Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Joyau dormant [Sélection GL]
 Publié le 09/09/19  -  23 commentaires  -  750 caractères  -  279 lectures    Autres textes du même auteur

Petite enfant croyant encore aux fées, ma bambine aperçut, dans le lit du ruisseau, un objet vert brillant que je m'empressai de faire passer pour un diamant ! Elle me crut ; c'était il y a longtemps...


Joyau dormant [Sélection GL]



Au bas de la cascade
Où l’eau vive hésitait,
Une pierre de jade
Sur le fond reposait...

Comme au livre d’images
Où se cache un trésor,
Ninon trouva la page
Et se vit cousue d’or !

Un bouton de chemise
Venu s’échouer là...
Comment sauver la mise
Face au rire en éclats ?

Ne pas briser le charme...
Pour une fois mentir !
Sinon, de bien des larmes
Il me faudrait pâtir !

Large sourire aux lèvres
Ninon plonge la main,
Et sort de l’eau en fièvre
Son merveilleux butin.

J’en fis un « solitaire »
Serti en jonc doré,
Brillant à l’annulaire
De mon ange adoré.



26 mars 2019


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
13/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Il ne faut jamais mentir aux enfants mais non plus jamais les décevoir et quoi de plus beau ( et de plus pratique) que d’inventer opportunément de jolies histoires.
Celle de ce poème est charmante. Transformer un bouton de chemise en diamant ne pouvait que faire sourire la crédule fillette.
Si en plus ce bouton est serti par un jonc pour en faire un merveilleux bijou, Ninon a toutes les raisons d’être comblée.
Tout comme le lecteur qui ne peut qu’apprécier ce délicat poème, plein de fraîcheur, d’amour, de simplicité.

Les quatrains en hexasyllabes parfaitement rimées et rythmées respectent le néo-classique, ce qui sera sans doute confirmé par les spécialistes. Dommage pour les rimes au pluriel!

J’ai beaucoup aimé ce poème délicieux, plaisant à la lecture.

Bravo à l’auteur(e) pour ce petit joyau.

En EL

Lebarde

   poldutor   
13/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Charmante petite poésie en vers hexasyllabiques, sans prétention, parfaitement compréhensible, traitant d'un sujet amusant, la crédulité d'une petite fille, pour qui tout ce qui brille est de l'or...et sa maman(?)
qui ne la détrompe pas pour ne pas gâcher le plaisir de l'enfant
Merci pour ce texte simple, touchant, rafraichissant.
poldutor en E.L

   Eclaircie   
16/8/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Une mignonne histoire racontant l'adulte qui entretient les rêves d'un enfant.
L’écriture est simple, parfois la rime semble un peu forcée comme :
"Et sort de l’eau en fièvre"

Un peu d'invraisemblance dans le quatrain :
"Comme au livre d’image
Où se cache un trésor,
Ninon trouva la page
Et se vit cousue d’or !"
Je doute que l'or soit le principal trésor au yeux d'un enfant.

L'emploi des hexasyllabes donne le rythme léger mais peut assez vite lasser, à mes yeux.

Merci du partage,
Éclaircie

   VictorO   
16/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poésie narrative pleine de tendresse et d'authenticité. Le tout est fluide, léger, musical, et les rimes sont agréables : "cascade/jade", "main/butin", "solitaire/annulaire". Cette poésie nous rappelle aussi combien les enfants sont liés de par leur imagination, leur rapport au monde, à la poésie dès leur plus jeune âge.

   natile   
16/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai la jolie impression d'une poésie que l'on apprend sur les bancs de l'école, une de celles qui met des étoiles dans les yeux, qui font croire aux contes de fées. On imagine cette petite fille qui boit les paroles de son père . C'est un charme que l'on ne devrait jamais briser . Il y a une jolie musicalité qui perle dans cette transformation du bouton en diamant

   BlaseSaintLuc   
16/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est frais , ce n'est pas volé , c'est innocent raconté avec délicatesse, sans prétention,on ne déclare rien,on fait semblant d'y croire , l’émotion sans clairon ni fanfare ,ni musique et contre alto, juste un peu d'eau fraiche de rivière et une Ninon secrète qui rêve au trésor, le beau quoi celui auquel je crois , les choses simples , celle de la vie , je vois le sourire de l'enfant et l’œil brillant du père.

merci.

   Miguel   
16/8/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Ouais ... Cela méritait-il d'être raconté ? Cette mystification d'un enfant ne me paraît pas un bien grand sujet poétique. Pourquoi "image" est-il au singulier ? Tout un livre pour une image ! "Comment sauver la mise/Face au rire en éclats" ne me paraît pas très heureux non plus. J'espère que ce poème trouvera des lecteurs moins grincheux que moi.

