Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
orion2 : Gornevèze
 Publié le 11/12/08  -  12 commentaires  -  1183 caractères  -  38 lectures    Autres textes du même auteur

Même pas un château ! C'est une humble demeure
Tout en grès de Perros que la marée effleure.


Gornevèze



Même pas un château ! C'est une humble demeure
Tout en grès de Perros que la marée effleure.
Manoir mystérieux dans l'anse du Levant,
Qu'on imagine en rêve,
Dressé majestueux sur un roc de la grève,
Balayé par le flot certains jours de grand vent.

Dans la nuit du quinze août, sous la lune opaline,
Au plus haut de la tour une dame chagrine :
Elle attend son amour parti rejoindre Arthur,
Roi de Grande-Bretagne.
Cherchant honneur et gloire, il laissa sa compagne,
Ses terres, sa maison pour un sacre futur.

Les yeux au firmament, son âme vagabonde
Sur les rives du temps en cette nuit profonde.
Sa tristesse immortelle exposée aux remparts
Sans cesse la tourmente.
Pour apaiser son cœur blessé, fidèle amante,
Du ciel des chants divins tombent de toutes parts.

Vois ! la lune se penche et l'azur s'illumine !
Lentement, à regret, dans son manteau d'hermine
À l'aube elle s'enfuit sans pleurs, sans bruit ni heurt.
Sur la lande isolée où la vague se meurt,
Au milieu du genêt, près du Mont, une stèle :
En celte sur la pierre est gravé « Gwenaelle ».


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
11/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ma fibre celtique ne peut que se réjouir du sujet de ce poème. J'ai pensé au manoir de Ploumanach (où fut écrit le roman "Quo vadis")

Le ton employé par l'auteur est tout à fait adapté.

   Doumia   
11/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Orion

Quelle belle toile ! On peut presque sentir les embruns et entendre le vent.

Bravo.

   Lineas   
11/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ca coule, ca enchante et déracine...Du talent en perspective!

Respectueusement, Lineas

   marimay   
11/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour orion,
Le décor et l'histoire de votre poème me plongent dans les vieilles légendes de Bretagne et d'ailleurs.
Plaisir doublé par la belle écriture.

   Menvussa   
11/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un bien beau poème. Même pas un château... mais cette "humble " demeure genre manoir, hanté peut-être avec tour et vue sur la mer... vous êtes bien trop modeste.

Bravo

   lotus   
12/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que dire devant cette plume?

   Anonyme   
12/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme tout à été dit, je n'ajouterai rien, sinon ce simple constat: j'ai lu, j'ai beaucoup apprécié.
Et ça me donne envie de séjourner du côté de Perros.

Kénavo, comme on dit là-bas.

   David   
12/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Orion2,

Cette "Gwenaelle" n'a rien a envié à "Annabelle" dans ton précédent poème, les muse sont choyées.

   Ephemere   
15/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour, ceci est mon premier commentaire ici. Certains vers sont très agréables à lire mais j'achoppe sur d'autres : je n'arrive pas à dire "roc de la grève" ; le début, cette exclamation casse le poème, ensuite cela va mieux. Je m'interroge sur le verbe chagriner ?! Ma préférée est la dernière strophe bien que je regrette pleurs qui rime avec heurt et meurt. Pourquoi seules des rimes féminines sauf deux.
Cela ne veut pas dire que je n'aime pas mais que je pourrais adorer.
Ephémère

   mimich   
20/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé le décor et l'atmosphère de ce texte, cette forme de mélancolie un peu dépressive et pourtant si prenante.
L'auteur saisit intuitivement le charme et la saveur des légendes celtiques et nous en imprègne. C'est réussi.
Et peu importe l'analyse de la forme.

   Ephemere   
21/12/2008
Voilà pourquoi j'ai pris chagrine pour un verbe : je m'aperçois que la phrase n'en possède pas !
FMR

   FredericBruls   
10/3/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Très belle atmosphère, dans des vers musicaux dont la simplicité trahit un grand travail de recherche et de perfectionnement. Bravo.


Oniris Copyright © 2007-2020