Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Pierrotdu84 : Résolutions
 Publié le 03/07/19  -  18 commentaires  -  3906 caractères  -  100 lectures    Autres textes du même auteur

Sait-on jamais quelles résolutions prendre, bonnes ou mauvaises, réalisables ou utopiques ?
Je ne sais moi-même dans quelle catégorie ranger les miennes... et d'ailleurs, qu'on se le dise, j'ai horreur des catégories.


Résolutions



Élaguer les branches anciennes de mon arbre de vie, conserver le tronc, des racines fortes, et les pousses nouvelles de l'avenir.
Suivre du regard la course du soleil aux enluminures de nos jours.
Déménager des armoires à souvenirs les oripeaux sans sourires et les blêmes attaches.
Restreindre l'accès de mon seuil aux aimants, aux doux, aux furieux, aux non-experts, aux simples d'esprit, aux intelligents, aux mendiants de la beauté.
Boire jusqu'à plus soif aux cruches incertaines et aux fontaines délaissées.
Séparer le mauvais grain de la bonne ivraie, en ensemencer les friches du désespoir autorisé.
Saluer bien haut les pirates du cœur, les acrobates de l'amour, les thuriféraires des armées de la pensée libre, les corroyeurs des peaux décharnées.
Réparer les chemins défoncés des torrents, caillouter les ornières, déboiser les talus numériques, dépaver les ruelles obscures.
Dépanner d'amitié les perdants perdus de vue, autoriser la fécondation des rires et des tapes dans le dos.
Braver les interdits du possible, débrancher les noires calculatrices aux improbabilités suspectées.
Semer des fleurs aux pelouses de la puissance dévastatrice, planter des arbres aux avenues trop lisses.
Jouer de la musique inédite sous les fenêtres des voisines de la nuit, puis déchirer la partition et redevenir stupide.
Calquer mon pas sur celui des lents, des boiteux, des rapides, des éléphantesques, des arpenteurs, des sautillants, des coureurs incertains aux heures bleues.
Dévorer les ambitions cachées, et les recracher dans l'ombre des grands cyprès des cimetières.
Entrelacer les branches des grandes herbes aux ruisseaux faméliques des coteaux à demi évanouis.
Sillonner les villes et les campagnes à la recherche du vent malin, le saisir et l'encager pour rire de nos malheurs surannés.
Souffler sur les braises des espoirs à jouir du lendemain, maudire les augures, rêver aux étoiles, saluer le jour qui viendra.
Sauver de la noyade les estampes délaissées au fil des mauvaises eaux d’égouts.
Sourire à l'oiseau matinal, à la tortue paresseuse, au jasmin odorant, aux rosiers aguichants, à la haie déplumée.
Repeindre de toutes les couleurs les palissades des chantiers interdits, et signer d'un acronyme époustouflant d'inconnu.
Roder autour des cantines à gogos, fouiller les poubelles à millions, mettre le feu aux torchons suicidaires.
Rempailler les chaises à porteurs des bonnes nouvelles, escamoter les artifices délirants, brandir l'étendard de la simplicité.
Valider la signature de l'ange boueux, terrasser le dragon des bonnes pensées futiles.
Chasser de mes entourages tous les amis qui me veulent du bien malgré moi, les dénoncer aux foules apeurées.
Voler les statues du jardin d’Éden, en faire cadeau aux paysans, récolter avec eux les fruits de l'incertitude.
Sauter par-dessus les fossés de l'oubli, murer les poternes indécises, détourer les cimes crénelées.
Polluer d'insanités absconses les discours des fiévreux de l'immédiat, juguler les diktats de l'écriture, buvarder l'encre des belles lettres.
Rougir de honte pour les élucubrants sinueux, gémir aux aboiements de leurs chiens de garde et à leurs songes creux.
Chanter à tue-tête et délibérément faux tous les cantiques laïcs de ma jeunesse.
Perturber mollement les réunions de famille des cygnes blancs sur les grands lacs à moitié gelés.
Démâter les vaisseaux du roi des gueux, lancer mes corsaires à l'assaut des îles de la solitude.
Trancher le lard et la couenne des sangliers du devoir accompli et de la rectitude tarifée.
M'assoupir au sommet de la colline familière, m'offrir une pinte de paix à la mousse des prés.
Prier debout pour le retour des hirondelles, pour l'éternité de l'instant, pour la beauté désaccagée, pour l'amour de vivre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
« J’ai horreur des catégories ». Merci pour la précision : on n’aurait pas deviné.

