Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Pluriels1 : Vision des linges
 Publié le 15/12/09  -  17 commentaires  -  1231 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

... Une armoire magique, non ?


Vision des linges



Poli du courbaril où l'armoire s'épice
Du rouge pain poli d'odorantes cloisons,
La cire magnétise un beau soleil complice.

Les portes se défont quand ta brutale clé
Éveille à leurs sommeils l'endormi des cotons,
La nummulaire attend pendue sur le côté.

Quand ta main parfumée ouvre un monde troublant,
Tu jettes la lumière à des trésors cachés,
La coumarine enfleure un nid de linges blancs.

L'ancienne dentelle embaume, fleuve éclair,
Aux broderies des soies de douces chevauchées,
La nacre aux deux tiroirs orfèvre tes mohairs.

Aux lettrines des fils enchantent d'un or fin
Tout le bel alphabet de tes draps écoliers,
La caroline attend savante à la parfin

Quand le dernier battant s'enclôt, fort hôtelier.


(Extrait de "À Côté" dans "AINSI LE MONDE")



* Courbaril : bois d'une légumineuse d'Amérique d'un beau rouge et au poli parfait
* Nummulaire : plante aux feuilles en forme de pièces de monnaie
* Coumarine : sorte de laurier
* Caroline : forme de lettres utilisées en calligraphie (ici en broderie)
* À la parfin : forme ancienne de enfin


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lotus   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'attends toujours tes poèmes avec la même impatience et quel délice, celui-ci.

Pour moi, tu es un orfèvre des mots, celui qui transforme la banalité en féérie.

Une armoire magique avec tout son petit monde de senteurs fines et légères et ses objets charmants qui semblent prendre vie sous le bruit d'une clé.
Les images, d'un choix exquis, sont agrémentées d' une musicalité parfaite qui porte haut l'harmonie du phrasé.

Ce poème a quelque chose de très féminin(pluriel) qui ne peut que me plaire.

Je salue aussi le soin apporté au vocabulaire.
Un excellent moment de lecture.Merci.

   Anonyme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poéme tout endélicatesse.

J'apprécie la préciosité des termes choisis (merci de nous avoir éclairé sur leur sens), car ils sont le reflet du contenu de cette armoire.

J'aime aussi la forme "classique" qui renforce ce côté précis, ancien, calme.

Un bémol: il manque pour moi des images plus fortes, plus odorantes aussi. Comme si la photo un peu sépia de ce poéme était sans vie propre. C'est trop figé je trouve.

Bref, un bon texte.

   widjet   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Difficile pour moi d’être emporté par le tourbillon des mots quand il me faut me référer à la légende pour décrypter le sens de ce que je lis. Alors, c’est extrêmement travaillé et recherché, mais pour moi cela se fait au détriment d’une certaine fluidité et j’ai du mal à ressentir et voir justement la magie s’opérer.
Cela dit, c’est très original et l’auteur a su par instants donner vie à ce meuble. (j’aime bien le «La nacre aux deux tiroirs orfèvre tes mohairs » ou « l’endormi des cotons »… moins la répétition de « poli » sur les deux premiers vers ou le « brutale clé » justement guère délicat).

Mais je vais lire d’autres opus de Pluriels

W

   Arielle   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai une tendresse particulière pour les mots rares ou oubliés mais il sont comme les perles, bien mieux mis en valeur, solitaires, qu'en collier. Ici ils font un peu cahoter ma lecture de même que la répétition de "poli", la brutalité de la clé et la diérèse qui s'impose sur "ancienne". Je le regrette vraiment parce qu'il y a une grande élégance et une sensualité qui me touchent dans ce poème.
Je plonge avec délice dans le rythme, les sonorités de vers tels que :
"Aux broderies des soies de douces chevauchées,"
mais j'hésite un peu sur la signification du dernier vers. Cet "hôtelier" me ferme un peu la porte au nez ...

   jaimme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Pluriels1,
tu sais comme j'apprécie tes poèmes. Et je suis donc exigeant avec toi. Ici je suis partagé entre le plaisir des mots, de la première strophe très sensuelle, et ce côté plus détaché du reste. Les mots sont beaux, précieux, j'en ai appris plusieurs et c'est bien, mais leur agencement et le choix de ce qui les relie m'éloigne un peu de cette armoire aux senteurs merveilleuses, à la richesse de ses trésors brodés.
Petit détail: la minuscule caroline me semble bien sage pour une broderie qu'on attend ici plus en arabesques.
Un plaisir de te lire, mais tout n'est pas à la hauteur dela première strophe (j'aime aussi la quatrième) dans le pouvoir d'évocation.
A bientôt jaimme

   shanne   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Une armoire magique...oui, le bruit de la clé et j'entre dans ce moment magique: les couleurs et les odeurs m'envahissent, une douce caresse, oui
Merci pour cette lecture et ce moment d'évasion

   Chene   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bruit de porte, odeurs boisées, parfums, détails lissés, tissés, brodés, contenant et contenus qui ne laissent pas le narrateur insensible.

Et le lecteur que je suis y trouve son compte littéraire et poétique plus cette fois-ci dans la richesse de quelques expressions qui imagent bien l'idée d'une armoire ancienne et de pratiques (pas toutes révolues) pour l'embaumer, la parfumer, que dans la forme néo-classique qui hésite un peu entre rigorisme (diérèse présente ou absente) et une diction plus contemporaine. Mais mon habitude de lire du "classique" et du "néo-classique" et l'anticipation de la métrique n'ont pas altéré la scansion de ma lecture.

