Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Pimpette : Fermer pour toujours...
 Publié le 21/07/16  -  32 commentaires  -  1783 caractères  -  399 lectures    Autres textes du même auteur

Après avoir élevé quatre enfants, notre famille quitte une maison aux environs du Havre… Allusion à « La Cerisaie » de Tchekov…


Fermer pour toujours...



Fermer pour toujours la maison
Sans pleurnicher ni oublier
« La Cerisaie » flotte en mémoire
Une larme de rose, un poil de noir

Quarante ans de joie et de pleurs
Fichus moments, gros bouquets d’fleurs
Les fous rires au p’tit déjeuner
Les coups d’blues du dimanche soir
Les mômes à poil sur la pelouse
Sous les orages de fin d’été
Flaque de soleil au pied du mur
Complicités dans la soirée
Les deux filles enfin douchées
Le cumulus est épuisé

Éclaboussés de couleurs fortes
Des tableaux accrochés partout
Et partout des montagnes de livres
Empilés au sol, n’importe où
Regarder en rigolant
Le film idiot du dimanche soir
Sous la couette du lit géant
Dans la bonne odeur des parents
La vie…

En douceur le rock des ados
Succède au jazz des aînés
Brassens à l’unanimité
Beaucoup d’gâteaux
Beaucoup d’bougies
Les happy birthdays, cadeaux
La vie…

Un soir, le cercueil de grand-mère
Ou le pimpon d’une ambulance
Un fils opéré, un trou noir,
Convalescence, regain d’espoir
La vie-souffrance
Horaires harassants en hiver
Glaçons, apéros, robes d’été
La vie légère des jours légers
Colère, regrets, mauvaise humeur
Les jours des mauvais quarts d’heure
Les cœurs tranquilles, le silence,
Grande douceur, la vie qui danse
On se taquine, on s’asticote
On s’engueule, on s’rabiboche
Ne sont pas loin les mamours
C’est la vie au jour le jour

« La Cerisaie » me souffle au cœur :

Derrière vous, une dernière fois
Quarante ans de votre vie
Bien vivants, plutôt heureux
Ensemble… sous le même toit



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
7/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je n'aurais pas grand chose à dire, simplement qu'il faut lire et relire votre texte terriblement attachant, captivant et attendrissant.

Quand une page comme celle-là se tourne, il nous revient en mémoire cette abondance de souvenirs. J'ai été saisi par votre phrasé naturel, mesuré et touchant.

L'ensemble de cet écrit m'a éperdument enthousiasmé.

   Pouet   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bjr pimpette,

"La vie légère des jours légers", ce petit vers sans prétention et pourtant très bien vu, que j'apprécie beaucoup, résume à lui seul ce poème et la nostalgie qui en découle.

Franchement, un bien beau texte empreint de sincérité, d'un réalisme poignant. On lit d'une traite, les mots coulent tout seuls parfois rimés et parfois non, c'est comme ça, c'est la liberté quoi. ;)

Pas forcément envie de relever quoique ce soit, je suis assez admiratif de cette capacité à poser son palpitant sur la table sans pathos ni mièvrerie.

Bravo, bien sincèrement.

   Anonyme   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pimpette... En lisant ce poème j'ai cru en lire un autre écrit par un vieil ami depuis longtemps disparu... Ca s'appelait Adieu à Bougival et ça commençait ainsi...

Comme une page tourne, une porte se ferme.
Les volets ont enclos le cadre de nos vies.
Des contrevents fermés remonte en nous l’envie
Des jours heureux, des jours bénis et des jours ternes.

La forme importe peu... Ce sont deux pages qui se tournent empreintes de la même émotion et dites avec le cœur... Dans un cas comme dans l'autre, c'est un inventaire affectif, un résumé de ce que fut la vie familiale, avec ses hauts et ses bas, durant tant d'années derrière ce portail que l'on tire à soi pour la dernière fois.
Bravo pour cette poésie sans fioritures mais non pas sans âme !
Un monument de tendresse et de vérité, quarante années parsemées de rose et de noir, la vie tout simplement ! Merci...

   Robot   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
De la vivacité et de la verve avec ce qu'il faut de nostalgie, tout cela soutien l'apparente candeur du texte qui n'est pas aussi simple que peut le laisser supposer une première lecture.
J'ai apprécié ces instants de vie exprimés sans grandiloquence.

