Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Petite
 Publié le 16/12/18  -  14 commentaires  -  464 caractères  -  247 lectures    Autres textes du même auteur

Portrait de Ninon qui n'était pas « ado »…


Petite



Pendant six jours tu pousses
Près de ton petit vieux,
Le sourire en frimousse
À faire mille envieux.

Aussi, je crains dimanche
Qui te retient au nid ;
Alors sans toi, je flanche,
Mon duo désuni.

Ta maman, tu câlines
Sans répit ce temps-là.
L'embrassant, tu butines
Cette fleur de lilas.

Mais lundi je regagne
Mon Soleil, lanternon
Éclairant ma cocagne,
Toi petite Ninon.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
26/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je connais la Ninon de Musset, mais celle-ci a tout l'air d'être votre fille.
Je trouve ce titre pas très recherché. Relié à l’exergue, il entretient, de plus, la mauvaise sensation du lecteur (que je suis) de rentrer dans une sphère privée.
Après, la situation de garde alternée est bien rendue, quoique sans surprise ni éclat. Je trouve le traitement plutôt plat, mis à part le choix original d’hexasyllabes. Et j’ai buté sur le vers 6, où le titre de « nid » semble être attribué à la maison de la mère, alors qu’il est dit que vous gardez Ninon 6 jours sur 7. N'auriez-vous dû pas dire : « qui te chasse du nid » ? Mais peut-être que c’est une histoire de définition qui nous sont différentes.
En détail, j’ai trouvé étrange cet espace avant chaque point final, je pense que « flancher » v7 en tant que verbe intransitif n’a pas de complément d’objet (mon duo), et, éclairant ma lanterne, j’ai appris l’existence de lanternons.

   Anje   
4/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Néo-classique.
Bien que d'usage raréfié, j'aurais utilisé le verbe désunir dans son mode transitif. En ajoutant une virgule après flanche pour souligner mon duo désunit.
Le plaisir est un peu court... mais grand. Je souhaite longue et belle vie à ce sourire en frimousse qui m'a, aussi, rendu envieux.
Anje en EL.

   TheDreamer   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je pense quelque peu au charmant poème :"La petite" d'Albert Mérat en lisant le vôtre. Poème extrait de son recueil "Les chimères"paru en 1866.

Votre poème sur quatre strophes de rimes croisées est tendre et nous évoque les relations d'affection entre les membres d'une famille et le départ toujours difficile à accepter.

   leni   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
papipoète
Garde répartie inégale entre deux

Aussi, je crains dimanche
Qui te retient au nid ;
Alors sans toi, je flanche,
Mon duo désuni.
AU nid tu câlines ta maman
Tu butines cette fleur de lilas
Le ton se fait plus triste...éclairant ma cocagne ....
Une telle situation ne satisfait ni l'un ni l'autre Je perçois
une amertume C'est un bel écrit

J'aime beaucoup éclairant ma cocagne

merci de ce partage que je crois intime merci pour ce moment

Mon salut amical LENI

   Corto   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La joie, le sourire, l'affection d'une enfant qui comble l'adulte. Bel hommage à cette relation privilégiée à condition qu'elle ne soit pas tellement exclusive qu'elle devienne étouffante pour l'enfant.
Grand cadeau que la vie offre à beaucoup, et dont le manque en fait souffrir d'autres.
"Aussi, je crains dimanche" interroge sur la distance entre l'adulte et l'enfant, distance nécessaire à l'équilibre de tous.
"Petite Ninon" a la chance d'être ainsi aimée. Mais attention elle va grandir ! Que l'affection des siens la comble autant qu'elle comble ses adultes d'aujourd'hui.

   Cristale   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Pendant six jours tu pousses
Près de ton petit vieux,"

Papi poètise pour sa petite-fille tous ces moments précieux : quand sa maman travaille Ninon pas encore ado est là chaque jour à ses côtés.

