Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
papipoete : Âge ingrat
 Publié le 09/01/18  -  17 commentaires  -  1255 caractères  -  274 lectures    Autres textes du même auteur

Poème néo-classique mis en chanson.


Âge ingrat



https://ahp.li/a1ccb3451d63b0f43c02.mp3
Musique et chant : Pizzicato – Yves Alba


Ta poupée attend dans son coin
Que tout contre toi tu l'enlaces,
L'entoures d'un luxe de soin ;
Mais d'elle, te voici bien lasse !

Dans un bac dorment les dessins
Et nos pastels sous la poussière ;
Tels les nymphéas du bassin
Qu’on peignait en pleine lumière.

Les pneus de ton fringant vélo
De ne plus rouler se dessèchent,
Et semblent te lancer « hello
Viens-tu faire un tour à la pêche ? »

Au mot « vers », tu lèves les yeux
Toi qui cherchais l'exquise rime
Pour ce poème gracieux ;
Et me sers cette moue en prime !

Smartphone est ton meilleur ami,
Quand lui te parle, tu l'écoutes !
Ton feu pour moi semble endormi,
Couve-t-il tout de même en soute ?

Je te retrouve cependant
Quand pour moi tu te fais coiffeuse
Jouant des ciseaux et tondant,
Geste adroit et d'humeur joyeuse.

Je voudrais tant que ma toison,
Sans attendre deux mois, repousse
Pour qu'à morte et belle saison,
Je frôle à nouveau ta frimousse.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Jolie mise en musique de ce texte, avec des beaux arrangements. Juste un petit reproche concernant le chanteur : le défaut d’élision du « e » de luxe.

Le poème me pose quelques problèmes quant à l’identification des personnes mises en scène.
On devine bien que c’est à une adolescente que l’on s’adresse : le titre, la poupée abandonnée, la génération smartphone, l’évolution des loisirs et des sujets d’intérêt.

Mais qui s’adresse à la jeune fille ?
Père ou mère ? Frère ou sœur ? Mais « le feu pour moi qui semble endormi » n’est pas compatible avec le familial.
Petit copain d’enfance ? Le langage et le ton ne sont pas ceux d’un ado.
Grand parents peut-être, le" feu endormi" étant alors une image en hyperbole exprimant l'amour qu'un enfant peut porter à sa grand-mère.
Quelque chose doit m’échapper.

« Nos pastels », les tours à la pêche, la coupe de cheveux…autant de détails personnels et nostalgiques qui font que l’on sent ce texte destiné uniquement à la jeune fille.

Le lecteur lambda se sent exclu, un peu voyeur, un peu indiscret.

   leni   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour mon Ami Yves
Un poème tout en délicatesse Smartphone prendrait bien la place de Barbie L'écriture est simple pour décrire un moment de lavie

Smartphone est ton meilleur ami,
Quand lui te parle, tu l'écoutes !
Ton feu pour moi semble endormi,
Couve-t-il tout de même en soute ?

Mais l'espoir demeure

Smartphone est ton meilleur ami,
Quand lui te parle, tu l'écoutes !
Ton feu pour moi semble endormi,
Couve-t-il tout de même en soute ?

J'aime beaucoup et surtout l'accompagnement musical
et le chant nuancé de l'auteur
bravissimo amitiés leni gaston

   Queribus   
27/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un thème, hélas, d’actualité mais aussi de tous les temps; les ados découvre un autre monde avec leurs semblables: adieu papa, maman et tout le sacro-saint passé ; mais n'avons pas tous fait pareil un jour? j'ai noté quand même quelques formules quelque peu passéistes: "mais d'elle te voici bien lasse", "de ne plus rouler se dessèchent""ton feu pour moi semble endormi" qui auraient peu être remplacées par des formules plus modernes mais ceci n'est qu'un détail et l'écriture est très belle comme d'hab.

La musique me semble bien adapté au texte avec une certaine nostalgie sans mièvrerie ni notes larmoyantes et j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écouter.

À quand la prochaine chanson mais je sais déjà que 2018 va nous apporter encore de très belles surprises, venant de vous bien-sur mais de tous les poètes, musiciens et compositeurs du monde et c'est une pensée(petite) qui aide, à sa façon, à mieux vivre.