Et l’on voudrait que l’on commente ça…

Il n’y a pas de fil conducteur…Toutes les lignes sont denses. Dès que l’on creuse une idée profonde, on est déconcentré par une phrase poétique…L’on se prend à essayer d’extraire une phrase remarquable…mais il s’en trouve toujours une meilleure… On se sent des hésitations de mort de faim devant un plat de petits fours de chez Fauchon.(va pas aimer ça…Fauchon)

Et le commentateur frustré voudrait avoir le temps et la place de disserter à propos de chaque « verset »

Essayons tout de même de dégager quelques leitmotives.

- L’anticonformisme revendiqué, assumé et même prôné. Sortir du moule. Et des sentiers battus.

- La considération pour les humbles, les petits, les sans grades, et sur tout ce qui touche au marginal : une réfutation constante de la notion de normalité. La haine de l’exclusion.

- Secourir le malchanceux, les mal barrés.

- La volonté d’aller de l’avant en se débarrassant des fardeaux du passé, y compris familiaux ou amicaux.

- Rejet du trop savant : des experts, des « je sais tout ».

- Le rejet de la bourgeoisie, de la notabilité, de la bien-pensance, du « propre sur lui » (la couenne des sangliers =les bourgeois, c’est comme les cochons)

- Le souci de l’écologie : beauté désaccagée, retour des hirondelles…

- Rejet du carcan de l’économie vorace. Dégraisser les nantis

- Rejet de la futilité de la gouvernance focalisée sur l’immédiateté.

Etc., etc. La place manque.


Une petite contestation quand même. « Buvarder les vieilles lettres », je n’aime pas. L’art est éternel. Et pourquoi ne pas ripoliner Raphaël et Velásquez ?

Difficile quand même de dégager de cette longue profession de foi les canons de la société rêvée par l’auteur. Ne serait-ce que parce que la notion même de canon le révulse. Qu’il ne semble carburer qu’à coups de rejet et qu’à coups de cœur (un peu en abus de désillusions). Et qu’il ne semble s’épanouir, heureux, que dans la poésie.

Ce texte souffre de sa richesse. Il est d’une universalité débordante, lyophilisant les idées pour que le lecteur se donne la peine de réhydrater. Un texte inclassable (il aimera), un texte à ne pas classer : pour le garder sous la main.

C’est un long travail profond. Qui évite l’écueil du dogmatique et du sermonné, par son fonds, par son style mais aussi et surtout par sa talentueuse écriture poétique.

Je vois bien l’auteur, à bord de sa 2CV, doubler par le bas côté, en klaxonnant, un cortège officiel de prétentieuses voitures noires trop propres.

Et M… à Panurge.

Mokhtar, en EL

   BlaseSaintLuc   
9/6/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bon, y à t-il de la poésie là-dedans, moi je dis oui, mais alors quel fouillis, la première intention, celle "d'élaguer" n'as pas été suivi par notre auteur, c'est dommage, suit une longue prose don certain ont déjà débattu de l'amoindrissement poétique dans la frondaison des mots, on ne voit plus le nid, on entend à peine l'oiseau et son chant ne reste pas dans la tête tant le feuillage touffu en absorbe la mélodie.

en résumé :trop longue énumération de bonnes intentions ,même si c'est bien écrit .je vois ici plein de très belles phrases ,mais je n'arrive pas à en retenir une seule dans ma tête .

