Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Ni laudes ni vêpres [concours]
 Publié le 22/10/17  -  9 commentaires  -  1148 caractères  -  140 lectures    Autres textes du même auteur

Un si bel endroit de France.


Ni laudes ni vêpres [concours]



Ce texte est une participation au concours n°23 : Un monument
(informations sur ce concours).





Sans pareil est ce monument
Et tel ce fastueux emblème
De marbre blanc pour Arjumand
Flamboie, preuve d’amour suprême.

Marguerite envers son mari
Laissant les rives d’Hautecombe
Choisit comme éternel abri
Cet endroit non loin de la Dombes.

On le verrait de tout en haut
Grâce à ses tuiles aux nuances
Jaunes, rouges, noires, vert d’eau.
Mais vint le temps des turbulences ;

Celles de la Révolution.
Aux princes fin des privilèges !
Au peuple gratification !
À Saint-Denis des sacrilèges !

Notre mausolée en péril
Devint républicaine geôle,
Avant leur départ en exil
De prêtres dépouillés d’étole.

Préservé depuis deux cents ans,
L’édifice au monde rayonne,
Subjugue auprès de ses gisants
Et « Saint-Nicolas » carillonne.


02 10 2017


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
4/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Ce monument, dont quelques judicieux indices m'ont permis de découvrir la beauté, et l'histoire, est joliment décrit.

Des octosyllabes suffisamment imagés pour que je me représente le site et l'édifice lui-même.

L'écriture est fluide, affirmée, un texte qui aurait pu se trouver en classique si certaines rimes avaient joué le jeu. Mais cela n'enlève rien aux qualités de ces quatrains écrits de mains de maître.

Le thème du concours est respecté.
Bravo et merci à l'auteur.

Cristale

   Bidis   
11/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je pense qu'il s'agit de l'Église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou. J'ai apprécié que ces quelques strophes m'ont fait faire des recherches et donc apporté, de toute façon et même si je me trompe, un petit plus à ma culture générale (bien maigre, je le reconnais).
D'autre part, je suis plus sensible à la forme rimée et rythmée comme ici qu'aux vers totalement libres de la plupart des poèmes concurrents, même si l'envolée poétique est peut être, pour ceux-là, supérieure.

   wancyrs   
13/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Il s'agit sans doute de la nécropole royale de la basilique de Saint-Denis... Je ne suis pas emballé par votre texte, désolé ! j'y vois plus une narration de l'histoire de cet édifice plus que de la poésie. Et le classique de vos vers n'aide pas mon imagination libre à rêver. D'autres sans doute y trouveront leur compte, mais moi je passe mon tour.

Cordialement.

   Vincendix   
22/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
J’ai déjà entendu parler de cet édifice, il a un rapport avec Saint Pierre Chanel qui a donné son nom à un établissement scolaire où notre fille a fait des études secondaires.
Une belle description à la fois touristique et historique qui donne envie de visiter ce lieu. Il est vrai que la France est riche de nombreux monuments remarquables, heureusement sauvés de la folie destructrice de certains révolutionnaires, précurseurs des djihadistes d’aujourd’hui.
Un texte bien écrit, presque classique (diérèses non-respectées), avec la fluidité appréciable de vers octosyllabiques.
Vincent

   PIZZICATO   
22/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Après moult recherches (merci Wiki), il me semble qu'il s'agit de la basilique St Denis qui abrita la sépulture de Marguerite de Provence.

L'allusion au Tajmahal dans le premier quatrain n'est à admettre que pour le fond (l'amour du couple).
Le texte est assez descriptif mais se laisse lire agréablement.

" Notre mausolée en péril " pas trop aimé...

   pieralun   
23/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Un texte qui raconte l’histoire de ce monument de façon narrative.
J’ai eu beaucoup de mal à accrocher et il est difficile pour moi de le juger.......

   Ananas   
23/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

Le monument est identifiable aisément, vous le décrivez...

presque comme on pourrait le faire dans la partie "descriptions poétiques" d'un guide touristique.
Ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi, mais sorti de mes propres goûts qui me portent vers plus de fantaisie, j'attends un petit "plus" dans le cadre du concours que je ne retrouve pas ici.

Au niveau de la construction, de l'axe de traitement, vous restez sur quelque chose de très académique, de très techniquement travaillé, un peu trop pour moi.

Une belle écriture cependant. Merci pour le partage et bonne chance pour le concours !

   Darques   
23/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai lu le devoir d'un écolier. Appliqué mais sans le désir d'écrire qui "porte" le sujet (ce que j'appelle l'âme).
La nécessité de participer, peut-être.
Quelques rimes trop évidentes, voire prohibées : emblème/suprême
privilèges/sacrilèges.

J'ai pensé tout de suite à la Bastille puis à la basilique Saint-Nicolas-de-Port en Lorraine, mais je ne sais pas ce qu'est ce monument funéraire-prison classé.
Peut-être que sans cette énigme, j'aurais mieux apprécié le texte. La comparaison avec l'image donne aux mots toute leur expression.

   David   
25/10/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Bonsoir,

L'inversion du début me semble dommage, que serait ce poème débutant par "Ce monument est sans pareil !". Il me semble que c''est le monument qui "flamboie" dans la première strophe, c'est pas venu de façon évidente à ma lecture - j'aurais saisi un "il flamboie" - mais là, après "Arjumand", ça m'a semblé étrange, en plus du départ à la Yoda.

Ensuite la seconde strophe est plus rieuse, avec un autre genre d'inversion dans son "Marguerite envers son mari" mais je ne saisi pas bien "Marguerite envers son mari (... ) Choisit comme éternel abri/Cet endroit" que peut bien signifier "choisir envers", en fonction de, par respect pour.

La suite m'est plus claire mais j'ai eu trop de cafouillage au début.


Oniris Copyright © 2007-2017