Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Ramana : Le dormeur de l'aube
 Publié le 17/11/15  -  15 commentaires  -  733 caractères  -  266 lectures    Autres textes du même auteur

Lorsque le soleil du dehors éteint le soleil du dedans.


Le dormeur de l'aube



Par-dessus mon lit, il y a le ciel.
Couché sous le drap, c'est lorsque je rêve.
Quand je pense à toi, l'azur est de miel,
De miel et d'espoir ; que la vie est brève !

Le ciel de mon lit, quand je pense à toi,
Déchire le toit ; mais dès que se lève
Et monte le jour, c'est mon désarroi
Qui voit le soleil prendre la relève.

Car il est un fait que lorsque le toit,
Par-dessus mon lit, me cache les nues,
C'est que lentement mon rêve décroît,
Laissant à l'espoir ses déconvenues.

Demain sous ton toi, le toi de mon cœur,
Je ferai mon lit pour qu'aucune trêve
Ne vienne éclipser d'un soleil vainqueur
Le bleu de mes nuits quand le jour se lève.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincendix   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vivre avec ses rêves, pourquoi pas, mais refuser la lumière du soleil, c'est triste.
Un texte qui me laisse songeur, ce qu'il exprime avec une certaine force n'est pas dans ma philosophie, j'aurais envie de déchirer ce ciel de lit opaque et pesant.

   Miguel   
2/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème me fait penser à une pelote aux fils un peu embrouillés, mais il s'en dégage, comme dirait Brassens, "un charme indéfinissable". Le rythme 5/5 du décasyllabe romantique lui donne des airs de chanson tout à fait bienvenus, un doux balancement qui incite à la rêverie ; le naïf jeu de mots sur "toit / toi" a quelque chose de touchant ; on sourit, mais avec tendresse. C'est frais, c'est agréable, avec une petite dimension baroque (l'aspect un peu confus), et même l'exclamation "que la vie est brève", qui est en quand même un peu une "cheville", semble malgré tout tomber à point. Bref, ce poème séduit même par ses défauts : il faut qu'il ait en lui quelque chose de très authentique. Au reste, à part l'hiatus de la forme figée "il y a", il est tout à fait classique.

   Damy   
3/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ravissant !
On a envie de chanter ce poème et de danser sur un rythme de valse.
J'aime en outre beaucoup la délicatesse des rimes.
Il fait très bon sous votre toit, j'y tutoierais bien les aubes prochaines.
Merci pour ce petit régal crépusculaire.

   leni   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
c'est un texte d'une pureté exemplaire Sobre et chantant On a l'impression que les mots se donnent la réplique sonore c'est merveilleux

Je choisis ces quatre vers qui me plaisent particulièrement


Le ciel de mon lit, quand je pense à toi,
Déchire le toit ; mais dès que se lève
Et monte le jour, c'est mon désarroi
Qui voit le soleil prendre la relève.


Bravo à vous ET Merci
Salut cordial
Leni

   Francis   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai aimé ce soleil briseur de rêves. J'ai aimé la nuit aux couleurs d'espoir, d'évasion, d'amour. Chaque jour qui naît est un jour qui passe. " Que la vie est brève ! " J'ai aimé le rythme des vers qui se fredonnent.

   Hananke   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

C'est un poème à tiroir, c'est la première expression
qui m'est venue en lisant ce texte.
On avance lentement en tirant chaque recoin de ces vers
qui en font découvrir d'autres et ainsi de suite.

Il me rappelle quelque peu les histoires et textes de R. Devos.

L'idée est originale même si j'ai eu tendance à me perdre
un peu dans toutes ces cachettes, la ponctuation alléatoire
du premier quatrain ne m'aidant guère.

On déteste ou on adore ce genre de poème qui ne peut laisser
indifférent mais personnellement mon appréciation est mitigée.

   Arielle   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beaucoup d'élégance et de tendresse dans ce poème qui joue habilement avec des airs de faux pantoum autour du verlainien "le ciel est par dessus le toit"
Un très joli titre pour ces nuits trop courtes au rythme chantant

   lala   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Ramana,

Je ne suis pas très adepte des textes dépouillés et j'ai failli m'arrêter au premier vers, « il y a le ciel » m'apparaissant comme une pauvreté littéraire rédhibitoire.
Je suis ravie d'avoir poursuivi ma lecture, et j' l'ai même renouvelée.
Il se dégage une mélodie, apportée par les rythmes impairs, dans laquelle on se sent tourbillonner.
Les répétitions parfois homonymiques de toi / toit sont élégantes, déclinées à merveille, puisque ce toit protecteur est aussi le toi de l'être aimé.
Le rêve est essentiel, il permet tout, au-delà du réel, qui semble porteur de déceptions «  Laissant à l'espoir ses déconvenues ».
Un bémol sur la ponctuation, trop foisonnante qui heurte la fluidité. Il suffit de l'éviter.

   Siana   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Rêve d'amour, rêve toujours !
Un beau rêve où valsent élégamment le toit et le toi !!!
Je crois déjà entendre la musique...
Les strophes s'enchaînent de façon subtile, j'aime la progression de cette histoire qui laisse entrevoir que demain tout est permis.

   LEO-P   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aimerais d'abord exprimer mon plaisir à lire des décasyllabes en 5/5, ils ne courent pas les rues et sont toujours les bienvenus. Belle déclinaison des rimes en -ève, mais dommage que "lève" rime avec "relève" (la richesse étant ici une conséquence étymologique et non une trouvaille, c'est un peu comme faire rimer "enchante" et "chante"). J'aime le jeu homophonique de toit/toi qui est bien mené et la musicalité permise par la récurrence de certains hémistiches ("quand je pense à toi", "par-dessus mon lit"), par les rimes répétées qui reviennent agréablement à l'oreille (de quatre fois à six fois) ainsi que par le lyrisme céleste et amoureux qui habite ce joli poème.
Beau travail !

   PIZZICATO   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
'' Le soleil du dehors éteint celui du dedans " Assez inattendu ; mais il est le reflet de ce texte. Le rêve, où tout est permis, se voit débouté par le lever du soleil qui symbolise la réalité.
" Ne vienne éclipser d'un soleil vainqueur
Le bleu de mes nuits quand le jour se lève. "

   Marie-Ange   
17/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cet écrit est d'une belle texture, une délicate dentelle de mots, qui vous séduit tout de suite, de mot en mot, je me suis laissée porter par sa fragile douceur charmeuse, bel envoûtement.

   wancyrs   
18/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Le texte est beaucoup plus appuyé sur la forme par son jeu de mots qui m'ont un peu perdu. je n'ai pas été sensible à cette manière de s'exprimer un peu tortueuse pour mon esprit. en fait grand chose n'a pas été dit en quatre quatrain, c'est dommage ! C'est un peu comme remuer beaucoup de vent pour pas de tempête finalement, tempête dans mon émoi, désolé !
S'il faut noter la forme, je dis "Bien" mais comme à mes yeux le fond importe plus, je n'ai pas été emballé par le texte.
Une autre fois peut-être !

Wan

   Pieds-enVERS   
19/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est vrai que dans un premier temps je me suis perdue sur les toits de ce toi , m'étant attachée à la forme et à ces jeux de mots subtils ....j'ai refait une deuxième lecture pour en apprécier tout le fond , enfin tout le rêve devrai-je dire ! J'ai été séduite par ce texte en douceur teinté de bleu!

Merci

   Ramana   
19/11/2015


Oniris Copyright © 2007-2017