   Gabrielle   
9/6/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Les bonnes résolutions du narrateur remplissent tout le texte.

Le talent de l'auteur(e) s'exprime à travers des images, des mots.

Merci à vous de nous avoir fait partager cette liste si grande...

Au plaisir de vous lire.

   Vincente   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pierrotdu84,

J'aime beaucoup neuf vers sur dix de votre poésie, je serais même pas loin des dix sur dix, mais pour autant je n'aime pas votre poème ou plutôt la façon dont il s'empare de votre propos. En d'autre terme, je pourrais dire que vous évoluez dans votre évocation avec un œil poète mais une plume énonciatrice, elle se contente de lister, sans corrélations apparentes d'ailleurs entre ses "vers". Si bien que ce qui est réjouissant, fragmenté ne profite pas d'une réalisation qui se révélerait par l'ensemble des mots puis des vers. Je vous avouerais avoir été déçu qu'une telle imagination et sens de la formule s'étouffent dans l'empilement des propositions. Si bien que ces résolutions très résolues lassent relativement vite et risquent de ne rester que lettres mortes.

Pratiquement chaque vers pourrait être le sujet d'un poème à part entière, belle richesse ! Mais je pense qu'il faut choisir entre faire un poème signifiant (vous le vouliez, le champ poésie libre vous en donnait les coudées franches) et abandonner cette ambition et laisser au lecteur la charge de se dépatouiller avec vos belles propositions. Ici, j'ai ressenti plutôt la deuxième orientation où vous n'avez semble-t-il pas eu la patience de formuler en un recueil la multitude de visions que vous avez initié.
Lecture pour moi en soi très intéressante par ce qui s'y dit (comme par exemple dans les trois premiers vers, et bien d'autres...), mais décevante dans son façonnage.

   PIZZICATO   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oups ! Plus que des résolutions, ce sont les travaux d'Hercule (sourire)
Il y a de très bonnes idées que j'ai appréciées au passage de ma lecture ; mais la densité du texte est un peu rebutante, d'autant que chaque ligne nécessite de s'attarder sur son côté métaphorique.
Et j'avoue être un peu découragé pour y revenir à des fins de citations...

L'auteur devrait choisir les meilleurs passages afin de présenter un texte plus aéré qui rendrait la lecture plus détendue ; c'est un avis très personnel bien sûr.

   Robot   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Elaguer en intention première du premier vers ?... Une volonté qui se serait avérée judicieuse.

Je me suis vite lassé de cette succession d'infinitif introduisant les concepts de ce texte pansu en forme de guide de conduite personnel à l'auteur.
Je n'ai rien contre l'abondance mais ici le propos confine un peu trop au touffu, allant parfois jusqu'à user de propositions contradictoires.
Le thème possède certes un fond de poésie, mais la rédaction du listing n'en est pas toujours pourvue.

Si je devais résumer d'une métaphore mon sentiment ce serait en reprenant dans le récit l'une de celles qui a émergé de ma lecture:

brandir l'étendard de la simplicité.

   STEPHANIE90   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

intéressante cette poésie construite sur une base de proposition à l'infinitif, suffisamment rare pour que je m'y arrête. Je viens d'en écrire une il y a peu, car j'avais trouvé l'idée du Déménagement de G. Perrec gonflée.

Comme moi et non comme lui vous avez étayé vos vers en phrases avec un développement certain. Personnellement, je préfère ainsi aussi.

"M'assoupir au sommet de la colline familière, m'offrir une pinte de paix à la mousse des prés."

Le petit truc qui me plaît moins, c'est la longueur de vos vers qui peut vite devenir indigeste avec cette construction, mais... il y a de très jolis vers. Merci pour la lecture de vos résolutions, cela en fait tout de même beaucoup, non ???

StéphaNIe

   Corto   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème ? Non, un programme. Sauf qu'évidemment tout programme sera immédiatement passé au chalumeau par l'auteur.

