Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
pepehache : Deux vies
 Publié le 17/04/15  -  10 commentaires  -  1053 caractères  -  196 lectures    Autres textes du même auteur


Deux vies



Vous m’aviez dit un soir
Soyez mon seul ami
Et sans nul autre espoir
Nous resterons unis.

Vous m'aviez interdit
De vous dire ces mots
Qui hantaient mon esprit
De leurs charmes nouveaux

Et pour vous plaire alors
Je me suis fait silence
Extirpant de mon corps
Ses douces exigences.

Les années ont passé
Et témoin indulgent,
Je vous ai vue danser
Aux bras de tant d'amants !

Vous êtes revenue
Insouciante et cruelle,
Pleurer sans retenue
Vos amours infidèles.

J'ai écouté vos joies
Sans jalousie ni haine
Et sans espoir sournois
J'ai partagé vos peines.

Puis est venu l’automne
Et les pas des absents
Dans les nuits où résonnent
Vos souvenirs d'antan.

Au soir de votre vie
Une douleur étreint
Votre cœur vieilli.
Vous me prenez la main

Et d'une voix complice
Vous murmurez enfin
Ces mots oubliés jadis
Dans l'ombre d’un jardin.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
17/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
pour un premier envoi, vous nous gâtez avec cette belle histoire d'amour; vous aurez souffert en silence, brûlant de lui dire ces mots interdits. Vous aurez tout enduré grâce à ce feu qui jamais ne s'éteignit au fond de vous. Vous aurez vu défilé dans son sillage tant d'amants, écouté tant de peines de coeur; vous auriez pu être son chien pour une caresse, de la tendresse et ne jamais vous éloigner d'elle?
Vint l'automne de sa vie où résonnent les pas des absents, et se tournant vers vous, elle prit votre main, et vous murmura enfin, ces mots oubliés, ces mots que vous attendiez depuis si longtemps!
La 7e strophe est si touchante, et d'autres vers si doux.
Il y a quelques bémols que vous pouvez facilement corriger;
le 31e vers " votre coeur " mesure 5 pieds
le 35e vers " ces mots " mesure 7 pieds
le 13e vers " les années ont passé (pas de pluriel )
La ponctuation pourrait être renforcée
NB je vois que " passé " a été corrigé

   bipol   
17/4/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
malheureusement

je n'ai pas été charmé par votre texte

d'abord je ne le trouve pas régulier

vos vers n'ont pas le même nombre de syllabes

et puis votre poésie manque de puissance vous restez en dedans

vone nous emmenez pas dans des images qui feraient décoller votre texte

je salue quand même votre effort

   Curwwod   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Un joli texte par sa simplicité comme par son fond bien construit. Il reste evidemment quelques mises au point à faire pour entrer dans les catégories que vous souhaitez occuper. Je classerais ce texte en contemporain. Il s'en dégage une vraie émotion qui n'est perturbée ni par excès de pathos ni par la recherche d'une pseudo originalité poétique qui aurait risqué de le rendre abscons.
C'est très encourageant.

   Pimpette   
17/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très joli! on a le sentiment diffus que cet amour singulier a été vécu?

La forme est simple et efficace comme il convenait!
je suis touchée.

"Au soir de votre vie
Une douleur étreint
Votre cœur vieilli.
Vous me prenez la main"

   Francis   
17/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une plume qui raconte avec pudeur, élégance et simplicité le cheminement de deux êtres que le destin réunit au crépuscule de leur vie. L'un avait rêvé d'amour ; l'autre ne pensait qu'à l'amitié. Leurs retrouvailles sont tardives mais si belles dans ces trois derniers vers :
"Vous murmurez enfin
Ces mots oubliés jadis
Dans l'ombre d'un jardin ".
Cet amour a ses secrets et ressemble à cette fleur qui devait fleurir au printemps mais qui ne s'épanouit qu'en automne.

   Lulu   
17/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pepehache,

j'ai bien aimé votre poème pour ce qu'il raconte et pour son rythme fort agréable. Le ton est par ailleurs sympathique. Il ne contient ni amertume, ni réelle nostalgie.

J'ai bien aimé l'expression du "coeur vieilli" ; une belle trouvaille pour dire le temps qui a passé et l'expérience de la dame dont il est question ici.

Enfin, j'aime beaucoup la dernière strophe, très poétique et très imagée. L'autre n'a rien oublié.

Une belle histoire d'amitié ; d'amour et d'amitié.

   PIZZICATO   
17/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L'amour ne peut pas être toujours partagé, mais l'amitié, la vraie, sait se rendre omniprésente.
Vous rendez cette situation entre deux êtres de façon parfaite.
"Vous m’aviez dit un soir
Soyez mon seul ami
Et sans nul autre espoir
Nous resterons unis." Je cite cette strophe car elle décrit bien cette différence de sentiments ; mais chacune des suivantes est très belle.
Ce poème est clos par un superbe dernier quatrain.

   Anonyme   
17/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Oui, il y a bien deux vies dans ce merveilleux poème : celle de l'amitié, puis de l'amour...

Un peu tard peut-être, mais que de nostalgie !

C'est beau, tout simplement.

   Pussicat   
17/4/2015
bonjour pepehache,
j'ai pris plaisir à lire votre poème même si nous nous marchons vous et moije sur les pieds. Revoir le comptage, je dis cela avec le sourire.
vous déroulez un fil qui se partage entre l'amour et l'amitié mais je suis en manque de force... de puissance...
c'est cela ! votre texte manque à mes yeux de puissance masculine pour m'emporter... un peu faible, comme une pudeur qui aurait besoin d'une gifle.
à bientôt de vous lire,

   Danali   
18/4/2015
J'aime l'idée des retrouvailles, l'évocation douce-amère du souvenir. Je trouve cela dit que la conclusion est un peu simpliste, de même que le portrait de la femme. Une lecture agréable néanmoins. On se laisse aller à danser â votre rythme.


Oniris Copyright © 2007-2020