Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Queribus : Moi le singe
 Publié le 09/06/21  -  5 commentaires  -  1658 caractères  -  68 lectures    Autres textes du même auteur

Poème contemporain pour rendre un (petit) hommage à nos ancêtres et nos amis : les singes.


Moi le singe



Moi le singe
Sous mes habits mon pelage noir
J’ai l’occasion de souvent les voir
Ces animaux aux longues histoires
Les hommes
Moi le singe
Dans un cirque ou dans les forêts
Ou ce zoo où je me complais
Je m’amuse à les observer
Les hommes

Eux
Me regardent d’un air curieux
Et d’un regard étonné
Puis
Ils m’intègrent dans leurs jeux
Juste le temps de s’amuser
Moi le singe
Je les regarde sans les voir
Sans trop penser à leurs déboires
Est-ce qu’ils sont là par hasard
Les hommes

Des bananes des friandises
Quelques beaux mots sans importance
On s’observe on fait des bêtises
Pour eux je joue et me balance
Et me voici
Moi le singe
Avec ma figure en grimaces
Je revois des gens de ma race
Tous ceux qui ont suivi mes traces
Les hommes

Moi le singe
Je repense à ce vieux passé
Ces temps anciens tous envolés
Quand j’étais le grand frère aîné
Des hommes

Puis
Je les examine à mon tour
Souvent d’un air étonné
Et
Je revois soudain le parcours
Ancien de nos milliers d’années
Moi le singe
Je compare alors nos destins
Ce qui a transformé nos mains
Quand j’aperçois chaque matin
Les hommes

Je me demande parfois aussi
Lesquels survivront les derniers
Qui survivra dans le bourbier
Quand notre horizon s’obscurcit
Mais pour l’instant
Moi le singe
Avec ma figure en grimaces
Je revois des gens de ma race
Tous ceux qui ont suivi mes traces
Les hommes


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cyrill   
21/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,
J'aime bien le propos de ce poème. J'ai noté toutefois quelques maladresses :
"J’ai l’occasion de souvent les voir" plutôt "J’ai souvent l’occasion de les voir" ? Ça me semble plus simple.
"Ou ce zoo où je me complais" le premier Ou aurait pu être remplacé par dans, pour éviter l'écho.
"Ces temps anciens tous envolés" je ne vois pas l’intérêt du "tous", sinon de retomber sur ses huit pieds.
Quand j’étais le grand frère aîné" un pléonasme il me semble, même remarque que pour le vers précédent.

J'aime bien le final et surtout ces vers là :
"Avec ma figure en grimaces
Je revois des gens de ma race
Tous ceux qui ont suivi mes traces"

Je me demande s'il était nécessaire de nommer les hommes, vous auriez pu le laisser deviner. Et d'ailleurs, idem pour le singe.
Il me semble que le poème aurait gagné en finesse en laissant le lecteur mettre des mots qui, non écrits, auraient allégé l'écriture. D'autant que le titre ne laisse pas place au doute.

Cyrill

   papipoete   
9/6/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Queribus
Moi, le singe je regarde ceux qui me regardent, faire des mimiques en voyant mes grimaces !
je repense à ce vieux passé, quand nous étions identiques, et puis l'homme s'est mis sur ses pattes, tout droit alors que moi il m'arrive de courir sur pieds et mains... Nous sommes tous-deux encore vivants, mais quand la planète connaîtra un grand chambardement, lequel de nous survivra ?
NB des questions sans réponses certitudes, mais le singe au zoo est certain de n'avoir pas à craindre " quand l'homme viendra, qu'adviendra-t-il de moi ? ", contrairement à ceux restés chez eux, en forêt qu'arpentent les braconniers, de mitraillettes et machettes armés...
rappelons-nous aussi, en voyant le singe exposé en vitrine, que l'homme " différent " y tint une grande place devant des " voyeurs " médusés ! ( pygmées, liliputiens, et autres " freaks " du Barnum Circus )
j'aime bien la première strophe, quand la troisième est malheureusement " rigolote "...

   Provencao   
10/6/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Moi le singe
Avec ma figure en grimaces
Je revois des gens de ma race
Tous ceux qui ont suivi mes traces
Les hommes "

J'ai bien aimé cette pluralité et la profondeur des comportements acquis par les singes/hommes en tant que membres d'un groupe porteur de culture...


Au plaisir de vous lire
Cordialement

.

   ANIMAL   
11/6/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Intéressant, ce poème miroir où le singe qui a peu changé se retrouve en face de son cousin qui a évolué plus vite. Inversion des rôles ? Lequel regarde l’autre ?

Le singe « sauvage » se veut plus lucide que le singe homme à qui il sert de faire-valoir ou de clown. Mais au final, seule la Nature décidera de celui qui est le plus apte à survivre.

Un texte étonnant en forme de litanie, qui tourne un peu en rond comme les pensées dans la tête du singe.

   Babefaon   
16/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Queribus,
Je me suis toujours demandé ce qu'il se passait dans leur tête, ce qu'ils pouvaient bien penser de nous et de nos singeries de l'autre côté de l'enclos.
Merci de m'avoir apporté la réponse à travers ce poème. Je me demande juste parfois, même si l'homme s'est redressé depuis et ne se sert plus que de ses deux pattes, lequel des deux est le plus évolué !

Une réflexion intéressante,
Au plaisir :-)


Oniris Copyright © 2007-2020