Miguel, en EL

   Annick   
17/8/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel joli poème frais et fluide comme l'eau vive où la réalité et le conte se rejoignent.
Et l'histoire est si bien contée ! L'adulte a bien compris qu'il pouvait faire de ce fait sans importance un véritable événement pour le bonheur de sa bambine.
Peut-être que pour être heureux, il suffit de changer notre regard sur les choses, les êtres.

Une strophe que j'ai particulièrement aimée et qui clôt avec bonheur ce texte plein de charme.

J’en fis un " solitaire "
Serti en jonc doré,
Brillant à l’annulaire
De mon ange adoré.

A mon avis, ce bouton n'était pas un bouton ordinaire. Il devait être enchanté puisqu'il est devenu un joyau...et un bijou de poème !

   Hananke   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Pour une fois, j'aime bien la poésie imaginative qui se dégage de ce texte même s'il m'a fallu faire beaucoup d'efforts pour lier un bouton
de chemises avec la pierre de jade et se voir cousu d'or.

On passera sur cette eau en fièvre et le hiatus désagréable
de serti en jonc.

Mais bon, j'aime bien cette historiette qui relie un grand-père
et sa petite fille et le coup du bouton dans l'eau est ingénieux,
poétiquement parlant.

   Robot   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une poésie sur la tendresse qui conduit un grand-père à entrer dans le jeu de découverte de sa petite fille.
Certains quatrains sont plus attirants que d'autres.

J'ai bien apprécié

Un bouton de chemise
Venu s’échouer là...
Comment sauver la mise
Face au rire en éclats ?

et

J’en fis un « solitaire »
Serti en jonc doré,
Brillant à l’annulaire
De mon ange adoré.

Celui ci-dessous m'a semblé moins léger dans son expression des deux derniers vers et le jeu de rimes:

Ne pas briser le charme...
Pour une fois mentir !
Sinon, de bien des larmes
Il me faudrait pâtir !

Un moment sympathique en compagnie du papy et de Ninon.

Pour varier le rythme, j'aurais bien vu des quatrains en octo ou déca intercalés entre les hexa.

   Anje   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ne pas briser le charme.... et oublier la prosodie. Laisser le charme agir et rêver de ce joyau.
Ce poème est tellement tendre et plein de complicité qu'on pourrait y pêcher un hiatus en le prenant pour un diamant. Cette petite histoire intime est le chant du ruisseau du bonheur qu'accompagne une âme poète.

   Cristale   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoète

Des petits quatrains de petits vers pétris de petites images et une petite fille qui trouve un joyau dans l'eau en un bouton de chemise.

En faire une bague sertie d'herbe mise au doigt fin de la petite princesse est une riche idée...ben voui ! n'en déplaise, la féerie est dans le geste affectueux du grand-père et la magie dans le sourire de la mignonne fillette.


Merci pour ce joli partage.
Cristale

qui passe sur la technique…

   sympa   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Une petite histoire mignonette , agréable à lire.
Il faut laisser sa part de rêve à cette petite fille qui croyait aux contes de fée .
C'est ce qui s'appelle mentir pour la bonne cause , il aurait été dommage de briser ce rêve quand-même
Vous êtes pardonné Papipoète

Belle lecture.

   leni   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici papipoète chercheur d'or Le rêve aidant un bouton de chemise devient diamantc'est simple c'est frai c'est tendre
Large sourire aux lèvres
Ninon plonge la main,
Et sort de l’eau en fièvre
Son merveilleux butin.
et papi fait un tour de passe passe
J’en fis un « solitaire »
Serti en jonc doré,
Brillant à l’annulaire
De mon ange adoré.


SIMPLISSIME ET BEAU MERCI PAPI LENI

   Davide   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour papipoete,

L'univers de l'enfance et des contes de fées trouve facilement l'adhésion et la sympathie des lecteurs, qui se rappellent avec émotion leur propre enfance.

"Joyau dormant", quel beau titre aux allures de "La Belle au bois dormant".

Un bouton de chemise se transforme en jade le temps d'une promenade, le temps d'une complicité dans le ruisseau d'hexasyllabes. Le regard du poète est attendrissant.

Le traitement du sujet, en revanche, ne m'a pas vraiment plu. Les quatrains manquent de corps et de cohésion entre eux : le point de vue, omniscient dans les dix premiers vers, nous amène pourtant avec la tendresse qu'il faut dans l'imaginaire de cette petite fille.

Pourquoi le grand-père narrateur doit-il briser le charme de cet instant :
"Comment sauver la mise
Face au rire en éclats ?"

"sauver la mise" ? Sommes-nous dans un casino ? Cette expression familière n'est pas, à mon sens, du meilleur effet.
Le quatrain suivant, dans la tête du narrateur, bien que nécessaire à la narration, ne me convainc pas non plus. D'ailleurs, l'expression, "pâtir de bien des larmes" me semble maladroite ; on dira plutôt "pâtir de sa tristesse", ou par métonymie : "pâtir de ses larmes".

