Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Phicai : Le mégot
 Publié le 01/11/22  -  12 commentaires  -  797 caractères  -  181 lectures    Autres textes du même auteur

Avis aux fumeurs…


Le mégot



Vous m'avez projeté, pichenette frivole,
Vous m'avez écrasé du bout d'un pied rageur
Puis poussé insouciant au fond d'une rigole
Où je vais me terrer, redoutant l'éboueur.

Pourtant vous aimiez bien me sentir sur vos lèvres,
Téter à travers moi ce brouillard écœurant
Que vos poumons usés aspiraient avec fièvre
Puis expulsaient soudain en nuages mouvants.

Je vais rester caché pendant au moins une ère
Et, sournois, sans un bruit, serai décomposé
En débris nauséeux empoisonnant la terre
Où iront folâtrer vos enfants adorés.

Pensez un peu à moi, ô monsieur le fumeur,
Redoutez l'asphyxie, redoutez ma vengeance
Vous m'aurez oublié, mais je suis un tueur
Qui punira un jour votre crâne insouciance.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
23/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ayant lâché la cigarette depuis près d’un demi siècle, j’adhère volontiers à ce sujet, très original par surcroît, dont le dernière strophe peut aussi satisfaire tous ceux qui aspirent à vouloir protéger la nature.
Dans l’air du temps et le bon sens écologique donc, tout en restant dans la mesure. J’aime bien la façon avec laquelle vous avez abordé et traité le sujet.
Le poème est présenté en contemporain mais par un(e) auteur(e) qui peut ou pourrait se prévaloir du classique dont on soupçonne bien qu’il (elle) en connaît toutes les subtilités d’écriture.
Certains déploreront le prosaïsme….moi pas et j’aime beaucoup la fluidité et la simplicité du propos.
Merci

Lebarde comblé

   Anonyme   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Phicai,

J'aime beaucoup que l'auteur fasse parler, en un coup de gueule justifié, ce mégot pollueur et tueur à long terme.
Tout est si vrai, hélas.
J'ai vu l'autre jour un reportage qui démontrait qu'avec ces fameux mégots, on pouvait fabriquer des isolants pour les bâtiments grâce à de nouveaux récupérateurs de mégots qui poussent comme des champignons en automne.
C'est très bien pour l'écologie, mais ça n'incite guère à laisser tomber la clope et à résoudre ce problème pour la santé.
Il ne faut pas oublier que ces mégots sont l'une des premières causes d'incendie .

Au final, c'est une très belle poésie contemporaine, très juste dans ses propos.

Bravo

   JohanSchneider   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Non fumeur depuis une douzaine d'années seulement, j'ai un peu de mal à adhérer au propos.

Ce ne sont pas les considérations que vous énoncez, un peu trop gravement et sans beaucoup de recul, qui incitent à renoncer au tabac.

Sans chercher à méconnaître ou minimiser les effets collatéraux de ces mégots, je trouve un peu dommage que votre texte prenne un peu vite la tournure d'une stigmatisation. Dans ce cas il fallait sortir de ce cadre étroit pour ne pas dire réducteur et élever le propos jusqu'à la dénonciation de cette maladie moderne qu'est l'inconséquence érigée en système.

Soyons réalistes : les fumeurs repentis ont abandonné leur vice pour préserver ce qui peut encore l'être de leur petite santé. Il n'y a aucun altruisme là dedans. Vous teniez peut-être là un thème plus convaincant.

   Hananke   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Assez original ce texte sur le mégot qui est bien un tueur mais un tueur légal donc pas de problèmes. Jamais de problèmes d'ailleurs
dès que l'État touche.

Qui punira un jour votre crâne insouciance. J'aime bien ce vers, oui
les fumeurs ne pensent jamais à leur futur que ce soit par la fumée
ou le mégot, c'est vraiment l'expression du plaisir immédiat.

Mais que faire ? Si vous avez la solution, dite nous le.
L'interdire est inenvisageable.

Un bon texte amusant (quoique...)

