Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Quidonc : Huit notes qui font une gamme
 Publié le 02/03/21  -  12 commentaires  -  1013 caractères  -  184 lectures    Autres textes du même auteur


Huit notes qui font une gamme



Sur le sol une ombre allogame (*)
Tangue et mon cœur bat crescendo
Huit notes qui font une gamme,
Do ré mi fa sol la si do.

Effleurant l’ivoire et l’ébène
Georgia rit à l’ami Ray,
Prends ma main, viens ma belle Hélène,
Affolons là le sol ciré.

Nimbé des rayons que Rê glisse
Sur les touches du piano,
Ondule, la chaleur complice,
Ton déhanchement latino.

Nos doigts joints tressent des promesses
Dans un entrelacs si serré
Tel qu’à l’oreille tu m’adresses
Le souffle d’un « h » inspiré.

Gracile l’éclat de ton rire
Argentin s’accroche au rideau,
Le velours de tes yeux m’aspire,
Do si la sol fa mi ré do.


(*) Allogame : se dit d’une fleur fécondée par le pollen d'une autre fleur, y compris dans le cas d'une fleur de la même plante.
L'allogamie correspond à la fécondation croisée (ou interfécondation) entre deux individus distincts.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pouet   
13/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Slt,

très joli tout cela, enjoué, espiègle, sensuel et musical.

Le "Affolons là le sol ciré" est vraiment très bien vu, en tout cas moi j'apprécie, j'aime lorsqu'on joue avec talent sur les mots.

Sans doute que l'auteur(e) se sera amusé(e) à écrire cela, c'est en tout cas (pour moi) un vrai plaisir de lecture.


Pouet

   Myo   
19/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Une poésie légère et festive sur un air de piano

De belles idées et jeux de mots
Très joli " nos doigts joints tressent des promesses"
'l'éclat de ton rire.. s'accroche au rideau"

Des octosyllabes bien réguliers avec quelques enjambements qui bousculent à bon escient le rythme

Je ne comprends pas trop cette ombre allogame.. si ce n'est pour la rime.

En EL Myo

   papipoete   
2/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Quidonc
Qu'est-ce donc... que ce poème si musical ? Les mots s'en donnent à coeur joie, et jouent avec les notes d'un joyeuse partition, un air que les touches " ivoire " du piano de Ray soupirent... Georgia, oh Georgia !
Et tels acrobates, les jeux de mots mènent la danse.
NB les 6e et 8e vers nous font un sympathique clin-d'oeil, et l'on se régale de ce charmant poème, sans oublier le " que ré glisse ".
Techniquement, vous avez opté pour la lecture en diérèse, or au 6e vers, je ne pense pas que Georgia se dise " Geor/gi/a " et ce vers mesurerait alors 7 pieds ?
Mais cela n'ôte rien à la qualité du poème !

   Dolybela   
2/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Tango, jazz, solfège, évidemment en octosyllabes, un jeu finalement entrainant malgré les petites formules dont je n'ai pas trouvé le sens (la référence à Hélène reste obscure... Hélène de Troie ? Je ne dois pas connaitre la chanson). Une ritournelle en Somme plaisante, sans presque rien qui pose. Bravo.

   apierre   
2/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beaucoup de plaisir à la lecture de ce poème tout guilleret. Suis bien entré dans la danse;"Affolons là le sol ciré " !
Georgia rit à l'ami Ray sauf quand il râle !
Merci pour ce bon moment;

   Miguel   
2/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est bien plaisant, ce petit poème. c'est chantant (c'est la moindre des choses), les homonymies de mots et de notes sont bien trouvées, cette bonheur humeur et cette sensualité sont communicatives. Quand la poésie parle aux sens ... Et en plus on s'instruit, on reçoit une petite "leçon de choses", comme on disait à l'école primaire.

   Cristale   
2/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Moi aussi j'ai beaucoup apprécié ce texte qui joue avec les sonorités.
De la musique comme s'il en pleuvait.
Une belle écriture, fluide et des jeux avec les mots finement présentés.
Merci pour "allogame" dont la définition est presque plus jolie que le mot.
Bravo !

   Castelmore   
2/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
... Do ré mi fa sol la si do
Elles swinguent avec Gergia, cancanent français avec la belle Hélène, s’enroulent en langueur dans un pas de tango ...
ces huit notes à tout faire font même danser les mots qui jouent les allogames homophones !

C’est enlevé, subtil, entraînant, brillant !
Bravo
Do si la sol fa mi ré do ....

   Hananke   
3/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

De la musique avant toute chose disait Verlaine, ce joli poème
en est l'expression, ici de la musique a tous les quatrains.
L'auteur jouant des notes et des mots.
Quelques formules jubilatoires :
Affolons là le sol ciré.
Georgia rit à l’ami Ray entre autres.

Un bien joli texte.

   Hiraeth   
3/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je viens juste ajouter ma voix au concerto de compliments. C'est un texte très agréable à lire, tout en musique et en finesse, où se confondent toutes les jouissances : du verbe, du son, des corps et des cœurs. Rien à redire, et j'adore le dernier vers qui clôture le poème avec légèreté et simplicité.

   inconnu1   
4/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poème enjoué, musical avec de bonnes trouvailles. Je salue également le fait, que même si on est dans du contemporain, vous essayez de respecter certaines règles, auxquelles vous n'étiez pas tenu, comme l'alternance rimes masculines féminines, et une homogénéité dans l'élision des e. Cela a dû être du travai supplémentaire, mais du coup, on ressent que vous ne vous êtes pas contenté de votre premier jet, avez retravaillé le poème pour que le contemporain ne paraisse pas seulement comme un ersatz de néoclassique.

bien à vous

   Donaldo75   
11/3/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai trouvé ce poème sympa. Les nombreuses références au monde de la musique, pas seulement le solfège mais également les chansons, chanteurs, j'en passe et des plus subtilement placés, émaillent cet ensemble comme des couleurs sur un tableau et permet à ce falsetto non figuratif de prendre forme, un peu comme dans les tableaux cubistes de Georges Braque. Et puis, il y a cette tonalité presque joyeuse illustrée par le quatrième quatrain. Elle rend le tout encore plus musical, rythmé, au-delà du symbole même de la musique pour lui conférer une vie sur la page. Oui, c'est vraiment un poème sympa et agréable à lire. Merci.


Oniris Copyright © 2007-2020