Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
roxal : Ami américain
 Publié le 15/12/09  -  8 commentaires  -  1594 caractères  -  142 lectures    Autres textes du même auteur

Paroles et gestes en parallèle.


Ami américain



torture anonyme
infligée par l'ami américain,

pleure Abderrahim
la mort de ton frangin

apprends à sécher tes larmes
la liberté arrive,

ne crie pas au drame
suite à une nano dérive

loterie militaire
menée au pas de guerre
des milliers de perdants
noyés dans un bain de chair et de sang

pour semer l'abondance
faut se faire violence,

sais-tu mon passé et mes gestes
dans la conquête des terres de l'ouest ?

je vais t'imposer ma démocratie
avec canons, torture et fusils,

je vais t'enfermer dans l'horreur
pour que tu me remercies
de t'offrir le bonheur

aujourd'hui aveugle de douleur
le temps tuera ta rage et ta peur

oh merveille quelle sonorité
que l'écho de la liberté

tu oublieras les cicatrices
de la destruction anarchique

tu deviendras nostalgique
à la cessation du feu d'artifice

tu pourras courir libre
porteur d'un gilet pare-balles
aux aguets quand la terre vibre
en proie aux pires rafales


encore quelques années
avant la victoire,

stériliser l'ennemi en silence
pour raison de sécurité
le sang contre la liberté

tu vas voir Abderrahim
tu oublieras ton frangin
tu ne regretteras rien

cinq fois,
chaque jour,

agenouillé sur ton tapis,
visage tourné vers la Mecque,

tu rendras grâce à Allah
de t'avoir envoyé
l'ami américain


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Navré mais:

- ce n'est pas un slam, pas du tout! Il n'y a aucun rythme propre à la scanssion de ce genre de texte.
- ce n'est pas un slam étant donné la vue très limitante du thème (le méchant américain contre le "bon" "pauvr" irakien ou afghan.) Le slam a toujours une portée plus universelle et est bien moins manichéen.
- ce n'est pas un slam car l'aggression anti américaine est gratuite, fondée sur des images qui ne sont pas ni fortes, ni passionnantes.

Bref, un texte que je qualifieraib de consensuel (les américains sont méchants) et qui ne sonne pas juste.

Vraiment désolé.

   widjet   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Un autre texte Roxalien peu inspiré, aux mots très convenus et aux « formules-quintales » consternantes de banalité. Dépourvu d’originalité sur le fond, mais encore plus sur la forme, pour preuve :

je vais t'enfermer dans l'horreur
pour que tu me remercies
de t'offrir le bonheur


tu pourras courir libre
porteur d'un gilet pare-balles
aux aguets quand la terre vibre
en proie aux pires rafales


Seul, le :

Loterie militaire
Menée au pas de guerre


surnage.

Le slam, genre exigeant, mérite bien mieux que cet alignement de phrases creuses.

C’est pas nul, mais c’est pas très loin.

W

   jaimme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Roxal,
je ne vois pas de slam, de chanson dans ton poème. Le lire à haute voix est une épreuve qui n'a pas été passée ici.
Le thème pourrait me plaire, mais il faut l'enrichir, deux ou trois idées c'est insuffisant.
Le seul passage qui m'a plu est celui-ci: "suite à une nano dérive -
- loterie militaire -menée au pas de guerre".
Allez, hop, au travail, pour gagner en originalité, en puissance. Il faut que les mots servent ton propos, pas seulement qu'il essaie de le décrire.
jaimme

   Anonyme   
15/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Personnellement je ne trouve pas que des défauts à ce texte, loin de là. Déjà, le fond, j'ai pas souvenir d'un poème qui traite de ce sujet sur oniris, et je suis en grande partie d'accord avec l'auteur. Ecrire ce genre de trucs, c'est bénéfique je trouve.

Pour la forme, je suis loin d'avoir trouvé ça "nul", parfois, une jolie simplicité qui fait mouche comme les quatre premiers vers, ou "loterie militaire/menée au pas de guerre/des milliers de perdants", ou encore: "quelle sonorité que l'écho de la liberté"

Je regrette juste que cela traîne un peu en longueur, et la fin avec la prière tout ça ne m'a pas trop causé.

Quelques "facilités d'expression" à n'en pas douter, mais un poème qui à mon sens mérite mieux que le laissent penser certains commentateurs.

Pour moi, ici, le fond primera sur la métaphore.

Force et inspiration.

   LEVENARD   
16/12/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Quant au style, au plaisir de lecture que doit apporter un texte, il est ici plus que limité. Pas de découvertes à signaler, une suite de lieux communs accordé au thème abordé.

Plus grave à mes yeux, le total manque de relativité par rapport au problème évoqué...
Aucun dépassement d'une analyse des plus primaires.

   Anonyme   
16/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Commençons par les moins, ils ont déjà été bien relevés...
En premier lieu, quelques clichés (style je vais t'imposer ma démocratie) ensuite certaines rimes paraissent forcées (démocratie/fusil - cicatrice /anarchique - ) Bon pas top top du point de vue des images qui manquent de force et donc du rythme peu servi par une rime parfois maladroite...

Mais... le thème est chouette. Pas assez travaillé ni approfondi, mais l'idée de départ est belle, et quelque part, il y a des messages que l'on se doit de partager... Avec un peu plus de force ça aurait été vraiment bien.

   LeopoldPartisan   
23/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
être critique t'expose à la critique. C'est inéluctable. Depuis 30 ou 40 ans que je lis ou écoute des textes contestataires, cela n'a jamais raté. L’inverse serait par ailleurs extrêmement grave car cela voudrait certainement dire que la fin du monde a eut lieu.
Le champion toute catégorie de la critique unanime à qui l’on reprochait le côté un peu réducteur de ton propos, c’était François Béranger qui est depuis mort et enterré et je crois s’en moquerait toujours comme de sa première culotte. A cet lointaine époque c’était à la CIA qu’il s’en prenait. Actuellement et c’est pour toi pas de chance, c’est nettement plus clair qu’à cette époque. Ce qui choque aussi dans ton texte, c’est de finalement combattre une maladie vénérienne curable (du moins on l’espère) par un cancer qui le sera nettement moins. Capitalisme contre intégrisme.
Heureusement que des textes comme le tien sont quand même écrit, cela fait au moins réfléchir et bien pesé le pour et le contre, le ying et le yang, le bien et le mal, les minarets et les clochers. Et comme disait les Béruriers noirs IIIBBBRRRAAAAAHHHIIMMMMMM !!!

   Anonyme   
24/12/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Désolé, Roxal, mais je ne ressens pas du tout ce texte comme un poème. Ni même comme du Slam.
J'y vois surtout une suite de slogans.
Qu'ils soient ou non justifiés n'est pas le problème.
Ce que j'attends d'un poème, c'est qu'il me procure du plaisir.
Et j'en éprouve d'intenses en écoutant de nombreux textes "engagés".
J'ai braillé "Potemkine" avec les copains les soirs de kermesse et vibré à l'écoute de "Nuits et Brouillards" ou de "Ni Dieu ni Maître"
Mais il y avait du talent derrière ces professions de foi.

Ce n'est pas le cas ici.

   Anonyme   
6/1/2010
Commentaire modéré


Oniris Copyright © 2007-2020