   Donaldo75   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Pimpette,

Un bien joli poème, des images d'une vie défilant presqu'en musique dans un rythme soutenu et pourtant apaisant.

J'ai bien aimé, en particulier:
"Quarante ans de joie et de pleurs
Fichus moments, gros bouquets d’fleurs
Les fous rires au p’tit déjeuner
Les coups d’blues du dimanche soir"

Cette ouverture donne le ton du poème, une sorte de chanson sans refrain.

Merci du moment de lecture.

Donald

   MissNeko   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une belle énumération de moments de vie. Des gais, des légers, des plus durs et des tristes. La vie quoi !
Même si c est intimiste, chacun peut y puiser ses propres souvenirs car finalement, les vies se ressemblent.
J au vraiment beaucoup aimé : on sent que ça vient du cœur et rien que pour ça j adore.

   leni   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Inventaire attendrissant dans des images du quotidien citées dans l'ordre ou le désordre Quand on aime Pimpette on a l'impression d'être de sa famille d'être un confident ET là où elle est fortiche c'est qu'à certains moments elle vous dit"Petit con tu as raté cela"Pimpette
elle ne vit pas en PROSODIE Elle a vécu sans visa Elle écrit en Espéranto pour te faire rire ou larmicherElle a une ligne directe pour parler au Petit JésusQuand je vous dis qu'elle est fortiche
Je t'embrasse très fort Pimpette
JE m'appelle LENI

j'aime beaucoup ces quatre derniers vers

Derrière vous, une dernière fois
Quarante ans de votre vie
Bien vivants, plutôt heureux
Ensemble… sous le même toit

   papipoete   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Pimpette,
Fermer pour toujours la maison, tel un écrin contenant des souvenirs de toutes les couleurs .
Des brillants où scintille la joie des enfants qui poussent au milieu des coups de gueules vite oubliés sous la couette du lit géant des parents .
Sous le couvercle du coffret aussi, du gris, du noir même avec le cercueil de la grand-mère, et le garçon qu'un docteur opère, et ces jours de mauvaise humeur !
Fermer la porte et s'en aller loin, mais ne rien fuir car ici fut quand-même belle la vie ...
Plein de lignes savoureuses comme " les deux filles enfin douchées
le cumulus est épuisé " ;
Un récit pétillant qui raconte la vie d'une famille de belle façon !

   Anonyme   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pimpette.

J'aime bien votre façon d'écrire, simple, tranchant parfois, mais juste pour exprimer un désarroi, et déjà vous rebondissez pour vous projeter de l'avant.
Votre écriture vous ressemble, et quand je vous lis, je vous imagine telle que vous êtes derrière vos mots, une personne vraie et qui ne cherche pas d'excuses dans la fatalité. Vous prenez la vie à bras-le-corps, et je vous soupçonne d'être quelqu'un de très dynamique.
Voilà à quoi j'ai pensé en vous lisant, et une certaine nostalgie aussi, mais de la bonne nostalgie, pas celle qui rend aigre et défaitiste, mais au contraire, celle où l'on va puiser dans le passé, afin de se ressourcer pour encore mieux apprécier le moment présent.
Merci pour ce délicieux partage.

   plumette   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pimpette,

La magie de certaines écritures , c'est de permettre à l'intime de raisonner pour tout un chacun.

j'ai l'impression que vous auriez pu continuer d'égrenner vos souvenirs, ou piocher encore dans la mémoire et faire venir d'autres images à partager.

joies et peines de la vie familiale avec cette conclusion:

"Bien vivants, plutôt heureux
Ensemble… sous le même toit"

qui m'a touchée infiniment.

de petits mots agencés avec simplicité pour dire l'essentiel !

réserves: le mot pleurnicher, je n el'aime pas! A cause du reproche parental qui nie les peines de l'enfant " arrêtes de pleurnicher!"

Ou encore :

"Beaucoup d’gâteaux
Beaucoup d’bougies
Les happy birthdays, cadeaux
La vie…"

un peu cliché par rapport au reste du texte

des broutilles!

