Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
papipoete : Je l'ai tant rêvée
 Publié le 17/01/16  -  19 commentaires  -  875 caractères  -  422 lectures    Autres textes du même auteur

Je suis seul, transi par le froid de la solitude ; je vais voir une femme en rendez-vous, mais ce sera la dernière ! J'en ai assez des déceptions lors de rencontres improbables ; je suis prêt à me résigner à finir ma vie, divorcé sans avoir retrouvé d'âme-sœur...


Je l'ai tant rêvée



(Gérardine)


Fasse le Ciel qu'enfin, sur moi son œil se pose !
Plus d'un millier de jours ont usé mon espoir
De retrouver l'amour, perdre cet air morose.
Je dois la rencontrer, elle a le cheveu noir
Et porte un manteau rouge, une amazone rose.

Dans cette impasse au loin, je crois l'apercevoir
Portant ces trois couleurs. La femme a fière allure !
En avançant vers moi, passera sans me voir
Car trop belle pour moi ? J’en redoute l'augure.

Marquant soudain le pas, venant à ma hauteur,
La sublime Vénus m'adresse en un murmure
Ce sésame magique, un sourire flatteur.

Elle cueille ma main dans la sienne déclose ;
Je sens, au fond de moi, battre et prier mon cœur.

Fasse le Ciel qu'enfin, sur moi son œil se pose !


21 juillet 2015


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincendix   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Serait-ce une Vénus cyclope ?
Trêve de plaisanterie, cette gérardine comme vous l'annoncez est agréable et facile à lire, c'est déjà un bon point.
Le sujet, sans être original est tout de même important, la solitude est certainement pénible à vivre.
Ces trois couleurs vont ulluminer votre vie, je vous le souhaite

NB J'avais deviné le nom de l'auteur, après le rendez-vous galant manqué... J'attends la suite, avec une conclusion heureuse!

   Pouet   
29/12/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Bjr,

Je ne suis pas trop entré dans votre poème. J'y ai trouvé trop de platitudes vous m'en voyez bien désolé.

Des expressions comme "sur moi son œil se pose", "air morose", "fière allure", "redoute l'augure", "sourire flatteur" etc... Tout cela sonne trop "cliché".

Mise à part l'éternelle "Vénus" je n'ai pas trouvé ici de métaphores ou de comparaisons susceptibles de me faire vibrer.

Enfin, ce texte m'a vaguement fait pensé à Aïcha écrite par Goldman pour Khaled.

En résumé je pense que si l'intention est bonne, la forme est à revoir pour faire partager au lecteur que je suis toute l'émotion de cette rencontre.

Subjectivement votre.

   Iloa   
3/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Vous avez choisi une forme qui convient vraimant bien au sujet de votre poème.
Une chose m'a vraimant gênée : les couleurs.
Elle a le cheveu noir, un manteau rouge et cela fait d'elle une amazone rose.
Cela ne m'a pas parlé.
Sinon, on lit ici un grand espoir et cette crainte vibrante d'être encore déçu.
J'aime.

   Mauron   
7/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quand on choisit ces contraintes quasiment millénaires que sont les vers réguliers, les strophes, les rimes, on ne doit pas s'attendre à produire "du neuf". Hélas, c'est ici le cas, tous les poncifs de la poésie classique sont présents. Ils sonnent agréablement mais donnent l'impression d'avoir été déjà lus un millier de fois... Mais au fond, ce texte est comme une reproduction d'ancien, ce n'est pas un travail de poète, plutôt un joli travail d'artisan versificateur. De ce point de vue, cela me semble tout à fait réussi. La forme choisie, cette Géraldine est à la fois rare et efficace, et la syntaxe, un peu chantournée et subtile, se tient parfaitement au fond malgré les apparences, même si c'est pour ne rien dire que de très conventionnel. C'est précieux et inutile comme un petit bijou, une perle faussement baroque sur lesquels on pourrait néanmoins détourner un instant les yeux. De "L'art pour l'art"?...

   leni   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
a Papipoète
Un poème bien écrit sur un sujet fertile

Voilà l'espoir

Dans cette impasse au loin, je crois l'apercevoir
Portant ces trois couleurs. La femme a fière allure !
En avançant vers moi, passera sans me voir
Car trop belle pour moi ? J’en redoute l'augure.


Mais un doute plane comme un épervier

Time will tell Bonne chance...Et que fasse le ciel...
Merci Salut cordial Leni

   Hananke   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour papi.

Dommage que ce poème débute par un vers à la syntaxe
on ne peut plus douteuse : ce qu'enfin est détestable et la forme
pronominale du verbe poser pose problème.
Après le texte prend son envol même si l'amazone rose me percute
quelque peu, tout comme l'élision du pronom devant passera.

