Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Renaissance
 Publié le 11/10/21  -  23 commentaires  -  586 caractères  -  364 lectures    Autres textes du même auteur

Un arbuste à bien triste allure…
(maillet)


Renaissance



Je n’avais emporté que toi,
Rosier biscornu aux fleurs mauves
Lorsque je dus quitter mon toit
Pour cet ailleurs au jardin chauve.

Au nord de mon nouveau chez-moi,
Je n’avais emporté que toi,
Te transplantai en bonne place
Auprès d’une rousse vivace.

Sous ton pied, crût un jeune bois
Jusqu’à devenir haute branche.
Je n’avais emporté que toi,
Prendrais-tu ici ta revanche ?

D’un vert bouton comme autrefois
Naquit une si belle rose
Égayant mon regard morose.
Je n’avais emporté que toi…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
3/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

De la poésie qui fait du bien de bon matin avec des mots simples, une prosodie néo-classique parfaite et des mots simples pour célébrer la nature et les arbres; ça nous change de la morosité ambiante et de tous les covids qui font la une. Recommencez vite l'exercice sur le même thème. Bravo aussi pour le maillet fort bien troussé.

Bien à vous.

   Myo   
4/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un écrit simple mais riche d'espoir et de force vive.

La force de cette nature qui s'épanouit et croit sans grand tapage mais avec courage et ténacité.
On peut y lire aussi un parallèle avec une nouvelle vie qu'il nous faut parfois construire aux carrefours des chemins.

De la poésie qui me parle par sa sérénité et sa belle composition.

Bravo

Myo en EL

   Cyrill   
14/10/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bien belle poésie, toute en délicatesse, si chantant avec ses octosyllabes et le vers répété au fil des strophes.
comme un éloge à la différence aussi, ce rosier biscornu qui vous apporte plus de joie, semble-t-il, que tout autre végétal.
Les images sont réussies, c'est très inventif malgré un sujet classique. J'ai adoré par exemple :

"Lorsque je dus quitter mon toit
Pour cet ailleurs au jardin chauve."

"Au nord de mon nouveau chez-moi,"

Ça se lit tout seul, c'est fluide, on ne sent pas d'effort d'écriture.
En peu de vers vous avez capté l'essentiel qui rend cette poésie si émouvante. Bravo !

   Lebarde   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Nous retrouvons notre papipoète, jardinier, amoureux de la nature et des roses en particulier, vertu que chacun lui reconnait depuis toujours, sous une version classique ou presque (il s'en fallait de quelques rimes), qu'il avait semble t'il un peu délaissé ces derniers temps.

Dans un style, épuré, simple, naturel et accessible, ce joli poème en octosyllables, les vers que vous préférez je crois savoir et que vous savez si bien manier et placer ici dans un maillet bien ficelé, est particulièrement agréable et d'une fluidité reposante.

Bravo, les rosiers même biscornus, pourront vous suivre partout où vous irez et produire là où vous serez de belles roses pour égayer votre "regard morose".

Une fois de plus, j'apprécie ce que vous avez écrit et attends les autres poèmes ( classiques de préférence) que vous nous cachez encore.
Merci.

Lebarde

   Anje   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Heureusement, le poète avait aussi une plume dans sa malle et toujours le savoir-faire un maillet. Sa tristesse de devoir quitter son toit en y laissant tant de choses, un petit bouton, comme autrefois, lui apporta un peu de bonheur. 
Merci pour ces vers touchant au cœur.

   socque   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Hé hé, j'avais reconnu votre patte en Espace Lecture, papipoete ! Alors j'ai attendu la publication pour commenter votre joli poème. Je crois que, outre le sujet, c'est votre prédilection pour le passé simple qui m'a permis de vous identifier.

La lecture me fut donc agréable, j'ai apprécié le rythme d'octosyllabes, l'expressif "jardin chauve" et le dernier quatrain où le "regard morose" rappelle que tout, justement, n'est pas tout rose. Pour ma part j'aurais clos le poème par un simple point plutôt que des points de suspension, mais bon, c'est vous l'auteur !

   Vincendix   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour et bravo Papipoete,
Pourquoi faire compliqué quand avec des mots simples il est possible de créer des émotions !
Je vois ce rosier transplanté s’adapter à sa nouvelle vie, produire des fleurs, un symbole fort.
Vincent

   pieralun   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beaucoup de poésie dans ces vers si courts, si simples.
La beauté vient elle de cette répétition, qui, je le suppose, est la caractéristique du maillet ?
Je ne sais pas….., l’écriture est tendre, presque féminine ( Marceline Desbordes Valmore)
Seul le « jardin chauve » me laisse un peu perplexe, mais c’est si peu de chose lorsque naît une rose.
Bravo Papipoete, vous m’avez ému.

   Luz   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour papipoete,

Très joli poème, simple en apparence (c’est si difficile, souvent, de faire simple). J’apprécie ce principe qui consiste, lorsque l’on déménage, à garder une plante que l’on aime particulièrement, et qui peut même nous suivre de maison en maison, à condition d’être un très bon jardinier. Alors, elle s’intègre en quelque sorte, peu à peu, à son nouvel environnement et donne une magnifique fleur remonte-moral.
Bravo et merci.

Luz

   Provencao   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Si heureuse bel ami papipoete de vous lire...

Une renaissance affectueuse, attendrissante , frissonnante et sensible que vous nous offrez comme un sacre après avoir du quitter votre toit...

Cette renaissance est comme une méditation qui permet à ce rosier biscornu de réapparaître, d'être ce qui ne cesse d'être...