Un écrit de belle facture, plaisant, imagé, qui donne envie de poser les mains sur le "poli" des matières.

   Anonyme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Il ne faut pas abuser des bonnes choses sous peine d’indigestion ! A force d’aligner un vocabulaire précieux on perds le contact avec l’ émotion. Où alors si l’on veut que ce soit le sujet il faut aller encore plus loin dans les combinaisons lexicales.

Dommage car j’aime particulièrement le thème des armoires-coffres à trésor. Là ce ne sont que les pages d’un dictionnaire didactique plutôt ennuyeux qui s'ouvrent et se tournent.

Un écrivain qui aimait bien introduire du vocabulaire chiadé pour le plaisir dans ses histoires c’est V.Nabokov. C’était une de ses marottes. A aucun moment cela ne parasite le fil du texte. Même dans « Lolita » », il faut souvent prendre son dictionnaire pour bien tout saisir, mais à aucun moment çà n’enlèves le sel du récit. Vous devriez relire ce bouquin.

   Anonyme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Je partage assez l'avis du précédent commentaire, les mots "savants" ne font pas poésie, pas forcément du moins. J'avoue aussi que lire avec un lexique m'est pénible, autant pour mon confort personnel que pour mon ego: mon vocabulaitre est déplorable. Ainsi je me pose la question: l'auteur connait-il ces mots, les utilise-t-il, si ce n'est à tour de bras (langue) du moins de temps en temps ou bien les "récherche"-t-il spécialement à "l'occasion d'un poème"? Peu importe après tout.

Humblement, je retiendrai (parce que je l'ai compris-et apprécié): "Du rouge pain poli d'odorantes cloisons".

   Anonyme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Ô maître des mots savants ! Armoire magique certes mais aussi un tantinet hermétique pour le commun des mortels auquel j'appartiens ! Une fois déchiffrés les quelques mots qui me chagrinaient, j'ai apprécié cette lecture un peu précieuse...
J'y ai trouvé de très belles tournures engendrant par là même de fort jolis vers, le premier par exemple, Poli du courbaril où l'armoire s'épice, ou encore, Aux broderies des soies de douces chevauchées...
Une poésie particulière, l'école de Bannalec, qui ne me laisse pas insensible et à laquelle je finis par prendre goût !
Merci poète ! Alex

   bulle   
16/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il est vrai que quelques mots peuvent rebuter, mais en deuxième écoute, le charme et la musicalité entraînent l'ensemble...

Beaucoup de délicatesse et de "vaporeusité".. des effluves concentrés dans chaque ligne... (linge)..

Une armoire qui sent très bon à mes narines, et à mes yeux :
"La cire magnétise un beau soleil complice"..
"Aux broderies des soies de douces chevauchées,"

Tout en sensualité débordante..

   Capricorne   
16/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Pluriels1, j'ai eu plaisir à fouiller dans cette belle armoire!
Par contre j'ai moins apprécié l'obligation d'avoir recours à un lexique, pour la découvrir dans sa totalité.
Merci tout de même pour le plaisir de la découverte.

   Anonyme   
16/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème élégant et recherché, où la vue, le toucher, l'ouïe et l'odorat ont la part belle ... Avec un brin de nostalgie fort plaisant ...
Pourtant, comme d'autres commentateurs, j'ai été perturbée par la surabondance de mots rares, qui nuit beaucoup à la fluidité de lecture ... C'est dommage ! Et je n'aime pas trop le "fort hôtelier" du dernier vers.
Un texte de fort bonne facture néanmoins.

   irisdenuit   
16/12/2009
Hello mon ami,

Pour ma part je crois que - les mots tuent les mots -. Trop de mots peuvent parfois étourdir et faire oublier les émotions et les images.

Ce n'est que mon humble avis...

Je salue cependant ton immense travail et ton talen mon pluriels de soleil.

Je ne note pas...

mais je t'embrasse puisque nous nous connaissons d'ailleurs.


Irisi (mariesarah)

   domi   
17/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
une plume magnifique, somptueuse même...
les mots inconnus sont peut-être en trop grand nombre, surtout le premier dès le premier vers qui pourrait rebuter, peut-être..mais c'est un travail d'orfèvre que tu as fait !
il me manque peut-être le coté "charnel" d'un être humain, ses ressentis etc, mais c'est très beau.

   Lhirondelle   
19/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Pluriels

Je n'ai pu m'empêcher de penser au poème de Francis Jammes "La salle à manger". Il y parle des meubles en leur donnant une âme...
Ton armoire est magnifique d'impressions, de senteurs, de souvenirs. J'ai adoré cet univers très féminin qui livre ses secrets le temps d'un regard, d'une lecture... Le choix des mots ont ce raffiné d'un temps respectueux des choses que l'on possédait, qu'on se transmettait. Elles avaient la patine de la vie.
A voix haute, j'ai préféré les trois premières strophes, plus aisées à lire, cependant je ne boude pas mon plaisir jusqu'à la fin, ton poème recèle des trésors de poésie qui font rêver.
Merci pour ce plaisir fait mots et des images qu'il véhicule.
Amicalement
L'hirondelle

   Anonyme   
21/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup ce poème aux riches sonorités.
Le sujet est original et les mots exotiques nous font voyager.
J'aurais une petite réserve sur la chute. le "fort hôtelier" n'est pas très heureux, mais il n'y a pas là matière à gâter mon plaisir.


Oniris Copyright © 2007-2018