Comme les textes de votre serviteur et commentateur :
à retravailler, papi, il y a de quoi faire un beau poème.

   banni   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoete,

Une bien jolie gérardine, taillée au cordeau, à la versification maîtrisée et qui se laisse agréablement lire. Un beau travail d’orfèvre.
Certes les images ne sont pas nouvelles mais elles vibrent toutefois comme les notes d’une vieille boîte à musique que l’on redécouvre dans une malle du grenier et que l’on écoute avec nostalgie.
Le dernier vers, écrit à l’identique du premier (la forme implique que le dernier vers reprenne tout ou partie du 1er), m’a un peu déconcerté : trois vers au-dessus, Vénus vous adresse un sourire puis cueille votre main ! Pourquoi donc, en ce dernier vers, prier le ciel qu’elle pose son œil sur vous ?
À moins que tout ceci ne soit qu’un rêve (comme le titre le suggère) et qu’une supplique à ce qu’il devienne réalité…

Bien à vous

   Arielle   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Après la maritorne du dernier rendez-vous galant, cette amazone rose me rassure : Papipoète va jouir des feux de l'amour, je n'en doute plus !
Il faut reconnaître que vous avez soigné votre mise, une gérardine impeccable habille cette dernière rencontre.
Je sens qu'elle va craquer la sublime Vénus même si je vous avouerai que je la trouve un peu trop belle dans le rôle. Je préférais, et de loin, les filles du dancing que courtisait le vilain petit canard dans " Je marche comme ça" mais des goûts et des couleurs, n'est-ce-pas ...

   Alexandre   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Papi, salut ! Bien... Entre "artisans versificateurs", ( bien aimé ce qualificatif, lu dans un com. précédent, que je revendique plutôt que celui de "poète" que je ne suis pas, fermez la parenthèse !), entre "artisans versificateurs" disais-je, et je rajouterai de la "vieille école", on ne va pas se perdre en ronds de jambe...
Si cette gérardine répond, pour ce qui est du contenant, à ce qu'on attend de cette forme à la fois classique et contemporaine, le contenu laisse tout de même à désirer sur certains points...
Le premier vers, et par là même le dernier, est un peu tordu quant à sa construction :
Fasse le Ciel qu'enfin, sur moi son œil se pose !

Ensuite l'amazone rose... Son manteau doit être rouge très pâle sinon je ne vois pas.

Dans ce passage...
La femme a fière allure !
En avançant vers moi, passera sans me voir
Car trop belle pour moi...

Pourquoi pas ?

La femme à fière allure
En avançant vers moi, passera sans me voir
Car trop belle pour moi

Ce n'est pas non plus l'idéal mais ça permet à "passera" de posséder un sujet ce qui n'est pas le cas dans la version actuelle.

Reste la main déclose ! Déclore nous dit Larousse, c'est enlever la clôture. Métaphore un peu tirée par les cheveux... à mon goût !

Bon voilà le point de vue d'un artisan à un autre !
Pas très miséricordieux mais sincère et je l'espère constructif...

A mon avis ta copie est à revoir et Gérardine y gagnera sûrement !

Bon dimanche collègue et ne perds pas de vue que nous ne sommes que des "artisans versificateurs" et non point des artistes et que c'est très bien ainsi !

Edit... La forme respectée de la gérardine et la sincérité de l'auteur valent tout de même une appréciation que j'avais omise par distraction à la fin de mon commentaire. Bien pour la forme et un plus pour la sincérité.

   Robot   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Papipoète nous révèle des rencontres qui se succèdent au fil des petits épisodes qu'il nous livre. Il nous a dit précédemment qu'il écrivait à partir d'anecdotes réelles vécues par lui ou par d'autres. En tout cas ces rencontres sont toujours empreintes de sincérité ce qui fait la particularité de notre Papipoète. Cette gérardine est très musicale.

   Francis   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une rencontre que l'auteur craint et espère à la fois. Son apparition en rouge et noir ravive ses angoisses. Le cœur s'emballe ! " Elle est trop belle pour moi. " Cette pensée souligne son manque de confiance en lui. Peut-être trop de déceptions antérieures ? On aurait envie de connaître la suite de cette rencontre !

   PIZZICATO   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Elle cueille ma main dans la sienne déclose ;
Je sens, au fond de moi, battre et prier mon cœur.

Fasse le Ciel qu'enfin, sur moi son œil se pose !"