Au passage, les expressions "au livre d’images" et "en fièvre" m'ont paru bien... tarabiscotées.

Un beau dernier quatrain, poétique, complice et serti d'amour.

Merci du partage,

Davide

   senglar   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour papipoète,


Un joyau dormant dans l'eau vive pour une petite Belle au bois éveillé qui s'appelle Ninon, une héroïne de chanson au nom du temps des Fables. Avec ce diamant vert tous les ingrédients sont réunis pour initier un conte de fées. Y manque la grand-mère... Qu'importe Papipoète se grimera en Père-Grand : le jade devient devient diamantifère et le jonc de paille anneau d'or jaune. Voici qu'est né un solitaire pour un plaisir partagé car le grand-père ici qui vient de jouer Merlin l'enchanté est ravi tout autant que l'enfant.

... et nous-aussi !
Miracle de l'enfance
Miracle de l'amour
... Philosophal !


senglar :)))

   STEPHANIE90   
9/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoete,

la fée Ninon a trouvé un bouton de chemise et se voit cousue d'or. J'ai aimé ce conte aux images de cascade où se cache un trésor dans ses yeux d'enfant.
"Comme au livre d’images
Où se cache un trésor,
Ninon trouva la page
Et se vit cousue d’or !"
> de vrais mots d'enfants, Merci !!!
Ils ont su me parler...

Que c'est beau l'enfance !!!

   ours   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoete,

Voilà un joli conte de magie ordinaire que seuls les enfants sont capables de nous faire vivre ce qui justifie largement le choix de ce thème. Sur la forme j'ai aimé le rythme en hexa en phase avec le propos et la simplicité des images.

Merci pour ce moment de tendresse partagée.

Papa ours qui est aussi papa poule par moment lol

   emilia   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une bien jolie conclusion à cette histoire tendre où un charmant papi complice respecte le rêve d’une petite fille et se fait magicien, attentif à « ne pas briser le charme », ni faire couler « les larmes », en préservant pour « son ange adoré » ce « large sourire aux lèvres » qui fait son bonheur…

   hersen   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Peut-être que tu contrains trop ta poésie en l'invitant dans des vers courts qui impriment un rythme un peu atone. peut-être parce qu'ainsi, les rimes sont trop présentes à l'oreille et prennent le pas sur les vers en eux-mêmes.
Mais tu sais que je suis plus bercée dans le libre, donc ma critique n'en est pas une, c'est plut^t un ressenti.

Par contre, j'aime beaucoup la relation gd-père -petite fille, j'ai aimé le mensonge, après tout, dans mensonge, il y a le mot "songe" et l'implication du papy allant jusqu'à en faire un bijou est par elle-même un joyau.
L'eau bien sûr exacerbe le brillant, mais ne dit-on pas d'une pierre précieuse qu'elle a une belle eau ? Même s'il faut bien les trous du boutons pour voir au travers de cette pierre-là :)))

Ninon a bien de la chance d'être prise ainsi au sérieux par l'amour de son papy.

Un gros plus pour le titre !!!

   Vincente   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La force de ce poème tient dans l'eau redevenue si vive par quelques vers frais relatant, que dis-je magnifiant la simple grandeur d'un de ces moments d'exception qui rendent la vie belle. Nulle doute à la lecture aisée que l'expérience, le recul, la sagesse ont trouvé là une plume délicate et émouvante.
La coulée poétique ici profite de la cascade émotionnelle qui fait l'écrin pour l'enfant de l'objet ancien et ô combien précieux, et pour le grand père, de l'objet renouvelé dans la forme littéraire ; elle met à jour à sa façon son bien précieux dans un partage très sympathique.

   Recanatese   
19/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoète,
Une poésie sur l’imaginaire enfantin que l’on met un point d’honneur à sauvegarder. Cela peut paraître anecdotique et pourtant, quoi de plus essentiel, de plus poétique que le regard constamment ébahi d’un enfant ? Et le grand-père est lui-même poète, il n’a pas oublié l’enfant qu’il fut.
L’hexasyllabe sied merveilleusement à ce texte très agréable à la lecture.
Merci pour ce partage
Recanatese

   Manuelent   
20/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est très joli. Voilà ce qui fait d'un texte, un poème : l'art de provoquer un émoi. Nul besoin de rechercher la compassion du lecteur par la misère, la maladie ou la guerre. La tendresse d'un papy, avec des mots simples, une chute splendide.
Seuls, les techniciens auront du mal à apprécier tant de délicatesse. Mais la technique seule, n'est pas la poésie.
Ce fut un plaisir de vous lire.


Oniris Copyright © 2007-2019