Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
raaide : Lettres à la pluie, en attendant l'automne [Sélection GL]
 Publié le 07/08/20  -  13 commentaires  -  991 caractères  -  147 lectures    Autres textes du même auteur

Quelques vers pour se projeter en attendant qu'arrive octobre.


Lettres à la pluie, en attendant l'automne [Sélection GL]



Que le vent était frais sur mon torse mouillé !
Que ton eau était pure !
Et je sentais frémir, dans l'herbe agenouillé,
Où dormait la nature,
Les arbres, les buissons, les feuillages, les fleurs ;

Tout vibrait, tout dansait, tout chantait pour la Pluie !

Aucun mot ne semblait languir pour les chaleurs
Dans cet éden aqueux plein de charme et de vie.

J'étais seul, et, comblé de ta sérénité,
Fixant un temps le ciel, tout s'était arrêté.

Bien loin des ennuis secs et des plaintes amères,
Sur mes yeux apaisés tu pleurais des rivières.
Tu versais sagement de lointains grains de sel,
Plus beaux et plus goûteux que les parfums du miel.

Le Soleil, ce démon adoré par la foule,
Impitoyable amas de gaz jetés en boule,
Intimidé, s'était fait discret et craintif,
Devant ce fin théâtre, apaisant et massif.

Tout vibrait, tout dansait, tout chantait pour la Pluie !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
21/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'apprécie le renversement des valeurs présent dans ce poème, où le Soleil, divinité du vulgaire rôtissant sur la plage, devient une grosse brutasse vaincue par la discrétion souriante de la pluie... Mais pourquoi diantre faut-il que ce théâtre météorologique fin et apaisant soit également qualifié de "massif" ? Je trouve que ça brouille complètement le message. Une réserve aussi sur l'éden "aqueux", pour moi l'adjectif a quelque chose de vaguement malsonnant ; je crois que j'ai du mal à ne pas penser à "à queue", on se fait vite chasser de l'éden quand arrive la queue.

C'est la première strophe que je trouve la plus réussie, elle a du rythme, de l'énergie, se montre revigorante comme une averse. Une mention aussi pour le sel comparé favorablement au miel...

   Eclaircie   
24/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Ah ! Que la pluie de printemps (? ou début d'été ? ) est plus douce et délicieuse que celle de l'automne !
Je suis surprise du pluriel du titre, tant cette lettre est "cohérente" ou faut-il lire "les lettres", ces petits signes, qui comme gouttes d'eau se répandent et désaltèrent.

Proposé en contemporain, composé d'alexandrins, la plupart classique ; le rythme est chantant, harmonieux. Fraîcheur et jeunesse émanent du poème.
On peut lire la métaphore du temps et de la vie mais aussi se contenter de ce joyeux paysage.
Un seul mot me semble moins bien placé : "pleurais" dans "tu pleurais des rivières" quand seul le vers qui précède évoque le négatif.

Merci du partage,
Éclaircie

   Anje   
26/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Néo-classique

Vers 3. Si c'est l'herbe qui est agenouillée, ce qui me plaît bien comme image, il manque le "e". Si c'est le narrateur, il manquerait une virgule. Dans le premier cas, la rime mouillé/agenouillée ne serait plus bonne et demanderait à être reprise. Dans le second cas, on obtiendrait un rythme saccadé nuisant à l'idée de fluidité d'une pluie légère et revigorante.
Le sens du septième vers m'échappe et, au vers suivant, le mot aqueux m'oriente plus vers un laboratoire chimique que dans le monde du rêve. La même impression surgit avec "impitoyable amas de gaz jetés en boule".

J'aime les pluies d'été et ce poème m'en a mis l'image et la fraîcheur en tête. Par ces temps de fortes chaleurs, je ne peux qu'en remercier son auteur.

   Corto   
27/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cette ode à la pluie, celle qui viendra en automne est pleine de charme.

Dès la première strophe on se sent immergé dans ce bien-être qui n'arrive qu'avec l'eau source de vie. Cette strophe est d'ailleurs ma préférée, comme sans doute l'automne est ma saison préférée.

Puis vient ce cri heureux"Tout vibrait, tout dansait, tout chantait pour la Pluie !" Bien vu ! Il mérite aussi sa place en final.

Un autre très beau vers : "Sur mes yeux apaisés tu pleurais des rivières."
Aucun doute "Le Soleil, ce démon adoré par la foule" ne fait pas le poids quand on veut sentir son corps heureux.

Le style est sobre et pourtant très expressif.

Bravo pour ce beau texte, qui sait écouter le corps s'épanouissant en dehors des excès saisonniers.

   ANIMAL   
7/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Très bel hommage à la pluie et à l'eau en général, opposée au soleil qui brûle et grille bien qu'il soit lui aussi source de vie.

Je ne trouve pas utiles les allusions aux chansons "Chantons sous la pluie" et "Pleurer des rivières" mais puisqu'elles ne troublent pas ce délicat poème, pourquoi pas.

Ce texte dans son ensemble est harmonieux et musical. J'ai bien aimé l'expression "ennuis secs" qui d'ailleurs entame ma strophe préférée. Il y a sans doute un second degré mais je me suis contentée d'apprécier cette Lettre à la pluie.

Un joli moment de lecture.

   Hananke   
7/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

On dirait une sorte de prière indienne pour faire tomber la pluie
dont nous avons grand besoin, en ce moment.
J'aime bien ce poème qui possède de jolies tournures et le premier
quintil est remarquable ainsi que les quatrains.

