Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Quidonc : Néoménie
 Publié le 30/11/17  -  6 commentaires  -  1073 caractères  -  108 lectures    Autres textes du même auteur

(Les fréquences de la lune ont la capacité de pousser à faire surface des impressions qui sont dans notre subconscient.)


Néoménie



Endormissement tardif, réveil trop précoce,
Voyagent des silhouettes inhospitalières.
Compénètrent mon trouble des fièvres en négoce,
Avant que ne se lève l’aurore routinière.

L’espace se distend, se nimbe de mystère,
Néoménie complice, le jour premier du mois,
C’est une lune absente qui vient défier la terre,
Corpuscules abstrus, agissent les « Tamas ».

Naissent des déraisons que la noirceur ventile,
S’exondent séculaires obsessions infertiles,
De mes vieilles tempêtes les chablis et volis.

La nuit est avancée, je ne dors pas encore,
Des corps évanescents aux parfums inodores
Me laissent en sueur sur le bord de mon lit.




(Tout ce qui existe dans le monde matériel manifeste l’une des trois qualités, les trois gunas
sattva : la pureté, la vérité
rajas : l’énergie, les passions, la force, le désir
tamas : l’obscurité, les ténèbres, la lourdeur, l’inertie.)


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ramana   
15/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Votre référence à l'hindouisme me plait bien, mais je trouve votre texte un tantinet fouillis. Les trois gunas sont à l’œuvre dans tous nos instants ; leur "dosage", lui, est variable selon nos dispositions.
S'il est fortement probable que nous soyons influencés par la lune et autres sphères cosmiques, le rapport entre la nature supposée de ces influences et la théorie des trois gunas me parait improbable, et votre texte ne le rend à mon sens que plus confus...
Improbables également sont certaines de vos rimes !

   papipoete   
30/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Quidonc
La nuit, quand revient la nuit, tout seul je suis ... avec ces démons qui m'empêchent de trouver le sommeil ; alors, je cogite !
NB Néoménie a du mal à s'endormir, et même si les tracas n'en sont pas la cause, " les tamas " s'en donnent à coeur joie pour défier la terre et Néoménie en particulier !
Je pense que la profusion de " mots savants " freine la lecture et la compréhension de votre poème .
Je vois une sonorité désagréable " aurore/routinière " //
Je ne me prononce pas sur le côté technique de ce sonnet, ne sachant pas si la forme " contemporaine " est celle que vous présentâtes ?

   PIZZICATO   
30/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve un peu dommage que l'écriture sophistiquée de certains vers vienne peser sur le reste de cette poésie.
" Compénètrent mon trouble des fièvres en négoce "
" S’exondent séculaires obsessions infertiles " ....
Le deuxième quatrain et le dernier tercet, qui n'en sont pas affectés, m'ont intéressé.

   Marie-Ange   
30/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai trouvé votre poème "rugueux" à la lecture, comme dans cette phrase par exemple "compénètrent mon trouble des fièvres en négoce", et il y en a d'autres du même genre.

Il m'a fallu vous relire plusieurs fois, sans pour autant parvenir
à mieux rendre ce poème plus fluide à ma lecture.

L'idée est là mais elle me semble prisonnière des mots, pas beaucoup d'images arrivent à percer, l'épais brouillard de votre phrasé.

J'aurais aimé pour un tel événement quelque chose d'un plus
original, me montrant à quel point c'est un fait intéressent,
marquant, ici dans ce texte, ce n'est pas vraiment transcendant.

   AUDEVAL   
30/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Quidonc,
Je ne connais pas l'hindouisme. Votre poème me le fait découvrir mais ne me donne pas envie de persévérer. Il y a quelque chose qui bloque. Je l'ai relu plusieurs fois sans émotion. Aucune image ne vient en moi. Trop obscur ? rugueux ? Vous me faites redécouvrir mon insondable ignorance sur ce thème, ce qui est quelque chose de positif ! Cordialement.

   Quidonc   
5/12/2017


Oniris Copyright © 2007-2017