Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Rimbaudelaire : La panne des sens (2005)
 Publié le 26/11/13  -  9 commentaires  -  485 caractères  -  280 lectures    Autres textes du même auteur

...


La panne des sens (2005)



Les souvenirs dansants
Et les parfums d’encens
Me rappellent les tresses
Ondulant sur tes fesses,

Poupardes sous ton jean
Moulant ! Et dans le gin,
Mes cellules nerveuses
S’abandonnent rêveuses…

Je fais le joli cœur
Noyé dans la liqueur
Et parsème tes cendres
De quelques baisers tendres…

Oh ! mon petit biquet !
Dans la main un briquet,
Je hurle sans décence
Et m’asperge d’essence !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
14/11/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Beaucoup de jeux de mots et de belles rimes dans ce poème
mais personnellement cela ne me suffit pas.

Même si l'exercice prosodique est réussi, le texte ne reste
qu'un exercice d'où la Poésie peine à affleurer.

Au final un petit poème sans prétention qui s'amuse avec
les mots...et les rimes.

   senglar   
26/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Rimbaudelaire,


Ashes to ashes, les cendres rejoindront les cendres.


C'est chaud... et c'est aussi un dernier coït.

Les mots s'entremêlent pour mieux enchevêtrer les sens.

Une histoires de braise au souffle à mollette. Sparkles !

:)))

Senglar-Brabant


(-) car les vapeurs y sont de térébenthine.

   PIZZICATO   
26/11/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Petit poème amusant sur une "panne" malvenue.
" Je fais le joli cœur
Noyé dans la liqueur ". Attention, l'abus d'alcool nuit à la santé...virile.
Un briquet ? c'est peu hihi.

   ikran   
26/11/2013
"Dans le gin mes cellules nerveuses s'abandonnent rêveuses" j'ai beaucoup aimé ça !

Puis d'apprendre qu'il a consumé sa promise pour mieux la rejoindre en petit paquet de cendre transi d'amour, tout cela est d'un malsain délectable.

   Anonyme   
26/11/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Salut Rimbaudelaire !

Bien aimé le premier quatrain, un peu moins la suite.
Les rimes sont agréables et jean/gin il fallait y penser...

C'est bien ficelé, une lecture plaisante...

   Ioledane   
29/11/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Plutôt original, ce poème qui n'a de classique que le style, et qui nous emmène crescendo vers une chute inattendue sur un ton d'humour grinçant.

Bien aimé la modernité du jean et du gin, le rejet du vers 5, les cellules nerveuses qui s'abandonnent rêveuses, et l'évolution globale du poème.

   hanternoz   
30/11/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Pas du tout emballé par ces vers ...pourtant relus plusieurs fois.
Désolé, ce poème ne m'apporte rien, ou bien je passe à côté, sans doute.
Cordialement
Hz

   fredericprunier   
4/12/2013
 a aimé ce texte 
Bien
en mettant de côté le jeu de mot un peu éculé, je dis bien éculé ))
du titre et de la panne de gaz-oil...
je salue la limpidité musicale
qui permet, et la je contredis un peu mon premier propos
de passer outre le jeu de mot

   Anonyme   
7/12/2013
Je ne lis rien de ce qui précède :

A trop vouloir rechercher la rime léonine ou l'homophonie complète, on tue la sincérité et la poésie qui devrait la porter : je ne vois dans ce petit texte qu'un prétexte à une succession de faciles jeux de mots.
C'est du même acabit que beaucoup des calembours insupportables des Cents sonnets de Boris Vian, et ce n'est pas flatteur sous mes doigts.


Oniris Copyright © 2007-2020