Une bien belle ode à la pluie, source de vie.

   papipoete   
7/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
bonjour raaide
je t'avais tant rêvé que lorsque enfin, les vannes du ciel s'ouvrirent, regardant la nature assoiffée, avec elle je me pris à revivre !
NB tant pis pour les grincheux, ceux pour qui " beau temps " est synonyme de ciel bleu, sans la moindre ondée qui viendrait mouiller le hâle de leur peau !
L'alternance de la pluie et du chaud est devenue lettre morte, et qui sait si le " chaud " ne sera pas le maître tout-puissant dorénavant ?
dans la 5e strophe, comme il est bon que les prières enfin trouvent réponse favorable !
dans la 6e le soleil ne fait pas le main, la " met en veilleuse " mais...
L'auteur a su composer avec ce que l'on voudrait retrouver, venant des nues, et l'ultime vers clôt ce poème positivement mais... la réalité des choses...
des hexasyllabes et dodécasyllabes bien accordés tissent des vers à " boire " de plaisir !
un infime bémol concernant le titre ( on écrit une lettre de doléanceS, non point des lettres ? une seule missive avec plein de questionS )

   Donaldo75   
7/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour raaide,

J'ai beaucoup aimé ce poème. Sa tonalité m'a vraiment plu et je lui ai trouvé de l'entrain, de l'allant. Les images poétiques se déclinent progressivement et la lecture n'en est que plus agréable. L'évocation s'ancre dans mon cerveau de lecteur, bien aidée par le souffle poétique de l'ensemble. Tout semble simple quand on lit ce poème mais je reste persuadé qu'il a demandé du travail de précision, de raturer puis de reprendre, de choisir entre des vers ou des images. Et quand ça parait simple, c'est que c'est réussi.

Bravo !

Donaldo

   Lebarde   
7/8/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Merci pour ce sujet à contre-courant des propos très, trop, largement divulgués que beau temps ne serait que soleil de plomb et chaleur.
Première question qu’on nous pose au retour de vacances : « vous avez eu beau temps? »
Imaginez une réponse du genre: « Magnifique, il a plu un jour sur deux, mais alors quel plaisir, la nature était verdoyante et nous avons pu faire de merveilleuses promenades ».

Et pourtant la pluie n’est elle pas aussi utile à la vie que le soleil.
Quel plaisir trouve-t’on à rester vautré, amorphe, somnolant, sinon celui de succomber à l’idée admise des gens en vacances qui se désolent à la moindre goutte d’orage.
Ouf je transpire à écrire cela!!

Sur la forme rien à dire, l’écriture est plaisante, un tantinet ironique, facile à comprendre avec des mots simples qui changent un peu .
J’apprécie assez sans m’enthousiasmer, je n’en ai pas la force.

Merci
Lebarde

   Davide   
7/8/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour raaide,

Étrange, ce titre, avec ces "Lettres à la pluie". S'il s'agit d'un message adressé à la pluie, le singulier aurait été de rigueur. L'usage du pluriel me conduit naturellement sur les "lettres" en tant que caractères ou signes typographiques. Mais pour quelles raisons ?

Autre étonnante proposition : le poème est écrit au passé alors que le narrateur se projette dans la saison automnale, s'abreuvant tout entier de la fraîcheur revenue (?) Plutôt que des "Lettres à la pluie", j'aurais donc mieux vu l'idée de "Rêves de pluie, en attendant l'automne" ou "Souvenirs de pluie, en attendant l'automne", ces dernières propositions pouvant justifier l'emploi de l'imparfait.

Pendant ma lecture, j'ai buté sur quelques mots ou expressions : "aqueux", "Fixant (...) le ciel" (fixant des yeux ? Sans précision, c'est assez familier !), "amas de gaz", "goûteux", "fin théâtre (...) massif" (antithétique ?).

Toutefois, l'ensemble du poème est plutôt agréable à lire, fluide comme l'eau qui glisse sur la joue, et très bénéfique en ces temps de fortes chaleurs. Jolies première et cinquième strophes.

   Shepard   
7/8/2020
Bonjour,
Un poème dont j'apprécie le rythme et l'entrain, moins le reste. Beaucoup l'on déjà dit mais ce "aqueux"... beuh.
J'ai du mal à imaginer que tout "vibrait, dansait, chantait" pour la pluie mais qu'à la fois "tout s'était arrêté", je ne vois pas pourquoi ce soudain stop.
L'opposition des grains de sel plus gouteux que les parfums de miel, je ne vois pas ou l'auteur veut en venir.
Impitoyable amas de gaz... Je n'apprécie pas trop cette façon de qualifier une processus si neutre, du gaz, bon, voilà, il a fait de mal à personne ce bougre. Bien que je devine l'intention.
Devant ce (fin) théâtre, ... (massif ?)

L'ensemble se lit bien mais je me suis arrêté plusieurs fois pour me poser des questions.

   Myo   
7/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une jolie mise en valeur de cette pluie source de vie.
Le réveil de la nature est très élégamment exprimé.

On ressent le bien-être de l'eau qui purifie et vivifie.

Bravo!
Merci du partage.

   IsaD   
8/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Raaide

J'aime beaucoup votre poème et tout particulièrement les cinq premiers vers. J'aime cette alternance de pieds qui apporte comme une respiration.

Le sujet est quant à lui très bien amené, je me suis laissée porter sur vos mots.

Merci à vous


Oniris Copyright © 2007-2020