   Lotier   
1/11/2022
Ah ce petit mégot qui nous fait une lettre que le fumeur lira peut-être…
Sur le fond, seuls les arguments à charge sont évoqués : le mégot n'essaie même pas de se défendre, et pourtant, plus il y a de mégots, plus il y a de morts, moins il y a d'humains, mieux la planète se porte, non ? Sans compter tous les tabaculteurs, tous les impôts qui rentrent dans les caisses de l'État, le rôle très efficace des mégots pour tuer les insectes nuisibles (des moineaux l'utilisent pour déparasiter leurs nids)…
Sur la forme, un peu trop de hiatus (8), ça m'essouffle… ce qui somme toute convient bien au sujet.
Bon je mégote…

   papipoete   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
bonjour Phicai
Vous m'avez jeté à terre, ou enfoncé sous le sable de la plage, ou même lancé en plein été par la vitre de votre bagnole... sur cette nature écrasée de chaleur !
Au moins, le dernier disparaitra sous le feu, mais tous les autres se rappelleront au souvenir du terrien, qui au bord de mer, qui dans le ventre des poissons marins.
NB un infime bémol pour dire que les temps ont changé ( dans un bureau voisin du miens, très exigu ça clopait à mort face à un seul non-fumeur, et on jetait le mégot par la fenêtre ! )
Vous faites pourtant bien de rappeler que ce bout de " tige de huit ", est un roué malin qui restera tapi là, pour un bout de temps !
Votre construction est bien menée, avec le constat du plaisir de fumer, s'esquinter la santé, et n'en avoir rien à secouer de celle qui recevra ce restant de cigarette tueur.
la dernière strophe est ma préférée !
techniquement, des " singulier/pluriel... des hiatus " et je pense au 14e vers, ce E d'asphyxie qui compte peut-être 1 pied en plus ?

   Donaldo75   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Phicai,

j'ai aimé ce poème parce que mine de rien il résume bien la cigarette à travers l'objet du mégot; et puis ce mégot a été remplacé dans son problème écologique par le masque chirurgical de l'époque COVID. Alors, ce sont nos petites habitudes de citoyens pas très civiques qui sont ainsi pointées là et pas seulement les fumeurs puisque comme je le dis d'autres déchets suivent le même trajet et seront la plaie des générations à venir. En cela, ce poème est bien vu, il utilise une forme efficace pour pointer un phénomène de société car la poésie ce ne sont pas uniquement les petites fleurs et les souvenirs d'antan quand nous étions beaux et jeunes et insouciants à chanter la Madelon et nous voiler la face devant les aberrations de l'époque.

   Stephane   
1/11/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Substances nocives s'il en est... Ce mégot m'a littéralement projeté dans une sombre réflexion dont je ne suis pas encore tout à fait ressorti. Heureusement pour moi, je ne fume pas...

Au-delà de ces considérations, j'ai été subjugué par le ton (à la fois léger et dénonciateur) et le talent intrinsèque de l'auteur(e).

Un petit bijou de lecture, bravo !

Stéphane

   Miguel   
2/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une poésie engagée qui prend tout son sens dans la période que nous traversons : un message qui garde sa dimension poétique, on n'est pas dans un spot télévisé ; une prosopopée du mégot, il fallait y penser. Quelques expressions fortes interpellent de manière saisissante.

   inconnu1   
2/11/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Sur la technique, bravo. Les vers sont fluides, euphoniques et c'est le principal. L'oreille se laisse emporter. Vous avez choisi la forme contemporaine mais vous y apportez de la rigueur, en particulier l'alternance des rimes masculines et féminines que certains réclament car elle apporte de la musicalité. Vos rimes sont le plus souvent suffisantes. Seule la rime décomposé-adorés est pauvre car ne repose que sur le é final. Cette rime pauvre vous empêcherait de prétendre à une forme néoclassique si vous en aviez fait le choix.

Sur le thème, n'étant plus fumeur depuis de longues années, je ne peux qu'acquiescer. Certains se sentiront stigmatisés.


Bien à vous

   sigrid   
4/12/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Joli poème, jolie personnification, et originale avec ça.
On aurait presque de la peine pour ce mégot. Mais surtout pour les fumeurs!
J'aime beaucoup le paradoxe entre un fumeur insouciant et les conséquences désastreuses que peut amener la cigarette.
Bravo.

   Airjai   
12/12/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans la poésie qui me touche, j’en cherche toujours les images, simples, pas compliquées,rien d’abstrait, ce poème qui évoque dans sa simplicité une addiction qui pourrait être fatale , sans être un fumeur, me rejoint beaucoup.


Oniris Copyright © 2007-2023