Merci de ce partage

Plumette

   Anonyme   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" Derrière vous, une dernière fois
Quarante ans de votre vie
Bien vivants, plutôt heureux
Ensemble… sous le même toit "
Je commence par la chute, parceque je la trouve belle, comme l'ensemble d'ailleurs.
" Sans pleurnicher ni oublier " C'est là la force de cette poésie. Pas de pathos, pas de grandes envolées lyriques. Mais le langage et les tableaux de la vie ; de tous les jours, des mois, des ans...
Je lis, je relis et suis sous le charme de la sincérité .
Bravo Agla.

   hersen   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
DamePimpante nous raconte ses bouts de vie, de bonheur de malheur.
Elle nous dit que le bonheur, c'est pas autre chose que les deux gamines qui vident le ballon d'eau chaude. Et elle nous dit que ce sont ces petits bouts-là de vie qui nous aident pour le plus difficile.
AuteurPimpounette, elle a fait comme d'hab, elle nous sert tout ça en vrac. C'est pas bien rangé mais c'est comme ça qu'on s'y retrouve le mieux. Et je m'y retrouve bigrement bien !

'tit message perso à l'auteur : est-ce qu'il faut se retenir ?

merci bien Pimpette ! sans oublier un bisou pour la collection.

Edit : y sont où, les modos ? le com de Pimpette est scandaleux ! Elle soudoie clairement les oniriens pour avoir plus de com'.
Pimpette, je t'ai prévenue par mp que si tu n'acceptes pas mes conditions, je révèle tout; Non mais ! (50-50 et je me rétracte, dernière offre)

   bipol   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
malgré que je sois incapable

de relater les mêmes souvenirs

car pour moi c'est un peu compliqué

je me suis attaché

à l'écriture

et j'ai adoré

   troupi   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Chère Pimpette.

C'est dans ce registre que je préfère tes écrits, nul besoin de grandiloquence pour raconter la vie, celle qui aime, celle qui souffre.
Et parfois il faut savoir dire adieu pour recommencer autre chose ailleurs.
Tu nous racontes tout ça avec une évidente simplicité et on aime ça.

J'apprécie encore plus le dernier quatrain qui dit en peu de mots la douceur de vivre à la "cerisaie".

Bravo.

   Lulu   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pimpette,

j'ai lu avec beaucoup de plaisir ce texte que je trouve presque trop court, tant j'aurais souhaité en lire encore... Vous déclinez à merveille les moments essentiels, ce qui fait que chaque jour a sa singularité et sa dimension poétique à vos yeux. Cela passe aisément à la lectrice que je suis, étant aussi très sensible à ce qui fait le charme simple de la vie.

"La Cerisaie", mot qui fait rêver, ne devrait pas vous quitter avant longtemps, je pense... On n'oublie pas les moments heureux, comme les plus pénibles...

Au plaisir de vous relire.

   Pimpette   
21/7/2016
Attention!

je note les noms de ceux qui ne com pas mon texte!!

je retiendrai ça sur leurs étrennes!

Pimpette -la-Dure

   Luz   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est beau, c'est dur, c'est gai, c'est triste ; comme la vie "sans pleurnicher ni oublier".
Beaucoup aimé en particulier :
Tout,
et
"La vie légère des jours légers
Colère, regrets, mauvaise humeur
Les jours des mauvais quarts d’heure
Les cœurs tranquilles, le silence,
Grande douceur, la vie qui danse"
Merci.
Luz

   Cristale   
21/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
La vie, et quelle vie ! si belle, si pleine de joie, si pleine de peines, si remplie, si emplie de p'tits bonheurs, de gros malheurs, ceux qui partent, ceux qui viennent, des babils des bébés aux crises des ados...

"Quarante ans de joie et de pleurs
Fichus moments, gros bouquets d’fleurs"


Ce poème ressemble aux peintures de Pimpette, c'est frais, c'est vrai, c'est aux couleurs de la vie.

Bravo !

Cristale

   widjet   
22/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Des passages de pur poésie nostalgique et de tendresse comme (le meilleur passage du texte):

"Éclaboussés de couleurs fortes
Des tableaux accrochés partout
Et partout des montagnes de livres
Empilés au sol, n’importe où
Regarder en rigolant
Le film idiot du dimanche soir
Sous la couette du lit géant
Dans la bonne odeur des parents
La vie…"

et d'autres plus convenus :

"Brassens à l’unanimité
Beaucoup d’gâteaux
Beaucoup d’bougies
Les happy birthdays, cadeaux"

Ensuite, les coups d'éclats sont plus parsemés ("La vie légère des jours légers" et "Les jours des mauvais quarts d’heure").