Amitiés.

   Hananke   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

C'est dans l'ensemble une belle collaboration : la musique d'Yves
collant bien aux paroles enfantines de papi.
Mais toujours, chez l'auteur du texte, ce besoin de recherche
de rimes riches qui finissent pas se forcer : vélo, hello en est l'exemple le plus typique.
J'aime beaucoup la strophe du smartphone et moins le quatrain ultime.

Je pense que ce poème tout en douceur aurait mérité
une toute autre fin.

Mais bon, malgré ses quelques défauts (à mon avis), cette mélodie
se lit et s'écoute avec plaisir.

   Marite   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Les premières notes de cette chanson m'ont remis en mémoire ces petits moulins à musique que l'on recevait parfois en cadeau lorsque nous étions enfants. Douce mélodie faisant défiler avec douceur et nostalgie des scènes du passé : la poupée, les dessins et pastels au bord du bassin, le vélo et les parties de pêche ...
"Age ingrat", le titre nous donne l'explication et pour ma part j'ai entendu la complainte d'un Papi parlant à sa petite fille devenue adolescente.

   Donaldo75   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour papipoete,

Elle est sympa, cette chanson, parce que légère mais toujours poétique.

Légère ?
"Les pneus de ton fringant vélo
De ne plus rouler se dessèchent,
Et semblent te lancer « hello
Viens-tu faire un tour à la pêche ? »"

Poétique ?
"Dans un bac dorment les dessins
Et nos pastels sous la poussière ;
Tels les nymphéas du bassin
Qu’on peignait en pleine lumière."

C'est ce que j'apprécie le plus, ce mélange de légèreté et de poésie. La chanson, à mon goût, c'est d'abord de la poésie, mise en musique certes, mais de la poésie.

Merci,

Donald

   Quidonc   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Papipoète,

Âge ingrat ou amertume de grand père? Votre pseudo n'aura jamais été aussi bien porté.
Poème doux et amer d'un grand père qui hier était complice et qui aujourd'hui se voit relégué au rayons des jouets cassés, obligé d'attendre que ses cheveux poussent pour voir à nouveau sa petite fille tant chérie.
Poème personnel et intimiste, certes. Mais tellement humain.i
Tout passe, tout lasse, tout casse et rien ni personne n'échappe à la règle.

Merci pour ce partage

   bipol   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

je suis beaucoup plus emballé par la musique

que par le texte

je n'aime pas trop cette nostalgie

face à sa petite fille qui grandit

c'est la vie et tout change

pour ma part je n'ai pas de smartphone

mais mes petits enfant en ont

on ne peut revenir au temps des cavernes

ou à la machine à vapeur

   Vincendix   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoete
Il faut se faire une raison, la petite fille devient grande mais il reste toujours de bons souvenirs, et puis, passée la délicate période de l’adolescence (l’âge ingrat), on la retrouve, différente naturellement mais toujours aussi affectueuse et c’est un bonheur.
Bravo à vous deux pour ce moment empreint de nostalgie mais aussi d’espérance.
Vincent

   Zorino   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Papipoete,
Un très beau texte nostalgique sur ce que fut la joie intense de recevoir il n'y a pas si longtemps encore, 3 fois rien. Les temps ont hélas bien changé et vous nous le démontrerez fort bien à travers vos beaux vers.

Salut Pizzi,
Tous mes compliments, tu signes-là une très belle musique. Elle m'est restée en tête, ce qui est bon signe.

Merci à vous 2 pour ce partage.
Olivier

   Anonyme   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
"L'âge ingrat", je dois dire que je n'ai vraiment jamais aimé cette
formulation, chaque étape de la vie est une avancée, qu'il
faut regarder avec bienveillance, et encourager.
Il n'y a rien "d'ingrat" dans le fait de grandir, pas après pas, l'âge la fait se construire, c'est une période qu'il faut savoir accompagner de son mieux, c'est une grande richesse d'aller de l'avant, tant pour elle que pour soi.

Ce texte appuie trop sur le changement de cette enfant, la nostalgie d'un temps passé est bien trop présente. Quelques tentatives de rapprochement, se profilent, trop courtes.

La complicité reviendra, un jour, autrement ...

