libre.

En EL Myo

   Lebarde   
13/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le sujet est plaisant avec ses nombreuses images douces et rafraîchissantes qui peuvent séduire.
La présentation en « sonnet » qui en ignore la versification et les rimes déroute le lecteur qui butte trop souvent sur des e non élidés que même en poésie libre on se doit de prononcer ( enfin je crois?).
Il en ressort des hésitations qui me gênent et cassent le rythme.

L’atmosphère ressentie est pourtant bien agréable.
Alors bon, ma perception est mitigée

Merci
Lebarde

   ANIMAL   
13/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli hommage aux fées et à la nature, plein de douceur. Tout glisse comme l'eau claire, avec une musicalité partout présente.

Le poème est très visuel, aucun mal à imaginer cette ronde de naïades tournoyant dans le son cristallin de l'onde vive et les parfums de verdure.

J'aime beaucoup de poème plein de fraîcheur.

   papipoete   
13/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour oiselle
Elle vient de loin sous la roche, accompagnée de ses soeurs veinules et bientôt ensemble sourdent au pied de la colline... naît la source. Ru, et bientôt ruisseau, le flot tapisse le lit, et jaillit l'eau vive.
NB on chantait enfant, l'air de Guy Béart, si rafraîchissant ; un jour le cinéma mit des images sur jean de Florette et Manon ; aujourd'hui l'auteure met des mots sur le cheminement de " l'eau de vie ", de belle façon !
les diverses actrices jouant le rôle de l'onde pure, ondines et naïades, le font sans couac et l'on se laisse porter par leur courant.
Le premier tercet est mon passage préféré, au sein de ce curieux sonnet... un peu turbulent comme le seraient de jeunes enfants !

   Melorane   
13/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Les mots s'écoulent avec fluidité au rythme de ces belles images et cela crée une atmosphère magique. J'aime beaucoup le premier vers du poème, ainsi que le troisième du second quatrain, mais ma préférence va pour le dernier tercet.

Melorane

   Corto   
13/7/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour oiselle,

Le thème ici choisi invite à l'observation, au silence, presque au rêve.

Les formulations ne sont malheureusement pas toujours adaptées.

L'onde qui marche "vers la source muette" paraît surprenante, on la verrait mieux jaillir ou s'échapper de cette source.

En troisième strophe l'eau vive qui a retrouvé la pierre "lui ouvre son lit dans un doux chant d’amour". On ne sait plus quel est le sujet car ce serait plutôt à la pierre d'accueillir l'eau.

En seconde strophe "Ondines faites femmes" me semble un peu facile.

Si le thème m'a séduit je trouve qu'il aurait pu être traité avec plus de grâce et de clairvoyance.

Merci pour ce partage.

   hersen   
13/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
le thème de l'eau, qui deviendra une guerre bleue d'ici peu, a inspiré depuis la nuit des temps.

je trouve ici une contradiction : j'ai une lecture "fluide", et je me dis que cela va de soi, mais je ne retrouve pas la simplicité de l'eau. Je veux dire cette eau si simple, si vitale, ne devrait pas être si difficile à appréhender (ce qui a été un peu mon cas, intellectuellement)
si je comprends bien, des entités (ondines, naïades) appelle l'eau, qui leur répond, qui vient "en caressant la pierre" (très beau !)
Il m'a fallu un petit temps pour comprendre (et l'ai-je compris ?)

Mais j'aimerais bien que les ondines et les naïades viennent "ruisseler en choeur" par chez moi :)))) ce serait vraiment top !

Merci pour cette lecture, au travers de laquelle je lis de la part de l'auteur un très grand respect pour l'eau.

Alors merci aussi pour ça.

   solo974   
23/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour oiselle,
J'ai bien aimé votre poème, surtout pour sa féerie.
Le dernier tercet est le passage que j'ai le plus apprécié :
"En offrande à la nuit le charme se disperse
Les fées s’en sont allées chanter sous d’autres cieux
Semant dans leur sillage le refrain de vie"
J'ai aimé, en effet, que votre poésie s'achève sur le mot "vie".
En revanche, je n'ai pas vraiment trouvé dans votre texte la tonalité incantatoire annoncée dans l'exergue.
Bien à vous et au plaisir de vous relire.


Oniris Copyright © 2007-2020