Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Pluriels1 : Mouvement suspendu
 Publié le 13/12/13  -  3 commentaires  -  859 caractères  -  132 lectures    Autres textes du même auteur

.


Mouvement suspendu



Plurielle ovationnée au centre des lins blancs
tu murmures ma mort dans l'étouffant des mains
et le plus familier des noirs borde un pli fin
à ton œil grand ouvert sur un fou regard lent


Naissance alors essaim d'une ruche au conjoint
fleuve extasié des doigts tragiquement fervent
nous emportant loin nus vêtus d'un royal chant
aux déchirants sommets des si mortels soudains


Longtemps longtemps tu bruis musicale gaiement
dans ton rire vainqueur et l'immense des seins
où pour finir je gis lie plus troublant parfum
le monde disparaît, nous sommes deux si grands


Un lieu dit d'harmonie nous englobe au jardin,
les peurs ont dérivé, la guerre est à Satan,
la Mort oublie le Temps, nous sommes un enfant
heureux d'un premier cri. Se rêve un lendemain


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   LeopoldPartisan   
2/12/2013
 a aimé ce texte 
Bien
le titre m'a immédiatement attiré, l'idée développée aussi, toutefois l'écriture me gène un peu dans la raideur de sa syntaxe, dans sa forme d'intellectualisme un peu forcé. Même s'il est arrêté j'aurais aimé de la fluidité et de la transparence dans le mouvement. Ceci n'est bien sûr qu'un avis, qui n'a peut être rien compris.

   rosebud   
13/12/2013
 a aimé ce texte 
Pas
Je trouve ce poème désagréablement compassé et gratuitement hermétique.
Pourquoi, par exemple un "fleuve [...] tragiquement fervent"?
Pourquoi l'incompréhensible "si mortels soudains"?
Ce chant-là m'est encore plus dissonant qu'inaudible.

   Chene   
13/12/2013
Bonjour Pluriels

Toujours fidèle à ton style déconcertant mais si reconnaissable entre mille !

Du rythme il y en a dans ce poème en alexandrins "contemporains" si l'on prend le soin d'élider les "e" de "lie" et "d'harmonie". Il aurait pu suffire ce rythme au phrasé mais... je ne comprends pas pourquoi tout d'un coup apparaissent une "virgule" au dernier vers de la 3ème strophe et une ponctuation très présente à la 4ème (excepté l'absence de point final ou de suspension au dernier vers). Je suis perplexe... Voilà mon ressenti côté "forme".

Du côté du sens. Pluriels nous a habitués à ne pas lâcher trop de mots ou d'expressions qui pourraient laisser dire "tout ça n'est que cliché" sur un tel sujet "manuel et libérateur" (lol).

Ou comment s'exprimer sur un sujet d'une façon et avec des mots qui ne soient ni trop explicites ni glauques : c'est choix d'auteur et même plus : "marque de fabrique" de Pluriels.

Cordialement

Chene


Oniris Copyright © 2007-2018