Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
papipoete : Sein [Sélection GL]
 Publié le 03/08/18  -  19 commentaires  -  579 caractères  -  267 lectures    Autres textes du même auteur

Variations poétiques...


Sein [Sélection GL]



Île sans Elle
lui en l’île

marin échoué
en grève de Sein

abandonné

noie sa peine
à
l’embrun de ses yeux

Enez Sun*
maintenant
havre de solitude
hante
ce cœur en rade

Sa Belle
sa source d’amour
est tarie

Il jette l’ancre
à
cette mer d’encre

Il sombre
et rêve
l’entend rire

revoit son visage
ses cheveux
et son corsage découvrant ses seins



* Enez-Sun : nom breton de l’île


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   MonsieurF   
22/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un exercice de style sympathique. Ce n'est pas forcément original, mais ça se lit facilement et c'est agréable.
Un bon moment pour moi.

   Vanessa   
23/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai lu votre poème au moins dix fois.
Je lui porte donc de l'intérêt.
:-)
Je n'arrivais pas définir ce qui me déplaisait.
Ce n'est pas la forme car je la trouve fluide et agréable à la lecture.
En fait, c'est le fond qui me déplaît.
Le narrateur pleure des seins...plus que la femme .
:-(
Mais, il est bien écrit quand même .

   BlaseSaintLuc   
23/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
les commentaires c'est pour aider , donc sans vouloir réécrire les oeuvres proposé , je propose parfois , quelques pierres pour l'édifice
ainsi (pour moi et comme avis d'amélioration )


"Île sans Elle
lui dans l’île

marin échoué
en grève de Sein

abandonné

noie sa peine
goute
l’embrun de ses yeux

La Bretonne Enez Sun *
havre de solitude
hante un cœur en rade

Sa Belle
sa source d’amour
s'est tarie

Il jette l’ancre
dans l'eau noire
cette mer d’encre


Il sombre
et rêve
l’entendant rire

revoit son visage
ses cheveux
son corsage découvrant ses seins


* Enez-Sun : nom breton de l’île

   Donaldo75   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour papipoete,

Allez, je vais encore te dire que j'aime bien quand tu t'essaies au libre. Je sais bien que tu n'essaies pas vraiment, que c'est une des formes de poésie que tu pratiques depuis pas mal de temps mais ça me fait marrer de te mettre une étiquette sur le front.

Blague à part, j'ai trouvé ce poème très réussi, avec ses jeux sur les mots, le fait qu'il n'est pas indispensable de connaitre la Bretagne ou de bénéficier d'une ascendance bretonne pour l'apprécier. Les symboles sont maniés avec justesse, sans tomber dans le "je veux la jouer poétique, tu vois, ..." ou la balourdise de fin de soirée.

Bref, ce poème est agréable à la lecture.

Bravo !

Don

   leni   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un exercice poétique difficile à lire pour moi qui cherche en vain un rythme Je me suis rabattu sur les images et sur les jeux de mots par ex

Il jette l’ancre
à
cette mer d’encre

et là j'ai trouvé un moment de lecture très agréable MERCI AMI PAPI
AMITIES LENI

   Annick   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un jeu d'homophonie : "encre/ancre", "Sein/sein", de mots à double sens : " Île sans Elle", "source" d'amour, marin "échoué", il jette l'ancre...
Tout un jeu de sonorité : "Île sans Elle lui en l’île" et un registre de langue relatif à la mer tout au long du poème : en grève de Sein, marin échoué, l’embrun de ses yeux, ce cœur en rade...

Le narrateur a laissé libre court à son inconscient pour laisser parler son coeur de :

"marin échoué
en grève de Sein

abandonné"

J'ai aimé lire ce texte aérien, à la forme plutôt ludique et légère et au fond mélancolique.

Les vers que j'ai préférés :

Il sombre
et rêve
l’entend rire

revoit son visage
ses cheveux
et son corsage découvrant ses seins

Merci pour ce poème agréable à lire...et à rêver.

   jude-anne   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Papipoete,
votre poème se lit comme sur un fil.
et j'ai aimé pour un instant devenir funambule.

"ïle sans elle": si déroutant !

"revoit son visage
ses cheveux
et son corsage découvrant ses seins" :
ce souvenir qui ne m'appartient pas s'impose comme un tableau à mon imagination !

Merci Beaucoup de l'avoir partager.

   Queribus   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai pensé tout de suite à Guillevic, notre grand poète et la parenté avec votre écrit me semble évidente. Le tout se lit facilement, l’écriture est fluide et coule comme un ruisseau léger.

Le récit est conduit avec habileté et le parallèle entre l'île de Sein et les seins tout court (façon de parler) ne manque pas d'humour et de finesse (même si certains y trouveront peut-être un jeu de mots un peu facile).

