Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Rainbow : L'amnésique
 Publié le 06/03/11  -  10 commentaires  -  1479 caractères  -  240 lectures    Autres textes du même auteur

Ce poème parle de l'amour dans son ensemble, du fait que l'on peut laisser énormément de choses se perdre dans sa mémoire, mais jamais nos amours.


L'amnésique



Il a ouvert les yeux
Il s’est mis debout sur ses deux pieds
Il a commencé à marcher
Il a fait du café
Avec un soin minutieux
Puis il a regardé le noir
Du café
Et avant de boire
Il s’est demandé
Qu’est-ce que ceci ?
Il ne se souvient plus
Il a erré dans la maison
Sans aucun souci
Mais plein de questions
Les meubles les tableaux
Puis le paquet de cigarettes
Et le piano
Qu’est-ce ?
Les clochers
La messe
Tout ce vacarme
Quand est-ce qu’il s’arrête ?
Il ne se souvient plus
Il ne se souvient plus
Pourtant il sait
Les murs
Et leurs pièces
Murmurent
Que l’essentiel manque
Le mot va et vient
Se balançant
Amour ou Tendresse
À la place vacante
Assis sur un banc
Lançant une pensée
Ce cœur est sien
Qui sait ?
Il croit
Mais ne se souvient plus.
Alors il se lève
Et va vers le lit
Elle est là
Elle est rêve
Pleine de vie
Alors il sourit
Il n’ose pas
Sa main le fait pour lui
Caressant tendrement
La pointe de ses seins
Délicatement
Elle ouvre les paupières
C’est la fin
La fin du commencement
Aujourd’hui est hier
Qui sera demain
Infinie prière.
Ses yeux
De toutes couleurs
S’ouvrent en de belles fleurs
Heureux
Il se souvient
Enfin
Il ne l’a pas oubliée
Elle non plus.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   shanne   
21/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
C'est très beau, j'aime beaucoup ,l' indifférence aux choses est bien décrite, il se traine vraiment, un café, oui mais bon...les bruits extérieurs...il les entend mais bon...le présent n'existe plus, et il revit avec ces souvenirs anciens, ce lit lui permet de revivre et surtout de se sentir en vie et de la faire revivre...
Un très beau texte, un grand merci à vous

   Lariviere   
22/2/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour !

J'aime bien ce petit poème touchant qui, au premier abord, ne paye pas de mine.


Voilà par exemple, le genre de passage qui m'a plu :

"Il a fait du café
Avec un soin minutieux
Puis il a regardé le noir
Du café
Et avant de boire
Il s’est demandé
Qu’est ce que ceci ?"

Les vers cours et la construction donnent un bon rythme.

Il y aurait un peu plus de fantaisie dans les images, et ça ressemblerait aux délicieuses poésie de Boris Vian...

En le remerciant de ce petit moment de lecture, je souhaite une bonne continuation à l'auteur !

   Lunastrelle   
22/2/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Ce qui est dommage avec ce texte, c'est qu'à partir d'une construction intéressante, il n'y ait pas cette fantaisie et cette évasion poétique dans les mots, les expressions même...
Il y a un découlement d'événements, mais sinon? Cela reste assez descriptif, et je n'accroche pas...

   Lunar-K   
28/2/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé ce poème-instant aux allures du "petit déjeuner" de Prévert.
Une très jolie simplicité se dégage tant des mots que des sentiments ; un bel exemple de "poétisation" du quotidien, de sublimation de l'éphémère. Lorsque l'esprit tente en vain de se raccrocher à ce qui l'entoure (les objets environnants, le vacarme au loin,...) et qu'il flanche finalement, glissant inexorablement sur le sujet qui l'accapare : son amour qui s'éteint, mais jamais entièrement.
Par contre, j'ai moins aimé ces quelques questions qui reviennent tout au long du poème, et notamment la première qui me parait peu justifiée et dont la tournure n'est, à mon goût, pas très heureuse :

"Qu'est ce que ceci ?"