Comme il n'est pas possible de laisser passer quelques perles je décide d'engranger: "Restreindre l'accès de mon seuil aux aimants, aux doux, aux furieux, aux non-experts, aux simples d'esprit, aux intelligents, aux mendiants de la beauté."

ou: "Séparer le mauvais grain de la bonne ivraie"
ou: "Saluer bien haut...les thuriféraires des armées de la pensée libre."
ou: "rêver aux étoiles, saluer le jour qui viendra."
et bien sûr: "m'offrir une pinte de paix à la mousse des prés."

Bon pour moi le programme est complet pour un bout de temps. Je laisse à l'auteur le soin de "disperser façon puzzle" (cf. Les Tontons flingueurs) toutes ses idées qui ont de quoi remplir plusieurs almanachs.

Mais comme chantait Serge Reggiani "Y a quelque chose qui cloche là-dedans J'y retourne immédiatement".

   senglar   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bonjour Pierrotdu84,


Ceci pourrait être le carnet de route du Dalaï Lama et comme pour "Live one day at a time and make it a masterpiece" on peut ne pas être d'accord avec certaines propositions.

Mais la faconde est là et l'imagination débridée et l'on se complaît à passer d'une bonne formulation à la suivante en ôtant parfois un petit caillou de sa chaussure.

"juguler les diktats de l'écriture, buvarder l'encre des belles lettres", mais oui bien sûr. La collection Belles Lettres que j'ai parcourue lors de mon cursus scolaire m'a toujours intrigué, supposerait-elle qu'il y en ait de sales ? Et qui en déciderait ?

Par contre je ne vous pardonnerai jamais le vers suivant :
"Trancher dans le lard et la couenne des sangliers..." Peu importe la suite, suis un vieux SOLITAIRE grognon moi, vais vous rentrer dans le lard et pas plus tard que tout de suite :
Et Hop Flèche vers le bas !
Na !


Senglar des Ardennes

   papipoete   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Pierrotdu84
un " pierrot ", salut collègue !
Des résolutions à remplir un agenda, dont 365 jours ne suffiront pas à mener à bout votre volonté !
Du " léger ", du " grave ", de " l'insolent ", de tout en fait mais de haute volée au bout de votre plume volubile !
Chaque résolution mérite réflexion, et bien souvent elle est de haute tenue ; et pourtant, celle que je préfère est " chanter à tue-tête et délibérément faux tous les cantiques laïcs de ma jeunesse " !
Bravo pour ce tour de force ! ( pour quelqu'un qui abhorre les catégories, je suis désolé de vous dire, que vous faites partie de celle que j'appellerais " impressionnante " ! )

   Davide   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Pierrotdu84,

Une liste de résolutions ? Une forme originale pour un poème mais peut-être un peu trop facile, un peu trop plat, puisque chaque vers commence par un verbe à l'infinitif et déroule sa "bonne intention". Rien de bien surprenant...

Si l'écriture, superbe, volatile, nuancée, imagée, sauve l'ensemble de la monotonie, elle ne permet pas au poème de s'élever - selon moi - à la hauteur de ce qu'il exprime.
Cette ode célébrant "l'amour de vivre" aurait dû se libérer de cette forme "listée", trop protocole ou recette de cuisine.

Pour autant, j'ai vraiment beaucoup aimé les "images" employées pour ce manifeste humaniste, puissance et délicatesse en communion dans une poésie brodée la main sur le cœur.
Juste magnifique !

Merci pour la lecture,

Davide

   ours   
3/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà une liste de résolutions particulièrement originales et inspirantes, chacune prise à part offre son lot d'images et de poésie. Vous auriez pu en faire une saga !

