Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Rimbaudelaire : Insomnie (1997)
 Publié le 22/06/13  -  8 commentaires  -  772 caractères  -  266 lectures    Autres textes du même auteur

Tout est dans le titre !


Insomnie (1997)



Perdu : sommeil. Combien de ces nuits blanches,
Où le cerveau cerné de rêves blonds
(Broyant du noir !), j’ai caressé tes hanches
Aux frissons lents du bout de mes doigts longs ?

De mots exquis je célèbre ta bouche
(Que tu n’ouvrais que pour des esquimaux !)
Son palais doux ! et sa langue farouche !
Ses soupirs hauts ! sa denture d’émaux !

… Déjà l’aurore et l’horreur boréale
Emplit mes yeux dont le voile sanglant
Vient effleurer, las, cette mer australe,
Et ce soleil de ton iris cinglant.

…………………………………………………………………

Trouvé : cerveau (poids ; mille cinq cents grammes),
Perlé de Sang. Particularité :
S’est écrasé sublime d’anagrammes
Contre le mur de la réalité…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   rosebud   
5/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
on ne va pas reparler de la ponctuation. On en a trop parlé par ici: Y en a-t-il trop? Est-elle justifiée? Est-elle académique? Moi j'aime assez ces points d'exclamation suréquipés de parenthèses, ces doubles points méthodiques.
Ca y est, j'en ai reparlé...
Ce que j'aime surtout ce sont ces escapades périlleuses dans des contrées inexplorées du langage poétique. L'opposition "perdu", "trouvé" est un bel essai qui mêle une expression usuelle: "perdre le sommeil" à un bidule étrange: "trouver un cerveau".
De même: "ta bouche (que tu n'ouvrais que pour des esquimaux!)" est savoureuse et "oh!" fait la baronne en se détournant avec dégoût devant tant d'inconvenance.
"L'aurore et l'horreur boréale" mériteraient peut-être un petit traitement de choc pour les mettre encore plus en valeur.
J'aime beaucoup moins la denture d'émaux qui me fait penser à un engrenage nitruré - rien de bien sexy.

J'apprécie ce genre d'insomnie de plus de 15 ans d'âge.

   Ioledane   
10/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Eh bien voilà des décasyllabes ne manquant pas d'originalité !

Dès le premier vers apparaît un rythme haché, tourmenté, qui cède la place à des vers plus fluides, avant de revenir dans le dernier quatrain (en parallèle perdu / trouvé).

Je n'ai pas trop aimé la denture d'émaux, mais les esquimaux m'ont fait sourire.

L'horreur boréale, le soleil de l'iris cinglant : excellent !

"Sublime d'anagrammes" : pas ce que j'ai préféré, mais le reste de ce quatrain est très bon.

   socque   
10/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bien vu ! J'affectionne particulièrement le rythme de décasyllabes et trouve qu'ici vous le déclinez avec élégance, avec sa césure bien calée après la quatrième syllabe...

J'aurai un bémol sur quelques instants manquant à mon sens de naturel, j'entends les quatre premières syllabes du premier vers des premier et dernier quatrains. J'ai un peu l'impression que vous avez fait entrer les mots avec un chausse-pieds ici. Soit, en mettant les deux expressions en parallèle on a une correspondance intéressante, mais ce "Perdu : sommeil" et "Trouvé : cerveau" me semblent un peu contraints.
Une mention pour la rime "esquimaux"/"émaux" qui me plaît bien (et ce mot d'"esquimaux", à moi qui ai l'esprit mal tourné, donne au vers un sous-entendu franchement gaillard), une autre pour le quatrain de conclusion avec son cerveau perlé de sang.

Bref, à mon sens voilà du classique couillu, audacieux, où la contrainte de forme n'a pas étouffé l'expression. Le sujet pas franchement novateur, en revanche. Dans l'ensemble du beau boulot, pour moi.

   Miguel   
12/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Je loue le choix et la maîtrise du décasyllabe, plaisir si rare sur Oniris. J'aime la sensualité teintée de frustration qu'exprime ce poème, les jeux de mots, mais la seconde partie du poème m'est un peu hermétique.

   Hananke   
22/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Je ne suis pas un fan du déca mais là je trouve qu'il est bien
maîtrisé.
Je noterai quelques beaux vers :

Où le cerveau cerné de rêves blonds

Aux frissons lents du bout de mes doigts longs ?

Par contre le message du poème m'échappe quelque peu

Bien à vous

   Folibri   
23/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est original et intellectuellement amusant ; les jeux de mots sont trop larges pour rendre une poésie sérieuse, mais qu'importe !

   Anonyme   
24/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pour la ponctuation, je dis comme Rosebud : elle a ici toute sa raison d'être. La règle définit ce qui est prescrit et ce qui est proscrit ; pour le reste, chaque poème / poète doit suivre ses propres lois.
Un des défis du classique est de renouveler la langue en tirant les meilleurs effets de ladite règle : c’est ici plutôt réussi. Il y a quelque chose de nabokovien dans les images, les émotions, voire les jeux de mots (ou à la rigueur de houellebecquien… mais alors, en mieux).
Beau vers 2, magnifique vers 12 — entre autres.

N’y aurait-il pas (question de sens) une erreur de frappe dans : « … Poids ; mille cinq cents grammes » > « Poids : … » > donc plutôt deux points qu’un point virgule ?

   brabant   
27/6/2013
Bonjour Rimbaudelaire,


Bon j'ai pas très bien compris là, pourquoi une forme classique pour une syntaxe et une sémantique disloquées ? De même le sens général me laisse déconcerté.

Lourd ce cerveau non ? Même pour un cerveau d'homme. Le mien n'a pas vu les anagrammes... c'est pourtant et néanmoins un cerveau lent (lol). Je m'en vais lire les autres com et je reviens :) Feront peut-être briller les émaux...

Bien... à chacun sa croix hein !... En tout cas moi je reste avec la mienne.


"Tout est dans le titre !" dites-vous. L'anagramme d' "Insomnie" est "Simonien" ; vois pas trop le rapport avec un phalanstère...


Je n'évalue pas :) étant passé à côté de ce poème.

Lol


Oniris Copyright © 2007-2020