Comme souvent avec Pimpette, c'est gravement léger ou légèrement grave, pétillant et doux-amer. Et comme souvent, ce sentiment de bienveillance - et d'indulgence, pardon de le dire - qui entoure les productions de Pimpette comme si il était difficile (ou inapproprié) de dissocier le texte de la sympathie bien réel que nous inspire son auteur, c est le sentiment que j'ai.

Parce que Pimpette.

Joli et tendre texte ?
Sans aucun doute.
Grand texte ?
Non.

W

   Cat   
22/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un pimpoème où la patte de l’auteure saute aux yeux dès posé le premier regard (je te reconnaîtrais entre mille, ma Pimpette !).

S’y mêlent, à ton habitude, le doux tendre et joyeux de l’existence associé à ce petit je-ne-sais-quoi d’insolence et de pincement au cœur qui sont le propre de toutes vies bien senties.

Tu as le don, Pimpette, de mettre en mots et en peintures le « naïf » qui rend attachant le quotidien. Naïf, ici, employé dans son expression la plus noble, il va de soi ! Et les gens qui t'aiment te le rendent bien.

Tu dresses le tableau de la famille idéale dans le cocon de ses bonheurs comme dans les travers qui en font toute sa force, et je me surprends à ausculter la mienne, et à en apprécier tous les bons moments vécus, encore meilleurs parce qu’ils sont imparfaits et surtout uniques au monde, gravés à tout jamais dans les souvenirs, embellis chaque jour davantage.

C’est là, à mon sens, que réside ton talent : nous faire prendre conscience, avec une simplicité naturelle et déconcertante, que les bonheurs les plus intenses sont ceux qui se brodent au fil du quotidien.

Je n’ai pas toujours les mots qu’il faut pour te dire tout ça, aujourd’hui ça roule mieux, alors acceptes, avant de fermer pour toujours, un peu de miel prélevé dans mon pot de l’amitié.

Merci la Pimp’ ^^


Cat

   JulieM   
22/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
N'ayant pas connu l'univers d'une maison familiale, vous m'avez offert un vrai moment de bonheur, de nostalgie emprunte de bruits, de cris, de rires, de tendresse ou de mini-drames et ce rien qu'avec vos mots.
J'ai adoré vous lire (avec un brin de jalousie...), une belle émotion traverse le poème, et en pointillé un tableau impressionniste coloré et vivant.

   madawaza   
22/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
...jour Pimpette
Chronique d'une belle vie avec de beaux mots et de belles phrases.
Et devant, il y a encore plein de beaux mots.
Merci Pimpette
A+

   Anonyme   
22/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème emprunt d'une nostalgie douce-amère saupoudrée de joies et de peines. Une maison pleine de vie, la vie avec ces hauts, ses bas. Il y a ce petit coté bohème que j'aime bien ici.
Et le tout bien sûr enveloppé dans l'écriture si typique de Pimpette.

   Pepito   
25/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Coucou ma Pimpounette, diaple, mais je suis z'à la bourre !

Que dire... tant d'éloges ont déjà été déroulées.
C'est émouvant, c'est touchant, c'est... touttoi !
Bon, c'est en vers aussi... rien n'est jamais parfait... ;=)

Un grand merci pour ce souvenir.

Pepitoche

PS : hé, de la pouésie... double étrennes pour moi !!!

   Marite   
22/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pimpette ! Je découvre aujourd'hui
"Quarante ans de votre vie
Bien vivants, plutôt heureux
Ensemble… sous le même toit"
et en ressort toute attendrie, je sais c'est un peu idiot, mais la façon que tu as de dérouler les évènements, heureux et malheureux, est tellement simple, naturelle, que je ne peux que penser que vous êtes "bénis des dieux". Une bien belle poésie ... et j'aimerais savoir écrire ainsi.

   dom1   
23/7/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Histoire classique d'un passé qui s'étiole. Ces murs-là sont de la pierre qui enrichit. Peu importe le lieu pour peu qu'on ait les moyens d'avoir des " pierres " dignes de ce nom.