En un mot et pour résumer, un bel écrit et quelques minutes agréables passées à vous lire mais avec vous, c'est normal et on a l'habitude.

   fried   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème qui se lit comme une petite histoire, jeux de mots. Barbara chantait "je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin je n'ai pas la vertue des femmes de marins" et à l'inverse voici le marin qui souffre pour sa belle qui est partie. Juste retour des choses ?
C'est une belle mélancolie marine.

   Fowltus   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
A ma première lecture ce poème fut submergé par deux pauvretés poétiques (images usées jusqu'au cliché) : île/elle, encre/ancre.
Passée cette sensation (ou non-sensation), je me dis que vous vous en sortez quand même plutôt bien, écopant avec des choses simples et assez évocatrices.
L'anatomie du poème est aussi en adéquation avec le thème.
Au final, pas de quoi fouetter un chat, pas de quoi le caresser non plus.
Une démarche (ou une recherche) intéressante cependant.

   lucilius   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour papipoete,
Votre plume deviendrait-elle paresseuse à se contenter de jeux de mots plus ou moins subtiles ? Vous avez de la chance ; l'île de Sein me parle (beaucoup) et mon caban s'y est abandonné (parfois), ce qui rend mon regard complaisant sur la concision de vos images.

   PIZZICATO   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Subtiles " variations " aux jeux de mots bien placés " marin échoué "
" noie sa peine " " ce cœur en rade "....

Pour une fois ce n'est pas la femme qui attend son marin !

" revoit son visage
ses cheveux
et son corsage découvrant ses seins " dans l'ordre ? (sourire).

Une lecture plaisante

   bipol   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour

j'ai trouvé votre poème

très divertissant et amusant

il est je crois sans prétention

mais il est bien écrit et travaillé

avec une structure qui me plait beaucoup

bravo

   Robot   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le déroulé qui conduit le texte de Sein à sein est à lui seul une métaphore du refuge. Sein l'île natale et sein, le réconfort. Un libre qui évoque toute une palette de sentiments (l'abandon, la solitude, le souvenir, l'amour) avec ses mots tout en simplicité.

   INGOA   
3/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé cette aquarelle marine où les reliefs féminin et maritime se confondent, même si je trouve personnellement l'écriture un peu simpliste.
Un passage m'interpelle : Il jette l'ancre à cette mer d'encre. Jeter l'ancre à... ne me semblait approprié que pour un lieu déterminé (jeter l'ancre à Courseulles par exemple).

   emilia   
4/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Une variation poétique autour du mot « sein » entre paysage marin et attribut féminin…, c’est bien joué pour exprimer l’échouage, la peine, la solitude, le manque et le joli souvenir qui continue de faire rêver le poète évoquant son « île » source d’amour avec sa petite musique en écho…

   hersen   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Papipoète,

par des vers courts, tu as bien su exprimer la tristesse, le regret d'un narrateur prisonnier en île, sans elle.

J'avoue que j'ai aimé comment tu as manié le libre, c'est très aéré, c'est très épuré.

mais.

Je regrette infiniment qu'à la fin tu évoques les seins. Je m'explique : en choisissant l'île de Sein pour évoquer ce manque d'elle, tu jettes ton dévolu sur une évidence. A des-sein (ah ah, moi aussi j'ose !).
mais vraiment, je trouve dommage que tu nommes ces seins. Combien j'aurais aimé que ce manque d'elle, sur lîle de Sein, coule de source, sans nommer.
As-tu eu peur que le lecteur ne fasse pas le lien ? ne voie pas l'évidence ?
c'est le très gros regret que j'ai pour ce poème.

et pourtant, tu avais tout concocté pour qu'on s'en passe !

Merci de cette lecture

   Apolluc   
19/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très belle promenade sur l'île de Sein ! J'ai aimé la jolie trouvaille
"Île sans elle" Bravo l'artiste !

   Ombhre   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Papipoète,

un très joli texte, simple et très bien mené, sur l'abandon et la solitude. J'ai adoré la première strophe, tout est dit en deux courtes lignes, mais il fallait cette dentelle de mots ensuite pour mieux décrire votre cœur en rade.
Le rythme et la musique de l'avant dernière strophe m'a beaucoup touché:
"Il sombre
et rêve
l’entend rire"
Deux légers regrets sur l'analogie trop facile (surtout étant donné la qualité du reste du texte") entre "encre" et ancre", et le jeu sur l'île de Sein et les seins de votre belle. Le suggérer aurait été plus en ligne avec toute la finesse et la délicatesse du reste du texte.

Bravo en tout cas pour ce beau partage.


Oniris Copyright © 2007-2018