Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Raoul : Le tango a dû être inventé par un indécis
 Publié le 10/02/19  -  10 commentaires  -  592 caractères  -  233 lectures    Autres textes du même auteur


Le tango a dû être inventé par un indécis



La lune
plonge ses mains dans le capot des ondes hertziennes
où se lamentent en vif argentin
des trémolos émotionnels en robe ancienne
Elle
elle se laisse
le pas glissant sur les planches
guider par la hanche
de son radeau sentimental
à la recherche du mot perdu du mot fatal
de la passion qui se promène en sang écarlate
que le corazon toujours tambourine
Et le bandonéon roule ses airs
Comme un vieux beau venu en ville pour affaires
sirote un porto en terrasse et cravate
où la lune se lave les mains


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
23/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est le genre de poésie que j'aime bien, car on y sent une ambiance.
Bien sûr, le titre (bien choisi) y fait, qui nous conduit vif dans le sujet, mais je trouve en plus bien rendu cet esprit tango avec cette rigueur de maintien, cette fierté un peu mauresque teintée de machisme du guide menant sa partenaire drapée de froufrou et de fantaisies dans des passes soyeuses que je retrouve dans les phrases et les mots. Et durant la lecture, des bribes de souvenirs s’organisent pour faire résonner en moi des scènes jà vécues, des pas jadis glissés et des tempos d’antan entendus.
Il y a de belles trouvailles : "radeau sentimental" (car un radeau se laisse bercer par les flots), "vieux beau", expression qui me suffit à le voir apparaître, et le final "la lune qui se lave les mains" comme après un travail fini ? ou comme à la Ponce Pilate ?
J’ai vu que dans la forme il y avait parfois des recherches de rimes (peut-être pour évoquer que la danse elle-même est codifiée) et parfois non (peut-être pour rappeler qu’elle est surtout libre). Mais peut-être que mes peut-être ne sont que probables.
Vraiment content d’avoir lu ce texte.

   leni   
10/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir raoul
Le tango est la seule danse qui possède une marche arrière j'aime
le ton de ce texte et ses images
je cite
où se lamente des p trémolos émotionnels
guidé par la hanche de son radeau sentimental
Que le corazon toujours tembourine
comme un vieux beau venu en ville
en terrasse où la lune se lave les mains

l'humour est distillé goutte à goutte JOLI MERCI à TOI SAUT cordial
LENI

   PIZZICATO   
10/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien
" inventé par un indécis " Oui, un pas en avant, deux en arrière...
Un tableau amusant du tango argentin.

" elle se laisse
le pas glissant sur les planches
guider par la hanche
de son radeau sentimental "

Un texte à l'humour sympathique.

   wancyrs   
10/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Raoul,

J'aime la musicalité de l'ensemble ; à la lecture à haute voix c'est un délice. Belle danse que exécute la lune. J'aime vos images.

Merci du partage

Wan

   VictorO   
10/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une atmosphère envoûtante. Des images entraînantes comme le tango. La lune qui va et revient. Un tableau qui réunit les mots, la musique et la danse.

   papipoete   
10/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir Raoul
Le bandonéon roule ses airs, une musique que pourrait versifier Césaire, et sur le parquet, Elle s'avance et flotte portée par son " radeau sentimental ", et ça danse, et ça joue des soufflets, et ça tangue, tangue...
NB on y est sur les planches, et on s'approche d'Elle, pour voir comme elle est belle et le bandonéon cherche son Piazzolla...
Je ne suis pas " indécis " au moment de vous dire " ollé ! "

   senglar   
11/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Raoul,


Ce poème m'apparaît comme une carte postale ancienne, entre noir passé, noir de Chine délavé et terre de sienne, voire sombre sanguine, mais pailletée, ici et là colorée et qui jette des scintillements, dont le rouge, corazon oblige et le jaune pour la lune et bien d'autres en accord avec le bandonéon.

Le tango est la danse la plus audacieuse qui soit, une provocation sans cesse renouvelée, une promesse et un orgasme, un hymne à l'amour, charnel. Je me suis donc posé la question de l' "indécis", sans doute pour le pas - et que j't'avance une fois et que j'te recule deux - oui cela peut être une chorégraphie d'indécision, cela peut être aussi un mime de la copulation, très suggestif, par anticipation (ou peut-être pas).

L'on a ici des images anciennes ; "...capot des ondes hertziennes... radeau sentimental... mot perdu... mot fatal... vieux beau... porto... cravate..." (on aurait pu tenter 'lavallière'. Ce vieux beau je l'envisage plastronné comme le clavier du bandonéon). Ce couple en parade nuptiale, en pré rut, en rut sur un air de tango vaut mieux que les couples d'aujourd'hui qui se convulsent sans se toucher en des masturbations parallèles... ou pas, solitaires.

L'amour c'est arriver à l'extase à deux, ensemble et en même temps. C'est bien la signification du tango non ?

Mais où m'avez-vous donc conduit Raoul ?

J'ai honte !

lol

Senglar :D

   Anonyme   
11/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Raoul,

Votre signature est sans doute une des plus originales du site. Lorsqu’elle se laisse approcher comme ici, elle n’en est que plus belle.

La lune plonge ses mains… Je ne cours pas les thés dansants, mais il me semble effectivement que la lune a souvent quelque chose à voir avec le tango. Par contre je pensais qu’on dansait sur un 33 tours, le temps de s’approprier l’autre, plutôt que sur des ondes hertziennes, le temps d’un air radiodiffusé…

Le reste est du premier degré sentimental, presque étonnant sous votre plume.
Quand même, il fallait bien un petit zeugme pour ne pas sombrer dans la routine :)) :

« Comme un vieux beau venu en ville pour affaires
sirote un porto en terrasse et cravate »

Ah quand même, c’est beau la poésie.

Par contre, de grâce rendez son ó à ce pauvre corazon (corazón). Alt162 ou Alt0243 devraient aller, sinon faites un copier/coller. Vous avez failli fendre le mien.

FrenchKiss
Caractère spécial Alt#%$

   embellie   
11/2/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai aimé ce petit texte évocateur de moments vécus avec intensité.
Très juste le pas glissant sur les planches, mais seule me manque la boule de cristal qui, selon l'ami Léo, "balance aux quatre coins du bal tout un manège d'étoiles filantes"... Et c'est si vrai que le cœur toujours tambourine quand le bandonéon roule ses airs. Merci Raoul pour ce partage.

   Eki   
12/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
En piste...Originalité, grâce, sensualité, équilibre...

Votre poème a toutes les qualités pour nous plonger dans l'atmosphère envoûtante et passionnelle du tango...

N'est-ce pas Pie X qui a voulu qu'on remplace cette danse qu'il jugeait indécente par une danse folklorique...

Eki s'exerce au bel ocho


Oniris Copyright © 2007-2019