Je prend la 'pinte de paix à la mousse des près' s'il s'agit de paix dieu j'en prendrai peut être meme deux 😊

Merci pour le partage.

   suzan   
4/7/2019
C'est un chemin à suivre, un chemin de vie qui me parle tellement, celui d'une liberté idéale et difficile à atteindre: se débarrasser de tous ces préjugés, de tous ces carcans, ces imbécilités... Et tout d'un coup, à la lecture de ces belles lignes, tout cela me semble devenir si simple et si évident.
Faut il avoir beaucoup vécu ou être très mature pour parler de tout ça avec le recul nécessaire, et avec cette impertinence qui nous secoue et nous rappelle à l'essentiel des choses et de la vie. Merci !

   FANTIN   
7/7/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
De belles évocations, des cris, une langue qui s'amuse, la poésie qui emprunte tous les chemins à la fois: c'est beau, c'est fort, c'est tonique, mais bon Dieu, il y en a un peu trop à la fois! On se sent assommé comme par une vague trop haute et trop puissante. Vous nous servez une portion digne de Gargantua.
C'est un bel et ambitieux programme quoi qu'il en soit, mais, sincèrement, l'indigestion menace. D'ailleurs, quand on prend trop de résolutions, vous savez ce qu'elles deviennent.
Comme l'a très bien dit l'un des commentateurs, "ce texte souffre de sa richesse"; de son procédé d'écriture aussi avec sa grêle d'infinitifs.
A vous relire donc une autre fois, volontiers, mais avec un poème dans une version allégée?...

   Eclaircie   
9/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pierrotdu84,

Que de bonnes résolutions ! Et je suis sûre que vous pourriez en offrir d'autres !

Sur un long texte touffu, l'auteur parvient à maintenir le lecteur en haleine, à l'étonner à chaque phrase, à le faire sourire, rire et méditer.
Peu de sujets échappent à ces résolutions et c'est très bien.

Bonne écriture, foisonnante, soignée inventive et percutante.

Merci de ce partage.
Éclaircie

   saintsorlin   
11/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Pierrot,
c'est avec plaisir que je vous retrouve sur cette plateforme qui semble taillée pour votre plume.
Votre texte est une déclaration d'amour à la liberté au sens extra large du thème. Chaque vers est un poème à médité. Le format XXXL est du style couillu. Je rempaille la chaise à porteur de bonnes nouvelles et vous remercie du partage.
Cordialement
Arnaud

   ClaireDePlume   
11/7/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Votre poème me laisse un goût de trop ou de pas assez. Je m'explique :
- Si je m'attarde uniquement sur l'aspect visuel, la forme, a priori, je ne lis pas un poème aussi touffu, écrit d'un seul bloc, sans la moindre aération pour laisser le texte respirer et le lecteur souffler
- Concernant le contenu maintenant, cette longue énumération peut finir par lasser, ne m'en veuillez pas d'écrire cela, ce n'est que mon impression.
Je pense que des images nécessiteraient d'être explicitées : "Mettre le feu aux torchons suicidaires", "Valider la signature de l'ange boueux". Par ailleurs, plusieurs idées cohabitent souvent dans le même vers ce qui donne une impression de fouillis.
Du coup, je me dis qu'il vaut peut-être mieux écrire plusieurs poèmes dans la même veine, un peu comme une série, plutôt qu'un seul où tout est suggéré mais pas approfondi.
Encore une fois, ce n'est que ma vision des choses.

   mirgaillou   
12/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je reconnais bien là le souffle du marathonien!
Et quelle jeunesse! vous avez passé le bac cette année? Je parie que vous avez été reçu avec mention (de gymnastique).
Il faut tout de même reconnaître qu'au bout de ce riche parcours, nous restons ...Pantelants.
J'aimerais portant bien pouvoir vous suivre un bloc note à la main afin d'avoir l'occasion de vous interroger et "fouiller" dans cette cataracte afin de mettre à jour certains secrets de quelques vers,car je vous vois mal "calquer mes (vos) pas sur celui des lents, des boiteux" etc.
Mais je retiens que vous priez.
Tiens, tiens, quelle surprise...


Oniris Copyright © 2007-2019