Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Provencao : La page s'envole
 Publié le 25/06/20  -  10 commentaires  -  662 caractères  -  191 lectures    Autres textes du même auteur

Le matin, sans voix...


La page s'envole



Tu me livres ton secret, la page s'envole.

Le petit matin a charmé l'écho du soir.
Et l'aube promesse se fait auréole.

Des soupirs enjôleurs, plaisirs noirs,
Effleurent le dessin indiscret et coquet
Du frisson couché en un souvenir miroir.

Tu flottes amoureux à l'ombre égarée
Des syllabes vagabondes de l'authentique reflet
Du baiser mêlé à la rime en pénombre.

Aux mots enchanteurs, frivoles
À l'encre enlacée, en fine ombre.
Le matin, sans voix, indécent sans étole
Succombe au vers, silencieux, indiscipliné, sombre...
Tu me livres ton secret, la page s'envole...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
9/6/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Un poème présenté en libre qui n'en offre pas la vision lors de la découverte : des vers assez réguliers, des rimes assez présentes, un mise en forme en paragraphes au nombre de vers progressifs.
Je n'ai pas été vraiment charmée à la lecture. L'écriture me semble un peu laborieuse, certains vers sont un peu lourds et l'ensemble manque de fluidité.
"Le petit matin a charmé l'écho du soir." les sonorités qui se suivent "A, IN, A, A" ne passent pas très bien à l'oral, de même pour "promesse-se" au vers suivant.
Si l'idée est séduisante, l'amour éphémère ou les mots éphémères de l'amour, le rendu demanderait à être revu pour me plaire.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Gabrielle   
11/6/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Une intimité livrée dans ce texte qui met en avant la relation privilégiée que le poète a avec sa plume, fibre poétique qui prend vie au fil de l'avancée de l'oeuvre de création.

La relation se fait relation amoureuse, voire indécente.

Un texte un peu osé qui sort des convenances.



Gabrielle

   Vincente   
25/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce titre… après lui, resterai-je en l'air à voltiger au gré de vers m'enlaçant ?
Le premier vers garde ce "secret" qui pourtant se livre au narrateur.

J'ai été assez séduit par le flottement amoureux qu'évoque le poème, entre l'évocation de l'être aimé "à l'ombre égarée" et celle de "l'encre " poétique, "enlacée, en fine ombre", le poème oscille tendrement, et "succombe" impudique au narrateur qui aperçoit le "secret" comme un voile se lever. Le lecteur en sera malgré tout privé, privé de l'intime rencontre avouée ici ; rien à redire sur ce plan, à nous d'y placer nos arguments agréés. Une petite réserve sur l'enchaînement phonétique des mots "fine ombre", pas trop agréable, et c'est bien dommage car l'image elle est intéressante.

En résumé, j'ai aimé ce titre, le ton amoureusement tendre du poème et l'imbrication des sentiments de cœur envers l'âme sœur et la poésie qui, au matin, rapporte par ses mots la réalité de cette idylle double.

   Pouet   
25/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

un poème intéressant, un peu mystérieux mais non-dénué d'une certaine profondeur, comme l'auteure en a l'habitude.

J'ai particulièrement apprécié ceci:

"Des syllabes vagabondes de l'authentique reflet
Du baiser mêlé à la rime en pénombre."

Il semble que les mots soient tissés à l'encre de l'éphémère, pensant saisir l'insaisissable ne demeure que la fragrance onirique sur nos doigts de rosée...

Au plaisir.

   Lirian   
25/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Provencao,

J'ai trouvé le premier vers très impactant : tu me livre(s)...la page s'envole. Suivent d'autres choses, d'autres glissements qui me parlent comme ' un matin sans étole (sans étoile) ' .
Pas de grands moulinets.
Je trouve par exemple ce poème très en adéquation avec votre façon d'être sur Oniris.

   Donaldo75   
25/6/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Provencao,

J’ai vraiment beaucoup aimé ce poème ; sa tonalité douce et aérienne m’a enchanté pendant ma lecture et ce n’est pas rien par les temps qui courent. J’arrête là le début de digression.

Le choix des mots explique bien ce ton, donne envie de se laisser aller dans sa lecture. Le thème n’est pas aussi simple qu’il y parait parce qu’il est facile de tomber dans la niaiserie sans s’en rendre compte, voire dans le poème neu-neu. Ce n’est pas le cas ici.

Ces deux vers résument bien mon impression de lecture :

« Aux mots enchanteurs, frivoles
À l'encre enlacée, en fine ombre. »

Bravo

Donaldo

   Myo   
25/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La muse livre ici le secret de son inspiration... légère, prometteuse,
tantôt nostalgique, tantôt amoureuse, au poème qui se dessine espiègle et tortueux, quelques mots qui s'envolent.

Une forme originale, une écriture tout en finesse et subtilité.

Merci du partage.

   Anonyme   
26/6/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'ai lu et relu ce poème plusieurs jours de suite (oui je suis un pitbull) avant que d'en comprendre —peut-être— enfin le sens ! ouf !

En toute franchise, je trouve ces vers trop "alambiqués" et peu propices à offrir un fil de lecture commode pour le lecteur que je suis. Ceci dit je salue l'effort et la volonté de poser sur le papier les affres de la création (si j'ai bien compris qu'il s'agit de dénouer ce qui était page blanche et se concrétise enfin par la rime recherchée après bien des efforts)
Si j'ai compris de travers il ne faudra pas m'en vouloir. Faites un effort de clarté (à moins que volontairement vous n'aimiez brouiller les pistes bien entendu)

Merci de ce partage.

   Queribus   
28/6/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'avoue que j'ai eu un peu du mal à me situer dans votre écrit; On ne sait pas trop, en effet, dans quelle catégorie le situer entre classicisme et modernité, vers qui riment ou pas, disposition des strophes, etc. J'ai trouvé aussi l'écriture, d'une façon très globale, à la limite de la préciosité bien que comportant de belles images poétiques

En conclusion, je suis resté plutôt sur ma faim. Peut-être le texte mériterait -t-il d'être repris? Je ne sais pas trop.

Bien à vous.

   papipoete   
29/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Provençao
Mon livre me parle de toi, et une page s'envole. Un frisson, des soupirs en volutes montent jusqu'à mon coeur... mes vers sauront-ils indisciplinés, te susurrer les mots que l'encre tente de t'écrire ?
Un poème à l'écriture élégante, pour dire les choses que la voix ne sait prononcer.
L'abstrait de cette déclaration est mal aisé à saisir ; nous ne sommes pas là, dans le domaine du " prosaïsme"...


Oniris Copyright © 2007-2020