Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Ma petite Lhassa
 Publié le 18/04/17  -  17 commentaires  -  510 caractères  -  282 lectures    Autres textes du même auteur

Moi qui n'aime pas particulièrement les chiens, je dois avouer que cette chienne était adorable…


Ma petite Lhassa



Tu t'appelais Câline,
Chienne à blonde toison.
Ah ta bouille mutine
Même à triste saison !

Point de croc en babine,
Tu t'appelais Câline,
N'avais rien d'un mordeur,
Plutôt nounours rêveur.

Je te vois, tu trottines
Boitillant de douleur.
Tu t'appelais Câline,
Jadis, pleine d'ardeur.

Tout contre ma poitrine,
Tu rendis ce soupir,
Pour toujours t'endormir.
Tu t'appelais Câline.



01 04 2016


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
26/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Le thème, l'animal de compagnie qui décède, ne fait pas partie de mes favoris, pourtant ici il est bien traité, avec pudeur, directement, dans un poème rythmé.

L'émotion est là. Les images de "croc en babine " opposées à celle de "nounours rêveur" rendent Câline presque humaine, une sorte de doudou animé et canin.

C'est réussi.

Merci pour elle.

Donaldo

   Brume   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Papipoete

Mignonne petite poésie. Elle me fait penser à mes premiers poèmes. C'est simple, limpide, et sincère.
Il y a une sacrée mélodie; une comptine. Et les mots en "ine" ont une belle sonorité qui donne de la couleur et du peps.

   Cristale   
19/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Papipoète,

Que ce poème est tendre et émouvant. En peu de mots vous bercez en toute simplicité sous nos yeux le souvenir de ce petit compagnon.

Une forme poétique à la figure de style joliment adaptée où le premier vers est le second vers du deuxième quatrain, le troisième vers du troisième quatrain, et le vers final. "Tu t'appelais Câline". Un vers qui embrasse le poème comme vos bras embrassaient d'affection la petite Lhassa.

Un peu de douceur comme une larme de tendresse en ces temps où la violence règne sur la planète; que cela est précieux !

Merci Papipoète.

et après avoir vu sa photo, je comprends encore mieux que si vous l'avez beaucoup aimée, elle a du vous aimez passionnément. Alors ce sera ma note, celle qu'elle vous aurait donnée de son petit coeur aimant.

   leni   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour papipoète
cette courte carte de visite est simple et douce
j'ai plusieurs souvenirs que tu viens de réveiller etde belles connivences Un de mes chiens était nu croisé Boxer Chow chow
Donc un Boxer à poils longs et à langue bleue Je fais une ballade
avec lui Merci de raviver mes souvenirs Salut amical Leni

   Robot   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pour quelqu'un qui "n'aime pas particulièrement les chiens" ce texte est l'expression d'une belle tendresse envers cette petite Lhassa.

Tout en douceur, l'émotion est là, elle passe sans qu'on la sente recherchée. La sympathie n'est pas dite, elle est suscitée, c'est ce qui fait la qualité du texte.

   Alexandre   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut papi... Ayant moi-même une Maya âgée de dix ans, ce poème ne pouvait que me toucher.
Pour ce qui est de la forme, le décalage de ce vers...Tu t'appelais Câline... d'un quatrain à l'autre nous amène pas à pas vers l'inéluctable "sortie"...
Un poème sans fioritures où perce la nostalgie sans tomber dans le pathos.

Merci papi.... poète une fois de plus !

   PIZZICATO   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Une lecture agréable que ce clin d'oeil souvenir à " Câline ", la " petite Lhassa ", ces petits chiens à la bonne bouille.

   BeL13ver   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Poétique et mignon, cet hommage à ce chien. Il repose le regard, et laisse venir les émotions. J'aime bien ce petit poème limpide.

   Anonyme   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoète,

Moi qui aime beaucoup les chiens, et viens d’en perdre un, qui était sûrement moins facile que votre Câline, mais tout aussi attachant, j’ai été intéressé par votre manière d’évoquer un animal de compagnie et sa perte.
Évocation toute en douceur…comme elle, puis, reste le sentiment qu’elle vous manque aussi.
Comme je vous comprends…alors comment évaluer objectivement…bof…tant pis pour l’objectivité, de toute façon...

et à vous relire.

Corbivan

   Marie-Ange   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est là un hommage, rendu avec tendresse, à cette petite Lhassa, cependant je le trouve un peu court, et je lui reproche l'absence de quelques petites anecdotes, qui me l'auraient rendu plus attachant.

Petit poème gentillet qui se lit bien.

   Proseuse   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour et merci Papipoète pour ce bel hommage que vous rendez à votre animal de compagnie, les mots sont touchants et aux fils des vers, on sent votre attachement et votre peine de façon toute simple !
C' est vrai, qu' un peu plus sur la personnalité de Calîne m' aurait sans doute, fait partager de plus près votre poème !
Mais, cela n' empêche pas que le texte est émouvant

Merci

   Anonyme   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Papipoete,
Tendre poésie en rimes câlines , belle image du souvenir à chérir:
"Ah ta bouille mutine
Même à triste saison "
Merci pour cette tendresse.
Nadine

   emilia   
18/4/2017
Une forme courte bien choisie pour rendre hommage avec tendresse à cette petite chienne dont le portrait se dessine en quelques traits essentiels : sa blonde toison, à la fois câline et mutine, que l’on imagine en train de trottiner…, jusqu’au dernier soupir dans les bras de son maître démontrant ainsi tout l’attachement qu’il portait à sa « petite Lhassa »…

   Anonyme   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'aime énormément le thème et la simplicité vraie des sentiments portés à cette petite chienne.
Une petite critique pour la route ? Pourquoi ne pas suggérer plutôt que nommer comme vous le faites dans le second vers du premier quatrain?
Ayant éclairé le sujet dans la présentation, - on sait déjà que c'est une chienne - il aurait été plus agréable d'employer une tournure moins directe pour la désigner.

Une bien belle histoire d'amour en tout cas !

Bravo !

   archibald   
18/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le cadavre vitrifié d’un enfant syrien, ça nous consterne, ça nous révulse, ça nous révolte… Mais la mort de notre chien ou de notre chat, ça, ça nous fait de la peine. On est bizarrement fait tout de même…
Un thème très difficile ; j’ai souvent essayé, je me suis toujours vautré. Je crois que tu as trouvé le bon ton : de la douceur, de la légèreté, de la simplicité, pas trop long et pas trop de sentimentalisme.
D’accord avec Grange ( “Tu t’appelais Câline : / Une blonde toison, / Une bouche mutine / Même à triste saison.” ?), mais un petit poème émouvant comme il faut.

   Vincendix   
22/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoete,
Les chiens, c’est comme les humains, il y a des hargneux, des carrément méchants et puis heureusement des sympas. Les chiens peuvent être de fidèles et attachants compagnons et quand ils disparaissent, ils laissent un vide.
Un bel « hommage »à Câline, une petite boule de poils adorable !
Vincent

   virgo34   
16/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème "léger" plein de tendresse pour ce petit animal qui s'éteint dans les bras de son maître. Nostalgie des moments passés en sa compagnie.


Oniris Copyright © 2007-2018