Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Queribus : Chant royal pour une guitare qui tonne
 Publié le 29/12/19  -  7 commentaires  -  3121 caractères  -  98 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'un chant royal respectant l'une des formes du Moyen Âge sur un sujet contemporain.


Chant royal pour une guitare qui tonne



Voici le roi du rock, sa démarche subtile
Et ses riffs étonnants qui vous laissent pantois ;
Chuck Berry le pionnier, tel un canard gracile,
Montre les gestes sûrs de ces faux maladroits ;
Le chanteur est criard, sa figure est notoire
Mais sa musique crée un nouveau territoire ;
Le son de ce temps-là prend un ton novateur
Par des élans joyeux dans toute leur splendeur,
Secouant l’Amérique et le simple autochtone.
Les sens à fleur de peau, sans reproches, sans peur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Jimi Hendrix le grand lance sa main habile
Dessus son instrument au rythme de ses doigts,
Envoyant tous ses sons, l’accord qui se faufile,
Plantant son corps debout tel un dieu d’autrefois.
La musique s’envole, écrivant une histoire,
Comme un chant différent, comme une échappatoire.
Dans les champs de Woodstock, des refrains en fureur
Rechantent sans arrêt la quête du bonheur
Alors, face au public, le ciel bleu qui s’étonne
Se met à dire aussi dans l’élan de son cœur :
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Puis Jimmy Page arrive avec son style habile,
Laissant les gens ravis par des morceaux de choix ;
Avec Led Zeppelin, une époque défile,
Un temps de création et l’étonnante voix
Du chanteur Robert Plant affrontant l’auditoire
Résonnent aujourd’hui du fond de la mémoire.
Virtuose avant tout mais accompagnateur
De musiciens divers ou du simple chanteur,
Jimmy saura marquer son temps comme personne.
S’excitant sous les cieux avec un ton rageur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Eric Clapton est là, jouant d’un air fébrile,
Et les Cream inspirés ont des airs de vrais rois ;
Le style est flamboyant et le blues est fertile ;
Les improvisations, les solos très adroits,
Ont des airs bien souvent de chant incantatoire,
D’un puissant fond sonore ouvrant sa trajectoire ;
Le riff époustouflant, le simple accord majeur,
Le rythme déchaîné, l’éclatante lueur,
Encensent sans arrêt la scène qui bourdonne.
Voyez le virtuose, l’artiste imprécateur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Keith Richards et Jeff Beck s’en viennent dans la file,
BB King, Van Halen, pèsent de tout leur poids
Comme un puissant tonnerre envahissant la ville
En portant leur révolte et leurs nouveaux émois.
Allman, Pete Townsend, gagnent aussi la gloire,
Offrant leurs cris stridents, leur bouillant répertoire.
Chacun a mis son cœur, son âme et sa couleur,
Dans ce vingtième siècle où s’éleva l’horreur.
Loin de ces jours enfuis, un autre hymne frissonne
Et nous redit sans fin, l’esprit stimulateur :
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.

Princes curieux de tout, à l’esprit fouineur,
Entendez tous les sons d’un vrai maître-joueur ;
Face au vieux musicien qui souvent s’époumone,
Regardez ces deux mains jonglant avec ardeur,
Écoutez tout à coup la guitare qui tonne.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
1/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour,

Je suis allée voir comment était constitué un "Chant Royal".
J'ai trouvé qu'il était constitué de décasyllabes, ici ce n'est pas le cas, des "entorses" sont-elles possibles ?
L'ensemble, pour le reste me semble répondre à la forme choisie. Je ne suis pas allée vérifier les alternances de rimes, leur "sexe", j'avoue.

Ensuite et c'est très personnel, j'apprécie qu'une forme ancienne soit utilisée pour traiter un sujet actuel.
Ce qui peut surprendre ou charmer, c'est que le rock n'est pas du tout du rythme du Chant Royal.

À la lecture, rien n'est venu heurter le rythme j'ai juste trouvé que certains mots sont moins percutants, originaux ou gracieux ("dessus" au vers 13, "rechantent" au 19, "gens" au 24, par exemple)

Bravo pour la performance !

Éclaircie

   Corto   
2/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce "chant royal" est impressionnant.
Le problème évidemment est que pour le savourer il vaut mieux être spécialiste de rock, ou au pire avoir assisté au festival de Woodstock.

N'étant pas dans ces catégories je remarque néanmoins un souffle étonnant dans ce chant, qui enflamme l'air ambiant.

Avec "Chuck Berry le pionnier...crée un nouveau territoire" on sent que l'extraordinaire est en marche.

Lorsque sur scène "Jimi Hendrix...Dans les champs de Woodstock, des refrains en fureur...Rechantent sans arrêt la quête du bonheur", ceux qui l'ont vécu vibreront à l'émotion de l'époque.

