Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
madawaza : Que fait-elle ?
 Publié le 18/11/15  -  11 commentaires  -  1217 caractères  -  394 lectures    Autres textes du même auteur

Que de questions...


Que fait-elle ?



Que fait-elle, cheveux roux,
Au bord du chemin ?
Que fait-elle, sans courroux,
Tenant son gamin ?
Que fait-elle, à genoux,
À tendre la main ?

Le sais-tu ?
La vois-tu ?
L’entends-tu ?
Que fais-tu ?

Que fait-elle, cheveux gris,
Les yeux suppliant ?
Que fait-elle, dans ses plis,
Cachant son enfant ?
Que fait-elle, accroupie,
La main se crispant ?

Le sais-tu ?
La vois-tu ?
L’entends-tu ?
Que fais-tu ?

Que fait-elle, cheveux fous,
Crachant sur notre or ?
Que fait-elle sous ses trous,
Hurlant son dehors ?
Que fait-elle, sous écrou,
Serrant l’enfant mort ?

L’as-tu su ?
L’as-tu vue ?
Entendue ?
Et voulu ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
18/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a dans ce poème une gradation constante.

Le temps qui passe est suggéré par :
cheveux roux, cheveux gris, cheveux fous
Puis on perçoit cette gradation dans l'état d'esprit du personnage :
sans courroux, les yeux suppliant, crachant sur notre or, hurlant
et l'enfant :
qu'elle tient, qu'elle cache, qu'elle serre enfin dans ses bras parce qu'il est mort.

Ce refrain de quatre vers souligne l'indifférence à laquelle se heurte invariablement le personnage.

Je trouve ce poème poignant, et efficace dans son apparente simplicité.

   Anonyme   
18/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà un petit texte très simple en apparence, presque une comptine par le rythme, les répétitions et pourtant si poignant. Subtile progression dans les deux parties du texte qui se répondent (le descriptif et l'argumentatif) avec cette chute pour le lecteur pris à témoin: "l'as-tu voulu?". Très belle réflexion sur notre responsabilité face à la marginalisation des individus dans nos démocraties. Efficace et d'actualité.

   Pimpette   
18/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Très efficace!
très simple!
Poignant
VRAI.....à nous faire honte..

"Que fait-elle, dans ses plis,
Cachant son enfant ?
Que fait-elle, accroupie,
La main se crispant ?

Tous tes textes me vont direct au coeur...

   Francis   
18/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le texte est beau par la simplicité du vocabulaire, la progression suggérée et l'émotion qu'il provoque. Il interpelle le lecteur par ses phrases interrogatives et semble dénoncer l'individualisme, l'indifférence qui caractérisent de plus en plus nos sociétés. Merci pour ce partage.

   funambule   
18/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Efficace, rythmé, de l'émotion, de l'in-évidence... et en même temps la simplicité qu'il faut en chanson. Du caviar pour un compositeur en mal d'imagination; que demander de plus ? Pas sûr que ça parle à tout le monde, que ce soit un potentiel tube ( je n'entends pas par là qu'il faudrait nous prendre pour des C...) mais avec une bonne musique tout passe. J'adhère !

   leni   
19/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
c'est simple clair net Et bien construit Les répétitions m'ont un peu
gêné mais je m'y suis fait De la belle ouvrage Merci à toi Salut cordial Leni

   papipoete   
19/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour madawaza; des questions sans réponse hormis celle que notre âme peut ressentir devant ce triste tableau.
La mère tient son gamin vivant, puis le cache survivant, et l'étreint mort, et ses yeux interrogent les nôtres. L'ai-je su, l'ai-je vu, entendue, et voulu?
Scène des routes d'exil, des rues de notre ville, sous les ruines?
Chanson universelle à reprendre partout où la femme est l'égale de l'homme!
Des vers sobres dans ce texte puissant, et fort bien ponctué!

   Anonyme   
19/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

C'est vrai que les répétitions pourraient être prises comme le refrain d'une comptine .....le lecteur est pris dans la lecture et dans la curiosité , pour finalement atteindre l'émotion dans le dernier couplet ! Et on reste sonné ....par l'impact de ces trois vers

" Hurlant son dehors ?
Que fait-elle, sous écrou,
Serrant l’enfant mort ?"

Merci

   Anonyme   
19/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Plein de questions en effet.
En attendant des réponses…je me joins aux commentateurs précédents qui ont souligné l’efficacité de vos strophes concises et du rythme très percutant et évident de votre poème.

En attendant des réponses…
A vous relire donc.
Cordialement.

   Dolybela   
19/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Passage d'une vision à une autre
Mots qui crient
Et respirent

Très beau texte qui porte un réel message. Pour moi c'est même un texte engagé. Encore une fois les mots sont pleins de force et de puissance. A vous relire encore et encore.

   Vincendix   
20/11/2015
Des questions qui ne sont pas sans réponses,
Le sais-tu ? Oui, je le sais !
La vois-tu ? Oui je la vois !
L’entends-tu ? Oui le l’entends !
Que fais-tu ? Ce que je peux faire et même au-delà mais je sais que cela ne suffit pas !
L’as-tu voulu ? Certainement pas, je ne me sens pas responsable de sa misère, je ne vis pas dans un château, je ne mange pas de caviar au petit déjeuner, je n’ai pas de yacht, je n’entretiens pas un harem…
Je crois qu’il faut arrêter de donner des leçons aux gens de bonne volonté, si la misère existe sur la planète, elle est due en grande partie à une poignée de privilégiés qui monopolise les ressources.
Dans le tableau présenté ici, avec talent et persuasion, je devine une femme Africaine, dans un pays où les dirigeants vivent en nababs alors que leurs administrés vivent la galère.
Je vois aussi une femme indienne, victime de la loi des castes, une pratique féodale bien préservée par ceux qui sont au sommet de la hiérarchie.
Et malheureusement je vois une femme de « chez nous », elle a peut-être besoin d’une aide matérielle, elle peut l’obtenir, mais c’est surtout une aide morale qu’il lui faut pour la libérer d’une emprise physique, d’une addiction.


Oniris Copyright © 2007-2019