Dominique

   Anonyme   
31/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour,

Beau ce texte…apaisé aussi…complet comme un Pater…beaucoup d’humanité, toute simple.
Tout simple ce poème qui nous emmène du côté d’une histoire de famille…heureuse quand même…ça c’est encourageant…

Le rythme est la grande qualité de ce texte, il me semble (mais aussi les mots bien choisis qui sertissent la fréquence). Ça se lit comme on boirait une limonade par temps chaud, c’est pas nostalgique, juste rafraîchissant.

A +

Corbivan, pas sûr de son propre tempo pour ce petit bravo…

   Paul777   
4/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Superbe poème qui nous emporte dans le tourbillon de la vie... très intime, très touchant, de la poésie vivante, nostalgique et pleine d'énergie à la fois, J'aime
Merci

   Pussicat   
3/9/2016
C'est l'écriture qui accroche la lectrice et l'humble auteure que je suis.
Cette écriture qui coule et roule naturellement, comme coule et roule sur les pierres l'eau vive et fraîche d'une rivière, de la rivière ; cette écriture facile à lire, oh si facile...oh trop facile...

Vous semblez, non... vous choisissez le mot, le signe, le mot, le signe qu'il faut !
Le mot juste simple et direct... verbe, adjectif, épithète ou bien attribut... tiret-liaison qui fait miracle... phrase averbale, adverbe, article... la liste est longue...

Le mot juste simple et direct que vous posez pierre après pierre pour construire un texte-maison qui paraît simple, oh bien trop simple, oh oui, trop simple tout ça !

Comme le maçon cherche la pierre, la seule-unique pendant des heures devant ce monticule-montagne ; elles paraissent toutes se ressembler, pourtant, à celui-celle qui n'a jamais construit de maison de ses mains, jamais...

Quand après de longues heures à regarder-toucher-sentir-remuer-fouiller ce monticule-montagne le voici, le sourire aux lèvres, la prendre enfin entre ses mains, la soulever, la soupeser ; il sait que c'est elle... il le sait... elle est unique !

Elle viendra sans même forcer se loger à l'endroit précis, dans cet espace qui l'attendait, exactement, parfaitement, depuis des jours, depuis toujours.

Ce texte me touche pour plusieurs raisons.
Pour le travail dissimulé derrière des années d'écriture qui rend sa lecture "impressionnante" comme s'impriment sans le savoir les petites choses de la vie qui font souvenirs, qui font une vie...

Alors se met en branle dans ma caboche la grande machine à souvenirs, les miens, à moi, que j'ai, qui font ce que je suis... et pour cela, et d'autres choses, je vous remercie, Pimpette.

à bientôt de vous lire,
Pussicat

   Proseuse   
14/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oupss ! et moi, je tiens à mes étrennes alors, je viens commenter !!
et c' est un réel plaisir que d' avoir au gré de "clics" aléatoires ( je suis nouvellement inscrite par ici ! ) découvert ce poème ! en fait, il n' y a rien de plus vivant que le foisonnement d' instants , je pense que le bonheur n' est pas en continue mais que c' est plein de p'tits éclats de toutes les couleurs comme vous avez su nous les montrer ! j' ai vraiment beaucoup aimé votre texte ! Merci!

   Brume   
15/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Pimpette,

Allez j'avais dit que je ne commenterai pas vu le grand nombre de commentaires. Que dire de plus? Mais je vais le dire.

Ton poème est VIE. Ça pétille à chaque strophe. Tes mots sont balancés comme ça, comme des fleurs, comme des étoiles. Le bonheur à l'état brut, sans fioriture, avec ses moments de larmes, d'engueulades aussi, mais surtout beaucoup de rires.
Tu m'as fait rentrer dans ta vie familiale qui respire la joie, l'amour, le bonheur quoi. Tu as réussi à mettre une ambiance dans tes mots qui chantent, qui vivent, qui rayonnent!

   Anonyme   
15/9/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Quand quelques phrases pathétiques
Parviennent à nous émouvoir
Nos réponses dithyrambiques
Ne font qu'office de mouchoir.

Ce texte-là, trop mal écrit
Pour mériter quelque clémence
Doit rester à jamais inscrit
Dans les annales du silence


Oniris Copyright © 2007-2020