Un poème globalement très plaisant.

   Pascal31   
6/3/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Un texte que, personnellement, je trouve assez plat.
Il ne fait vibrer en rien ma fibre poétique, pourrait-on dire. Je l'avais déjà lu en espace de lecture sans vouloir le commenter, me disant que s'il était publié, à la relecture, sa "musique" me parlerait davantage...
Et pourtant, même en le lisant plusieurs fois, je n'arrive pas à m'imprégner de l'ambiance que l'auteur a voulu dépeindre.
Je reste complétement en dehors, désolé...

   Lapsus   
7/3/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A petites touches, toutes petites touches ce texte segmente la vie qui perd à la fois sa certitude et sa continuité (le choix du vers bref est judicieux).
Que reste-t-il d'intuitif, de profond et de vrai, la mémoire du cœur ou la mémoire du geste ?
Le geste hésite, le cœur aussi, même sur les choses fondamentales, primaires, premières.
Qu'importe, la lumière partagée, sensuelle et rassérénante de la chute efface toutes les interrogations.
Un beau texte, tout en finesse.

   David   
7/3/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Rainbow,

Un poème touchant un peu à la Prévert, avec la drôle de mise en scène d'un matin ébahi, pour le personnage, de menu repère en menu repère qui ne lui suffisent pas, jusqu'à ce qu'enfin il retrouve sa compagne, et une idée d'éternité rassurante en quelques vers :

"La fin du commencement
Aujourd’hui est hier
Qui sera demain"

Tous cela semble fragile aussi, et ça contribue au charme de l'ensemble.

   Lechat   
8/3/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime cette lecture. On entre presque sans bruit dans l'univers de cette personne amnésique, on sent les choses se dissoudre autour de lui dans le laisser aller du renoncement jusqu'au reveil final de l'amour.
J'aime particulièrement la manière dont cet amour est décrit hors du temps. C'est un amour qui s'est extrait de ses souvenirs pour devenir une partie de lui-même, qui ne le quittera plus malgré l'effondrement de son environnement.

L'utilisation du mot "banc" m'a semblé un peu bizarre (j'associe plutôt un banc à l'extérieur qu'à un intérieur de maison) mais c'est sans doute un préjugé de ma part.
Merci

   Chene   
9/3/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonsoir Rainbow

Après plusieurs lectures en EL et en publication, je n'arrive pas à percevoir ce que l'auteur veut faire partager...

Ou bien, il est question de l'amnésie liée à la maladie d'Alzheimer et dans ce cas le peu d'émotion contenue dans les 3/4 du poème me déçoit : qui a croisé le regard d'un malade ou accompagné un malade dans ses déplacements... aurait su dire l'émotion au quotidien...

Ou bien l'amnésie présentée n'a qu'un but : amener la fin du poème... et dans ce cas c'est bien maigre.

Même s'il y a effectivement quelque inspiration "à la Prévert", le phrasé ordinaire ne m'apparaît pas porteur d'émotion et la ponctuation pas aboutie (des phrases sans point, ni virgules et d'autres se clôturant par un point... Où est la cohérence ? Ou bien on choisit d'abandonner la ponctuation et on met en espace le texte pour le rythmer, ou bien on ponctue tout).

Bref, pas vraiment convaincu, excepté par la fin qui m'apparaît un ton au-dessus de l'ensemble.

Chene

   Sansonnet   
5/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ce qui est dommage, c'est que l'on a du mal à s'empreindre du rythme du texte, qui pour moi, bien que noir, est beau.
L'autre moins que j'ai a donner, c'est l'utilisation de certains termes, ou d'expression qui fait tomber un peu la poésie de ce texte.

Bref, voilà pourquoi bien -
j'ai aimé, mais gêné dans la lecture.


Oniris Copyright © 2007-2019