Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Queribus : Un cheval fou
 Publié le 28/05/17  -  7 commentaires  -  1059 caractères  -  114 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'un texte de chanson en toute simplicité et sans prétention.


Un cheval fou



J’étais un cheval fou,
À cette époque-là,
Juste un peu casse-cou,
Le cœur souvent à plat ;
Mes jours étaient brûlants,
Au rythme de mon cœur,
Trimbalant des relents
De folie et de peur ;
Des envies me poussaient
À défier le monde
Et toujours batailler
De partout à la ronde ;
Je cherchais l’inconnu
Et courais de partout,
L’âme et les bras tout nus,
J’étais un cheval fou.

J’étais un cheval fou,
Une rosse, un pur-sang,
Un exalté debout,
Un animal content ;
Je fonçais jour et nuit
Comme dans un tournoi,
Impétueux et fier,
Perdu dans mes émois,
Filant comme l’éclair.

Mes yeux cherchaient le vent,
La fureur de la mer,
Bravant tous les autans,
Les ouragans d’enfer ;
Mes bras battaient le ciel
En défiant les jours,
Tel un péché véniel
Et recherchaient l’amour ;
J’étais très riche alors
Avec un vrai trésor,
Comme un arbre au printemps,
Au temps de mes vingt ans.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   madawaza   
8/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour
Les chevaux fous vont toujours plus loin, leur folie leur permet d'aller ailleurs et de trouver des "autrement".
"hennissons"-nous chevaux fous.

   Proseuse   
14/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je n' y connais pas grand chose en textes de chansons , le vôtre est rythmé et entraînant, ceci dit il me semble qu' un peu de travail supplémentaire ne nuirait pas et même bonifierait la chanson , par exemple en réparant la répétition de " partout " dans le premier couplet ou la répétition du mot " bras" dans le premier et le troisième couplet , c 'est le deuxième couplet que j' ai préféré, mais vous aurez sans doute d' autres avis qui seront peut-être plus pertinent et judicieux que le mien ! :-)
merci pour ce partage

   Robot   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
L'idée est intéressante. Le temps de la jeunesse qui, si elle savait ... Je pense qu'une musique rythmée pourrait apporter à l'ensemble du récit la fougue qui manque un peu à la seule lecture.

   Donaldo75   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Queribus,

Voilà une chanson rythmée, telle une cavalcade, et riche d'images propres à la jeunesse et à la fougue. C'est réussi, on a l'impression que ce poème a été acrit d'une traite alors qu'une lecture plus minutieuse montre le travail accompli pour en arriver à ce résultat.

Évidemment, l'image du cheval fou est forte et puissante, répétée intelligemment à travers un vocable adapté - ronde, animal, tournoi - et le poème négocie bien le passage à l'être humain, à travers les cinq derniers vers.

Bravo et merci pour la lecture fougueuse,

Donaldo

   papipoete   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Queribus,
L'homme assagi parle à son corps ; te rappelles-tu du temps où attelé à mon coeur, tu ruais, galopais à cent l'heure ? Rien ne nous freinait, nous avions vingt ans !
NB l'auteur manie les vers à la cravache et ponctue ses ruades d'images bondissantes, comme celles de la seconde strophe ! Mais jamais de coups tordus, rien de méchant, que du véniel en somme !

   PIZZICATO   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" Comme un arbre au printemps,
Au temps de mes vingt ans. "
" Je fonçais jour et nuit
Comme dans un tournoi,
Impétueux et fier,
Perdu dans mes émois,
Filant comme l’éclair." voici bien décrite la fougue de la jeunesse, au temps où l'on es persuadé que rien ne peut nous arrêter, tel " un cheval fou ".

Les hexasyllabes s'adaptent fort bien à une mise en musique.

   funambule   
28/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
A l'ouest... et même aux trois autres points cardinaux d'ailleurs, rien de nouveau ! Et les chevaux fous rentrent au box, d'abord un sabot, pi deux, pi... on fait de jolis textes sur la fougue, les galops du passé, l'avoine avariée qui faisait un festin. Je crois que ça peut toucher tout le monde, le rythme est bon en plus. Un texte qui devrait sortir du corral facilement avec une petite zique dédiée.


Oniris Copyright © 2007-2017