Avec vos mots justes, simples, emouvants et si poétiques.....j'ai été littéralement emportée. Merci bel ami.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   inconnu1   
12/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Joli poème, en plus rythmé et rimé. J'aime beaucoup la répétition du 1er vers qui renforce le lien émotionnel entre le rosier et l'auteur. Merci Papipoète pour ce beau moment

   Annick   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un maillet composé de mots simples et doux.

Ce vers, " je n'avais emporté que toi" donne à cet arbuste peu attractif une exclusivité qui s'avère, à la fin, être une démonstration de tendresse :

"D’un vert bouton comme autrefois
Naquit une si belle 🌹"

La nature va bien à l'auteur, en particulier, les arbres, les arbustes, les fleurs.

Merci pour ce regard entre rêve et réalité.

   dream   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Papipoete !

Avec une émotion vraie et des mots toujours simples mais beaux, le poète nous parle de son amour pour la nature, non sans avoir, au passage, exprimé une fois encore ce brin de nostalgie pour cette maison si chérie qu’il a été obligé de quitter avec grand regret.

Bravo ! Pour ce moment de fraîcheur qui nous ramène à l’essentiel.

   Miguel   
11/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme quoi, il faut bien choisir. Un beau poème qui semble nous dire que l'espoir a toujours lieu d'être. Le vers récurrent donne un petit air de chanson à ces octosyllabes, et ce regain nous laisse sur une impression agréable. Comme le vilain petit canard devenu cygne, cet avorton de rosier donne ce qu'il y a de plus beau.

   Eskisse   
12/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Papipoète,

C'est le retour du vers " je n'avais emporté que toi" qui me touche le plus. Votre narrateur parle aux plantes comme à des personnes. Mais j'aime bien aussi ce "rosier biscornu" celui dont on n'attend peut-être pas de grandes choses et pourtant...

   wancyrs   
12/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Papipoete,

Le classique n’est pas le type de poésie que je préfère a cause de cette omniprésence des règles, mais lorsqu’on peut me faire oublier celles-ci, j’aime. Ton texte a un je ne sais quoi de sympathique, peut-être parce qu’il me fait penser à une ritournelle. Il y a ce vers qui revient encore et encore, telle une obsession, pour montrer à quel point le narrateur tient à sa rose.
Merci pour le partage !

Wan

   Robot   
12/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De ce poème j'ai apprécié positivement la simplicité expressive qui lui donne une apparence musicale à l'oralité.
J'ai apprécié aussi positivement le fait que le vers mobile s'inclue bien dans chaque quatrain. (Dans certain maillet le vers et parfois contraint mais ce n'est pas le cas ici.)
Quatre quatrain qui vont de la nostalgie à l'espoir qu'apporte la renaissance d'une si belle rose.

   Cristale   
12/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le "Rosier Papipoète" est l'ambassadeur du renouveau.
Comment ne pas offrir sa plus belle fleur à celui qui lui a redonné une terre nourricière et un asile chaleureux dans son jardin ?...et surtout qui ne l'a pas abandonné.
En forme de maillet qui enrubanne ses vers d'une arabasque ravissante : "Je n'avais emporté que toi" ce poème ressemble à son auteur, tout de tendresse et générosité.

Merci papipoète pour ce moment de grâce.

   emilia   
12/10/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Heureuse pour vous Papipoète que vous puissiez renouer avec vos octosyllabes préférés et qui vous le rendent bien ! Un poème très touchant sur la nostalgie d’un jardin soigné avec amour qu’il a fallu quitter en emportant un rosier « à bien triste allure », mais qui a retrouvé vie, transplanté par celui qui a pris soin de lui, près de son nouveau logis… ; redevenu vigoureux, il vous redonne la joie de fleurir et de vous offrir sa plus belle rose, celle qui peut effacer la morosité…, bravo à vous !

   Virou64   
12/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le bonheur (ou plutôt ces tout petits moments de bonheur à même d'éclairer les journées tristounettes), c'est parfois simple. Simple comme le ronronnement d'un chat, un joli coucher de soleil, le chant d'un oiseau, la naissance d'une rose sur un vieux rosier biscornu.... ou la lecture de quelques beaux vers comme ceux que vous venez de nous proposer.
Merci pour ce poème qui a égayé mon regard (sur le monde) morose.

   assagui   
14/10/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour ONIRIS,
Comme s'il voulait se persuader d'un mensonge qu'il répète à l'envie et que nul ne peut croire, l'auteur ici, tisse avec une pure simplicité un magnifique maillet.
De poète, il en devient alors magicien quand, de ce nouveau jardin, si chauve, il nous en offre, mauve, si belle rose.
Et même si la mélancolie rôde toujours entre ses vers, c'est une grande leçon de sagesse qu'il nous sert!

   GiL   
14/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir papipoete,

C'est un très joli maillet, tout simple et prestement troussé.
Qu'est-ce qui fait, alors, que je le relis, encore et encore ?
C'est qu'il me donne l'impression furtive d'être une métaphore ; mais la métaphore de quoi ?

Merci papipoete,
je l'emporte avec moi pour le relire encore.

   Atom   
16/10/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a un petit coté Verlainien à ce poème. Sans doute est-ce dû à une certaine musicalité qui émane de ces octosyllabes. Peut-être aussi à la répétition de "Je n'avais emporté que toi"
Il y a d'ailleurs quelque chose de nostalgique qui ressort avec ce vers. Un regret voire même une douleur de quitter un endroit (pour une raison que nous ne connaitrons pas). Un arrachement.
Un rosier moribond pour seul "bagage" vers une nouvelle vie en quelque sorte et je suppose que le voir refleurir ailleurs à pu redonner un peu d'espoir au jardinier; comme le symbole d'une nouvelle vie.
Juste un bémol concernant l'image du jardin chauve que je ne trouve pas très heureuse.


Oniris Copyright © 2007-2020