Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Pluriels1 : Vitesses
 Publié le 02/04/12  -  8 commentaires  -  846 caractères  -  190 lectures    Autres textes du même auteur

… En mer.


Vitesses









Un soleil dans les mains. Attirances. Ancre levée.
Courants. Le vent en plus. En moins le poids du rêve.
À la vague la coque se grise. Houles. Un Sud
comme un éveil. Sels. Les paumes épuisent leurs désirs.
Roulis. Ivresses. Commencements. Luminosités.
À la gorge l’élan devient le chant et vient la paix
à la lisse au vibrant glissé et de l' étrave vue
montante. Vents, brises. La toile toute grand largue
s’incline puissante, transparente et mouillée. Embruns.
Horizon. Tout le cercle du ciel traversé. Regards.


La nuit comme un noir silence. Une étoile s’allume.


L’autre monde.



(Extrait de "VOYAGES EN CHEMINS DE MER")


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
16/3/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une série de flashes très saisissante, d'une grande force. La syntaxe minimaliste réduit l'évocation à l'image, à la sensation, bref à l'essentiel : le vécu. On voit, on sent, on y est, grâce à un parti-pris de notations brèves qui donne au texte une très grande intensité. Espace, aventure, exotisme : un beau moment d'oxygénation.

   funambule   
2/4/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une énumération calée entre l'image et l'émotion. La "somme" parvient à ses fins, évoque, transporte... et laisse planer (ou flotter) un insaisissable mystère. Il fait bon s'arrêter ici et regarder la montée des étoiles.

   Pimpette   
2/4/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément
Juste comme j'aime!
Ces juxtapositions si bien choisies donnent un relief, une densité à toute cette scène!
Un beau style que j'ai sacrément envie d'imiter....en tout petit...

La musicalité me semble, de ce fait; un peu jazzy, et ça aussi c'est réussi!
J'imprime et je garde!
Pimpette

   Anonyme   
2/4/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'avais déjà eu le plaisir de commenter "La Virgulaire",

Ici, la structure du texte me surprend moins, même si les retours à la ligne ont l'air de se faire au hasard des balancements du bateau.
J'aime cette homophonie entre le signifiant (le retour à la ligne), et le signifié (les balancements du bateau). C'est toujours une approche poétique à laquelle je suis très sensible.

Le thème en lui-même est très vaste et déjà mille fois évoqué par les poètes ou les romanciers. Même si chaque auteur y exprime sa sensibilité, le lecteur est plus exigeant, un peu blasé. Il est donc difficile de le surprendre.
Vous y parvenez en partie par une trame assez singulière, où le mouvement est imprimé par des images fixes, comme capté par le cadre d'un photographe :

- " Courants - roulis - vents - brises - embruns - "

Mais cette immobilité libère vos sensations, comme un contrepoint mélodique qui imprime en vérité la cadence du voyage. :

- " Attirances - En moins le poids du rêve - Un Sud comme un éveil - Les paumes épuisent leurs désirs - Roulis. Ivresses. Commencements. Luminosités. - Regards"

On sent bien que là est le but du voyage, et que la destination importe peu.

J'ai toujours un peu de mal avec le vocabulaire technique du gréement ou de la carcasse du bateau.
Une "lisse" par exemple ne m'évoque absolument rien. Même en me documentant, je ne suis pas sûr d'avoit très bien compris à quoi ça servait, et surtout, quelle image poétique elle est censée incarner. Mais je ne vais pas vous rendre responsable de mon ignorance.

Par contre je vois très bien " la toile largue" et cet oxymore assez surprenant : "s’incline puissante". Cette métaphore radieuse du gouvernail : "Un soleil dans les mains". Cette allitération "lisse/glissé" qui aide bien l'étrave à fendre l'eau.

Pas complètement dérouté par les images, mais sensible au style.

Cordialement
Ludi

   Charivari   
6/4/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
j'aime beaucoup, et en particulier :
-Le jeu sur le rythme, tantôt hâché, tantôt fluide, avec des enjambements fréquent d'un vers sur l'autres.
-Les sonorités : "À la gorge l’élan devient le chant", par exemple
-De très belles images : le soleil dans les mains, Tout le cercle du ciel traversé. une étoile s'allume...

Un peu moins aimé certaines images qui me paraissent un peu forcées ou plus terre à terre, comme "Un Sud comme un éveil", "Le vent en plus", ou encore "transparente et mouillée"...

   zenobi   
8/4/2012
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Je n'ai pas apprécié. Pas apprécié le choix de ces noms jetés à la valdrague. De ce refus d'oser la phrase, même nominale.
Je n'ai pas apprécié car je n'ai pas compris, fait mien, même après l'avoir relue et relue, la phrase qui commence par "à la gorge".
Loin d'ouvrir (à la mer, au voyage, à...), ce texte m'a paru frileux.

   placebo   
9/4/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Au niveau sonorités, c'est un régal. Beaucoup de mots que j'apprécie (soleil, sud, sel, ivresse, glissé… que des "ss" quoi…) au sein d'autres textes et qui se trouvent concentrés ici.

J'aime bien, l'énumération, le moment posé, l'étoile, l'autre monde… C'est évocateur et évoquer avec des mots, c'est déjà beaucoup…

Bonne continuation,
placebo

   Anonyme   
6/5/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé. Des phrases réduites à quelques mots sans verbe qui m'évoquent les gestes du marin, précis, indispensables.
Les enjambements aussi, qui semblent le souffle que l'on reprend entre deux manœuvres parce qu'il le faut.
La passion de la mer est présente ainsi que la liberté en mer. L'homme et le voilier semblent être un tout.


Oniris Copyright © 2007-2018