J'aurais aimé sentir une plume poétique plus touchante moins
dans la formulation, moins excessive aussi

" Ton feu pour moi semble endormi,
Couve-t-il tout de même en soute ? "

Le texte alors, aurait été plus attachant.

L'interprétation est raccord avec ce poème, empreint de spleen.

   troupi   
11/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Papipoète

Comme je comprends cette chanson, pour être passé par là et plusieurs fois.
Juste pour apporter un peu de baume, nul doute que passé cet "âge ingrat" le bien nommé, elle vous reviendra avec encore plus d'amour qu'avant car les bons souvenirs reprendront leur place. c'est en tous cas mon expérience et celle de plusieurs personnes que je connais.
Pour en revenir au poème si habilement transformé en chanson par le talent de Pizzicato je l'ai apprécié pour son écriture mais aussi pour l'observation assez fine du portrait.

Bonne soirée et un peu de patience.

   Ithaque   
11/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La mise en musique et l'interprétation ont, selon moi, sublimé un texte qui, à lui seul, ne pouvait faire que la moitié du chemin.
C'est donc le fruit d'un vrai travail artistique collaboratif que nous entendons là.
Yves, tu as trouvé la "blue note" vocale appropriée.
Bravo aux deux co-auteurs!
(Ps: "Papipoète, faites écouter le mp3 à qui vous savez, je vous fiche mon billet qu'elle va craquer. " ;-))
Ithaque

   hersen   
11/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bravo les gars, vous fûtes superbes, à l'heure de la créativité, l'un en plume et l'autre en notes !

Pizzi a vraiment mis en valeur un texte qui ne demandait que ça. La nostalgie de Papi transparaît à grosses gouttes.

j'aime beaucoup l'idée que deux artistes se mettent ensemble, dans le secret virtuel, pour concocter un petit plus, juste pour nous.

Merci à vous deux,

hersen

   Gouelan   
12/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai beaucoup aimé écouter la musique et les paroles, les yeux fermés pour bien m'imprégner des petite gouttes nostalgiques.

Mon moment préféré :

"Dans un bac dorment les dessins
Et nos pastels sous la poussière ;
Tels les nymphéas du bassin
Qu’on peignait en pleine lumière."

J'ai d'abord pensé à la complicité d'un grand frère et d'une petite sœur.

Un grand-papa qui voit grandir sa petite princesse, de pastels et de poésie, est venu me rejoindre ensuite.

Un jour l'adolescente reviendra à ces amours passés. Ils sont précieux ces moments de l'enfance, surtout si un grand-papa est si proche.

   Cristale   
14/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Voici une belle découverte que cet ensemble poésie et chanson.

L'auteur évoque la distance que met une adolescente entre elle et son papy avec qui elle a partagé, enfant, tant de choses dans une complicité réciproque.
Certainement que les parents souffrent de cette même "mise au rencart" mais je crois savoir que cela ne sera que passager : le temps que l'adolescence se fasse, si ingrate soit-elle.

De belles images évoquent la tristesse du grand-père avec ses jolis souvenirs :
"Ta poupée attend dans son coin"
"Dans un bac dorment les dessins
Et nos pastels sous la poussière ;"
"Les pneus de ton fringant vélo
De ne plus rouler se dessèchent,"

La moue en réponse, le smartphone qui rajoute à la distance mais ...ouf ! l'adolescente sait jouer du ciseau et revient coiffer son papy pour son plus grand bonheur.
Le dernier vers est une bouffée de bonheur :)

L'octosyllabe s'harmonise parfaitement au mouvement de la pensée à la vivacité mélancolique. L'alternance des finales masculines/féminines dénote une bonne maîtrise du rythme.

Bravo à tous les deux, chanteur et poète pour ce joli moment d'écoute et de lecture.
Cristale

   Bidis   
31/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Très joliment tournée, cette constatation de cet âge où l'on commence à délaisser ses jouets, et le papy par la même occasion, pour entrer dans la période compliquée du "ni chair ni poisson".
Et j'ai bien aimé aussi la voix superbe de Pizzicato.
Mais un mot est pour moi rédhibitoire : ce "smartphone", anglicisme mal venu et sournois qui me fait l'effet d'une sonnerie en pleine sonate.
D'où un bémol dans mon appréciation.


Oniris Copyright © 2007-2018