Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
oiselle : Libre poésie
 Publié le 28/01/21  -  7 commentaires  -  798 caractères  -  159 lectures    Autres textes du même auteur

Comme un air de troubadour…


Libre poésie



Mes mots en bandoulière, un pied sur le chemin,
Pour laisser l’autre pied se mettre en éventail
Je vais, le cœur content de battre sur ma main
Et la tête légère emplie de brins de paille

Je parle à perdre souffle et à la cantonade
Pour l’invisible oreille collée sur un mur
L’écho à contrevent amorce une roulade
Et me laisse sans voix le temps d’une figure

Le fil de ma pensée s’enroule d’arbre en feuille,
Se trame en intrigant tissu multicolore
Le soleil s’en empare en y jetant son œil
Et lui donne son sens dans l’envers du décor

Quand j’aurai dépendu ma besace à mon cou
Sera venu le temps des confidences muettes
L’arbre sera tombé, laissant un large trou
Et ma mémoire aussi, tombée aux oubliettes


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
18/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bon, il y a des strophes que je comprends et d'autre moins, voir pas

"Je vais, le cœur content de battre sur ma main."

--> la main sur la poitrine le cœur et en dessous, non ?

"Pour l’invisible oreille collée sur un mur"

--> pour l'invisible oreille collée contre le mur

Pour moi, était plus "joli" ,mais je pinaille !

"L’écho à contrevent amorce une roulade."

--> "L’écho à contre-temps amorce une roulade"

Pour moi, c'était mieux ...

--> du coup "Et me laisse sans voix le temps d’une figure"

Devient "Et me laisse sans voix l'espace d’un mur-mur"

pour éviter la redite "temps


Mais c'est perso, je laisse l'auteur à sa version.

   Provencao   
28/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Le fil de ma pensée s’enroule d’arbre en feuille,
Se trame en intrigant tissu multicolore
Le soleil s’en empare en y jetant son œil
Et lui donne son sens dans l’envers du décor "

C'est mon préféré! j'y ai trouvé une délicatesse, une chimère, une méditation. Vous n'écrivez pas de manière distante et indifférente, mais avec le cœur, ses confidences muettes et ses souvenirs.

Votre libre poésie se tient, pleine de sentiments, aux sources de la mémoire.

J'ai beaucoup aimé ces accents personnels, ancrés dans vos mots en bandoulière.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Robot   
28/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une poésie contemporaine qui se déclame naturellement sur un rythme de métrique douze. Dommage que le vers 6 rompe cette cadence en passant à 11 car il est difficile de dire le "E" final d'oreille à la césure.

Ceci-dit la poésie des images est originale comme ces deux vers d'entrée qui nous entraine d'emblée dans une vision un peu surréaliste qu'on retrouve un peu partout dans chaque quatrain.

Un bon moment de lecture et de récitation.

   inconnu1   
28/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Cela commençait fort bien. J'ai beaucoup aimé la première strophe : les mots en bandoulière, un pied sur le chemin, l'autre en éventail… C'est frais, intelligent. Et puis arrive le 6eme vers et le problème de césure. Du coup, pour le reste du poème, je ne vois plus que le nombre des pieds par vers, les césures… bref, je décroche, je ne suis plus dans le poème, je n'en suis plus le fond, je focalise sur la forme, ânnonant chaque vers pour voir s'il est correct. Bon j'ai tout de même eu plus de mal à situer les dernières strophes, à voir ce que vous vouliez dire par confidences muettes, mais j'avoue que le 3eme vers est pour moi le plus obscur. Si le soleil qui y est caché pouvait m'éclairer

bien à vous

   Miguel   
28/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dès le début, on sent l'heureuse influence de Rimbaud, que le "large trou " confirme. Cette errance poétique et paisible nous transporte loin du quotidien prosaïque et ennuyeux, même si la fin en demi-teinte laisse la place à la mélancolie. Un bien joli poème.

   mistral   
29/1/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve ce poème très agréable, avec des images originales et un thème du poète vagabond faisant l'expérience de sa liberté qui, à défaut d'être nouveau, a le mérite de faire du bien à l'âme.

Je rejoins par ailleurs Miguel quant à l'influence de Rimbaud, marquée notamment dans le thème rappelant celui de Sensation ou encore de Ma Bohème, ainsi que par la libération de la césure (je remarque par exemple les césures épiques des vers 6 et 9).

Un secret ne se partage pas, aussi le caractère élusif de ces confidences muettes ne me dérange nullement. Par contre, j'ai buté sur ce vers 14 qui brise la métrique en forçant un 'e' muet rendant pour moi l'articulation un peu inconfortable ('empli(e) de' au vers 4 ne m'a par contre pas posé de problème).

Merci pour ce poème bien sympathique.

   Wencreeft   
29/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai toujours aimé le thème des troubadours, des pèlerins, des vagabonds rêveurs... Votre texte doit son allégeance aux envies de liberté, d'horizon et de mépris du futur. Cela est très inspirant.

Le premier quatrain est effectivement très évocateur de Rimbaud, "homme aux semelles de vent" dans ma Bohème ; où dans ce vers :
"Et d’ineffables vents m’ont ailé par instants." dans le Bateau Ivre.

Il m'évoque également toute la tirade de Ruy Blas à son ami Don César dans l'acte I :
[...]
Tu sais, tu m’as connu. Je jetais mes pensées
Et mes vœux vers le ciel en strophes insensées.
J’opposais cent raisons à ton rire moqueur.
J’avais je ne sais quelle ambition au cœur.
[...]

Vos vers donnent également envie de partir "les mots en bandoulière" sur un sentier lointain.

Quelques maladresses toutefois bloquent un peu mon appréciation :
Se trame en intrigant tissu multicolore -> l'ellision est malheureuse
--
Et ma mémoire aussi, tombée aux oubliettes -> ce trouve que ce dernier vers manque de puissance

La ponctuation très allégée est un peu déroutante également.

Je vous remercie pour cette lecture.


Oniris Copyright © 2007-2022