Celle-ci vient faire oublier la déception du précédent "Rendez-vous galant". Elle sera certainement l'âme soeur.

   lala   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour papipoete,
Je vous crois très attaché à la forme classique et je salue ici vos efforts et votre persévérance pour vous installer dans cette catégorie.
Chaque strophe rapproche votre rencontre, comme par un effet cinématographique. La dame n'est d'abord que pensée, et vous attendez un coup de pouce du "Ciel" pour que l'alchimie de l'amour se réalise.
Puis la voilà au fond de l'impasse, ensuite à votre hauteur, puis vos mains se touchent, et vous appelez à nouveau le "Ciel", et cette fois, c'est pour elle, en chair et en os.
Je trouve qu'à deux reprises les phrases sont écourtées à la serpe : "De retrouver l'amour, perdre cet air morose", la virgule peine à remplacer "pour" ou encore "de". "En avançant vers moi, passera sans me voir", l'emploi du futur et l'absence de sujet sont gênants.
Je n'ai pas bien compris "amazone rose" et main "déclose"... les rimes en ose, évidemment, mais ces choix interrompent la lecture par leur manque de naturel.
Une page de vie, sans doute, et une heureuse conclusion, je vous le souhaite.

   Automnale   
17/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Papipoète annonce la couleur : celle du froid de la solitude. Ne serait-ce que pour cette raison, ce poème me touche.

Notre ami avait tant rêvé d’Elle, tant rêvé que, sur lui, un œil enfin se pose. Trop de jours ont usé son espoir de retrouver l’amour. Il va au rendez-vous, l’ultime rendez-vous, pense-t-il. La dame a le cheveu noir, porte un manteau rouge, une amazone (peut-être une jupe ?) rose. Au loin, il l’aperçoit, et elle a fière allure. Quel défaitiste ce Papipoète car, déjà, il pense que cette dame est trop belle pour lui ! Mais voilà, elle sourit, prend la main de son poète dans la sienne. Oui, oui, et oui, son oeil se pose… et, très probablement, se fige.

Tout ceci est raconté simplement, mais efficacement. Un peintre aurait pu, ce jour-là, poser son chevalet et, de cette façon, nous décrire la scène. Elle est vivante, émouvante, et les couleurs du rendez-vous, elles, ne sont pas froides.

Compte tenu du mot « déclose », je pense à Ronsard (et à son Mignonne allons voir si la rose…). En outre, j’ai déjà eu l’occasion de le dire, j’apprécie les récits autobiographiques. Et, surtout, j’ai un faible - j’ose l'avouer - pour Papipoète.

Pour l’avenir, peut-être conviendrait-il d’éviter les chiffres (ici, « millier ») et de semer davantage, en règle générale, de métaphores (le mot « impasse », par exemple, manque un peu de poésie). Quant à la ponctuation, je me permets (sans doute parce que je lis à haute voix l’histoire) de proposer : d’ajouter un point d’exclamation après « rencontrer », de supprimer celui après « allure » et de mettre : (deux points) après « magique ». Bien entendu, cette proposition n’engage que moi…

Cher Papipoète, continuez de marcher sur les pas de Ronsard qui, entre parenthèse, portait le même prénom de baptême que vous. Non, non, je ne parle pas de « Papi » ! Surtout, continuez à nous toucher, simplement, comme vous savez si bien le faire. Et - j’allais oublier -, mes compliments à la dame brune qui a su deviner, elle, les trésors d’amour et de tendresse qui sont vôtres.

Merci, mon ami.

   Anonyme   
20/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai été estomaqué par ce texte, bravo et merci papipoète pour ce beau poème qui m'a fait pensé à tellement de choses...

" Faites que sur moi son œil se pose "

   GilbertGossyen   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un compte à rebours dans le nombre de vers .... jusqu'à l'apothéose ?
Je vous le souhaite

   Nemo   
28/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Papipoete,
Cette gérardine me touche par sa simplicité.
Ne dit-on pas que l'espoir fait vivre ?
Merci pour le partage.

Mais je suis étonné de vous trouver dans la catégorie "poésie classique" car, que je sache, le quinzain décroissant de Gérard Laglenne est à classer dans la catégorie "contemporain". Cela aurait-il échappé au "jury" ?
Bien entendu, ça ne change rien a la valeur de votre écrit.

   LJB   
26/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sur un thème classique, la recherche de cette fameuse âme soeur, la construction donne un élan particulier à cette quête.

C'est joliment écrit et donne l'envie de croire à l'histoire.

   MioModus   
9/3/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Quand je vous lis rien ne se passe...
Beaucoup de mal à aller au bout.


Oniris Copyright © 2007-2018