Un texte mignon tout plein mais un peu court
Merci papipoète

   Vincente   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé la forme douce et harmonieuse qui se prête très bien à l'état émotionnel attendri du narrateur. Dès la première strophe, on peut deviner une fragilité chez celui que j'ai d'abord cru être un grand-père parlant de sa petite-fille Ninon ; ce n'est qu'en fin de poème que j'ai compris qu'il s'agissait d'un papa pris dans l'étau de la garde alternée . Le "dimanche" et le "lundi" auraient pu m'avertir pourtant mais ils m'ont intrigué sans m'éclairer pour autant. C'est sur ce plan que je soulignerais un petit bémol, ça n'a pas été bien clair de situer les acteurs. D'autant que je n'ai pas compris dans l'incipit, pourquoi vous précisez que Ninon n'est pas "ado" ? Parce que si c'est le grand-père qui parle, alors oui il peut dire dans le dernier vers "Toi petite Ninon", mais si c'est un père, l'on va bien comprendre qu'il s'agit d'une petite enfant (je ne vois pas le père dire à son ado "ma petite"...).
J'ai beaucoup aimé cette troisième strophe :
"Ta maman, tu câlines
Sans répit ce temps-là.
L'embrassant, tu butines
Cette fleur de lilas.". Particulièrement l'image de l'enfant qui butine aux sens propre et figuré la maman comme une fleur de lilas ; montrant par là-même que le papa éprouve encore de l'affection pour elle. Ce qui sous-entend la douleur qui s'ajoute à la fragilité dévoilée au début. C'est d'une très belle sensibilité.

PS : en découvrant le commentaire de Cristale, je m'aperçois d'une autre lecture qui me rendrait cohérent ce qui me troublait, à savoir : un grand-père qui garde sa petite fille en semaine pendant que sa maman élevant seule sa fille travaille. Alors dans ce cas, oui, mais alors il serait préférable d'éclairer un peu plus le lecteur par l'incipit.
Cela n'enlève rien, au contraire à la beauté du poème.

   Louison   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé cet amour d'un papi comme une jolie déclaration.
C'est simple, on sent que ça sort du cœur et donc c'est touchant.
J'aime "le sourire en frimousse"

   PIZZICATO   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce cher Papipoete, la sensibilité au bord du coeur !
Je pense que les enfants et petits enfants laissent, de cet âge, des souvenirs indélébiles.

Ninon a grandi et sa << poupée s'ennuie dans un coin >> ; et papi, sûrement quelquefois, aussi...

Un poème tendresse.

   Ithaque   
16/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour papipoete

Que diriez-vous du titre "Nioui Ninon"?

Car, à cet âge-là, n'est ce pas un peu ce qui se passe? (elle aime toujours son papi, oui mais voilà ! elle aime aussi grandir...).

J'aurais bien apprécié deux quatrains de plus susceptibles d'en faire une chanson. Le thème, les termes employés, leur authenticité parlant au coeur de tous, la forme octosyllabique, tout cela y concourt!
Greetings!

   Castelmore   
16/12/2018
Comme tu as de la chance Ninon d’avoir un papi poète !
Il t’apprendra la beauté, la délicatesse, la musique des mots, celles qu’il met dans chacun de ses vers... et quand il parle de toi il en fait

un bouquet au parfum de lilas!

Un mille et unième envieux qui aimerait connaître ta frimouse radieuse.

   sympa   
17/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Un joli petit poème d'un papi pour sa petite fille
Le poème certes est un peu court mais tout est dit de belle manière.

   Lulu   
17/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoete,

J'ai bien aimé parcourir ce poème que je trouve simple et touchant.

Sa petite musique nous fait sourire, tout autant que les images qui surviennent au fil des mots.

J'aime vraiment beaucoup ce genre de poèmes tout dépouillés, allant à l'essentiel, et qui savent faire part d'une émotion.

La "Petite" sera ravie de découvrir ces mots plus tard. Ils sont une trace, une belle raison d'écrire en soi…

Au plaisir de vous relire.

   solo974   
4/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour papipoete,
J'aime beaucoup votre poème.
Que de douceur, de sensibilité et d'émotion dans l'évocation de ce "duo désuni" le jour du Seigneur !
J'ai tout particulièrement apprécié la tendresse qui émane des expressions "Le sourire en frimousse", "tu butines", "Cette fleur de lilas", "Éclairant ma cocagne".
L'émotion est également palpable dans la reprise de l'adjectif "petit" ("petit vieux", "petite Ninon"), en raison même de la valeur hypocoristique qu'il prend ici. Cette reprise souligne également à elle seule l'harmonie du lien qui unit les deux personnages.
Merci pour cette belle découverte et excellente continuation à vous.
Je reviendrai vous lire !


Oniris Copyright © 2007-2019