Cette succession de virtuoses de la guitare a tout pour nous faire tourner la tête, surtout avec ce vers fétiche qui revient à chaque strophe "Écoutez tout à coup la guitare qui tonne".

Ce poème rend humble le lecteur qui perçoit combien de moments exceptionnels il a certainement manqué. Surtout quand l'auteur sans pitié nous le rappelle:
"Le riff époustouflant, le simple accord majeur, Le rythme déchaîné, l’éclatante lueur."
On entre dans une ambiance qu'on ne maîtrise plus.

Grand merci à l'auteur.

   papipoete   
10/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
la musique n'a pas d'âge, et qui sait si, sous l'avancée éclairée d'une caverne en Dordogne, des stars ne venaient pas faire montre de leur talent ?
Ici, je ferme les yeux en lisant et je revois tous ces maestros du rock et pop, jouer devant moi !
Chaque groupe passe, avec son chanteur leader, musicien ou non et chaque passage finit en apothéose quand " tout à coup la guitare tonne... "
NB j'imagine la réflexion que dut imposer cet exercice à l'auteur ; faire entendre et montrer la scène qui s'enflamme sous les riff, et le sol qui tangue sous le rythme effréné de Chuck Berry, Led Zep, Clapton et Jimy Hendrix mordant les cordes de sa Fender !
Ah l'époque des guitaristes ! Des Shadows à Jimmy Page et regarder aujourd'hui un " musicien " triturer les manettes de consoles...
Techniquement, il me semble voir des dodécasyllabes réguliers ; pourquoi la forme " contemporaine " pour l'exercice CHANT ROYAL ?
en tous cas, bravo à l'auteur avec qui j'aurais volontiers tapé dans mes mains !
papipoète

   PIZZICATO   
29/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Que voilà un clin d'oeil original et poétique à toutes ces Grandes figures de la gratte rock.
De belles images, précises, associées à ces musiciens qui, avec panache, ont fait et font évoluer le genre.

Un texte qui ravit les amateurs de ce style mais aussi ceux épris de versification attrayante.

J'ai beaucoup apprécié cette " guitare qui tonne ".

   leni   
29/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
salut queribus
c'est époustouflant EOUSTOUFLANT et ça chante à la lecture Quel travail
Mais ton texte promène son aisance et il n'y a pas un moment qui fait du surplace Tu réveilles des mémoires endormies JE me suis offert trois
fois ton spectacle et je suis comme apaiséJe ne commente pas des passages en les sortant du contexte
j'entendrai encore longtemps la guitare qui tonne
Chapeau AMI Merci
LENI

   Cristale   
29/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un chant royal contemporain, oui, pour la teneur du récit, mais quand même ^-^....Le schéma des rimes est bien rapporté et cette forme admet la non-alternance m/f entre chaque strophe, puisque le dit-schéma ne permet pas le respect de cette règle érigée bien après la codification du chant royal et autre ballade...mais reste proscrite à l'intérieur des onzains. De plus le refrain doit obligatoirement se finir par une rime féminine.
Les poèmes à formes fixes datant du Moyen Âge, de par leurs particularités spécifiques, peuvent, à mon humble avis, s'inscrire dans la catégorie dite "classique" tant qu'une autre classe n'est pas attribuée à ces formes très anciennes qui ne répondent pas toujours aux règles de prosodie et ne sont ni néo-classiques, ni contemporaines, ni libres, forcément.

Ici l'auteur joue sur des alexandrins...soit. Je prends.

Quand au thème, je me suis laissée embarquée dans le son des guitare et la valse de ces noms prestigieux.

Rien que pour l'exploit et la densité d'une telle composition, je plussoie triplement mon appréciation, légèrement en dessous de ce qu'elle aurait mérité si la pièce avait été composée en décasyllabes 4/6.

Mais quand même : 60 vers sur seulement 5 rimes, ça mérite des applaudissements.
Parti comme vous l'êtes, à quand le double chant royal avec les grands noms du cinéma ?

Bravo Queribus !

Cristale
décoiffée par tant de musique :)

   BernardG   
3/1/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

De ce chant royal (forme que je découvre) se dégage de la puissance...Cette puissance qui a secoué toute une génération à l'époque de Woodstock et de Wight et ce vers qui revient régulièrement contribue à ce climat musical où les décibels déchiraient les nuits:
"Écoutez tout à coup la guitare qui tonne."

Techniquement,ce n'est pas si facile de jongler avec 5 rimes sur un poème aussi long avec quand même la répétition de "habile".
Un p'tit bémol donc mais moins grave que de qualifier Chuck B. de chanteur "criard" ☺. Je l'ai entendu à la fête de l'Huma et il a d'ailleurs commencé par le blues !
Bravo !

Bernard G.


Oniris Copyright © 2007-2020